Visite du théâtre

Jeudi 17 mai nous sommes allés au théâtre d’Angoulême, notre guide s’appelait Agathe. Agathe nous a d’abord fait visiter la grande salle de spectacle puis tous les autres lieux dans lesquels, d’habitude, on n’entre pas…

« J’ai trouvé ça un peu fatigant car on montait et descendait tout le temps. »Pierre-William

« J’ai adoré l’histoire de la servante ! » Aston

  

Un bateau

Le théâtre a été construit en 1870, dans le parc du château. L’ architecte s’ appelait Antoine Soudée. Mais le théâtre a été rénové en 1997. On a voulu lui donner une forme de bateau car on voyage un peu dans d’autres pays en allant voir des spectacles ! La forme de la grande salle ressemble à la coque, le pont pour y aller avec des cordes, l’escalier… tout cela fait penser à un voilier ! Et le sol du bas est un peu bleu.

C’était les marins qui travaillaient dans les théâtres car ils n’avaient pas le vertige. 

  

 » J’ai trouvé ça très très grand, surtout la grande salle où on peut loger 700 personnes ! » Benjamin

Les salles

   

Dans la grande salle, on peut y loger 700 personnes. En haut de la salle il y a des régisseurs, ce sont des personnes qui s’occupent et règlent le son, la musique, la lumière et la fumée avec une sorte de console ! Sur les sièges, il y a des numéros et au sol, devant chaque rangée, des lettres (3ème photo). Et sur les billets du théâtre, on retrouve une lettre et un numéro qui indique la place où on s’assoit. Cette salle était très grande !

  

L’odéon est la plus petite des 3 salles du théâtre, elle peut accueillir entre 40 et 60 personnes. Elle se situe sous les sièges de la grande salle.

  

C’est au studio, à l’étage, que tous les enseignants se rassemblent pour voir quelle pièce de théâtre ils vont voir cette année, les comédiens et comédiennes peuvent aussi y répéter et on peut encore y voir des pièces. Nous, on a parlé de la pièce « Le garçon à la valise » qu’on allait voir la semaine d’après.

 

Il y a même un restaurant où on peut jouer du piano et ça sert aussi de salle de réunion ! « Le théâtre nous a semblé vraiment immense ! Nous n’aurions jamais pensé qu’il était aussi grand !! » Erell et Zara

Le son

  

photo n°1: on voit la console du régisseur qui sert à mettre le son et à le modifier.

photo n°2 : ce sont des pièges à sons, un matériau posé sur les murs dans la grand salle, qui servent à capturer le son pour ne pas que ça fasse d’écho.

photo n°3 : c’est un micro qui sert à amplifier la voix des acteurs.

La lumière

  

Agathe nous a montré, dans l’atelier où on répare, des projecteurs. Grâce aux gobos, on pouvait « découper » la lumière, cela veut dire faire des dessins qui sont projetés sur la scène (photo 2).

  

On a aussi visité une pièce, sous la grande salle, où étaient rangés tous les projecteurs et les pendrillons ( 3ème photo).

Marcus et Paul

Les superstitions

Sur la 1ère photo on voit la servante : c’est une lampe qu’on allume chaque soir pour surveiller le théâtre (les fantômes !), elle reste toujours dans un coin de la scène. Le premier arrivé le lendemain matin l’éteint.

Dans un théâtre, il ne faut pas dire les mots : cordes car cela servait à pendre les marins et le mot lapins car les lapins rongeaient les cordages de bateau.

On suppose que Molière est mort à cause de son costume qui était vert (fait de cyanure : un poison). Depuis, on ne porte plus de vert sur scène, en France !

 

« Ça m’a étonné toutes ces superstitions ! » Capucine G.

« J’ai aimé monter sur scène et voir l’arrière-scène ! » Capucine R.

La scène

    

Sur la scène, nous avons tous été impressionnés en voyant la grande salle et en imaginant les spectateurs nous regarder, comme si on était des artistes ! On avait même limite le trac ! La classe

Les loges

Dans les loges, on est passé par les vestiaires, où on a vu des habits qui sentaient la lessive car ils venaient d’être lavés. Ensuite nous sommes allés du coté maquillage, où on a vu des brosses, du fond de teint qui étaient posés sur une table où il y avait un miroir qui pouvait s’éclairer. « J’ai bien aimé car pour entrer dans les loges, il y avait un couloir étroit qui faisait comme un passage secret ! » Zoé

  

Pierre-Louis et Zoé