Edwige nous fait découvrir Arezzo

Bonjour à tous, je vous présente Arezzo, la ville où nous sommes pour quelques mois. Voici la Piazza Grande où j’habite !

La ville est fondée par les Étrusques entre le VIème et le Vème siècle avant Jésus Christ.
Elle obtient ensuite la citoyenneté romaine et s’appelle Arretium.
La ville est célèbre pour ses vases rouges coralliens.
Son emblème est la Chimère : c’est un lion qui a une tête de chèvre sur le dos et un serpent à la place de la queue.

La Chimère d’Arezzo, Vème siècle avant Jésus Christ, conservée au Museo Archeologico Nazionale de Florence.

Au Moyen-Age, la ville grandit : c’est une commune libre qui se développe entre l’An Mille et le XIVème siècle.
A la Renaissance, Florence qui est puissante et dirigée par la famille Médicis, achète la ville 40 000 écus d’or ! Côme de Médicis 1er engage de grandes transformations.
Aux XVIIIème et XIXème siècle, les Français dominent et embellissent la ville. De nombreux travaux italiens l’améliorent encore par la suite.
En 1861, l’Italie devient un vrai pays unifié.

Les artistes historiques d’Arezzo

MUSIQUE : Arezzo est la patrie de Guido Monaco (974-1050) qui invente les notes de musique, c’est-à-dire comment on écrit la musique.

LITTERATURE : Pétrarque (1304-1374) est né à Arezzo et sa maison est une académie prestigieuse (avec des livres précieux).

PEINTURE : on vient du monde entier admirer les fresques de Spinello Aretino (1350-1410) et Piero della Francesca (1415-1492), né à Arezzo.

La fresque de Piero della Francesca

Dans l’église de San Francesco, dans le chœur, ce chef d’œuvre raconte La Légende de la vraie Croix : l’arbre du péché d’Adam et Ève a été planté par son fils Set sur la tombe d’Adam et il a servi bien plus tard pour faire la croix sur laquelle Jésus a été crucifié.

Piero della Francesca est le premier à peindre une scène de nuit : le rêve de Constantin.

Attention : en Italie, le XVème siècle se dit Quattrocento !

 

Pour finir, quelques photos d’Arezzo

Les rues, en pente du haut de la ville vers le bas, sont comme des cercles qui entourent la colline.

De ma fenêtre, sur la Piazza Grande, je vois :

Tous les jours, on va au parc Passegiata del Prato (construit par les Français) pour jouer, faire du sport ou se promener. On voit au loin la campagne. Ici, il y a beaucoup d’oliviers et les cultures en terrasse sont séparées par des cyprès.

Blub est un artiste qui colle des affiches sur les murs. Il reprend une image connue et la détourne « L’arte sa nuotare » = l’art sait nager.

Blub - Street Art Aquatique (30)

Edwige