VTT

Tous les mardis nous faisons du VTT (VTT ça veut dire vélo tout terrain) au plan d’eau de St Yrieix. Mathieu, notre professeur de VTT, nous règle nos casques, nos selles et nous apprend à nous servir d’un VTT. Il faut que nous respections les consignes de sécurité afin de ne pas nous faire mal.

Préparation

  

On doit mettre un casque parce que si on tombe la tête la première, il nous protège ! Ils sont rangés du plus petit au plus grand, il faut les serrer mais pas trop. Ensuite on se range du plus petit au plus grand afin d’avoir son vélo. Il y a 4 tailles de vélo.

« C’est difficile d’enlever mon casque car mes cheveux sont en chignon ! » Maynace

« J’aime bien quand on fait les bosses ! » Aya

  

Circuit dans les bois

Il faut prendre son élan pour monter la côte, après il faut freiner pour descendre la pente et ensuite il y a un virage et il faut appuyer fort sur les pédales. Puis il y a une petite bosse. Ensuite, il y a une montée et un tremplin : « Pour moi, ça fait peur ! » Nawfel « Moi, ça me faisait drôle quand on descendait et des fois, j’avais perdu les autres ! » Hussein

  

« J’ai adoré quand maîtresse nous a pris en photo » Nawfel

  

Quand on pédale autour du plan d’eau, on peut aussi voir les copains qui font de la voile !

  

« J’ai bien aimé quand il y avait une descente et les tremplins ! » Hussein

Le tremplin

  

Il faut avoir les pédales parallèles, ne pas pédaler sur le tremplin et lever les fesses. La descente fait peur ! Tom, Alésio et Giorgi seulement ont fait le plus grand.

  

Mathieu aidait ceux qui avaient peur de la descente ! Hussein et Soriba                

Le long du plan d’eau

On a fait la moitié du plan d’eau en vélo. On est allé dans les bois et on est rentré au garage. « J’ai aimé les bosses mais ces collines sont un peu dures à monter ! J’adore quand on sort les vélos du garage, ça veut dire que la séance va commencer ! » Soriba 

  

Le circuit de bosses

Le circuit de bosses est cool car sur les bosses on peut aller plus vite. Il faut prendre de l’élan pour qu’on puisse passer les bosses !

Le circuit en bois fait un peu peur mais après c’est bien ! On doit mettre les roues parallèles quand on descend et qu’on monte. Pour la balance on doit passer sur une planche en bois. Élise et Oliana

 

Tom, Giorgi, Pétro et moi nous avons fait le circuit en bois le plus dangereux : il y a des tremplins en bois qui t’envoient un peu dans les airs. Il y a beaucoup de bosses, on risque de se faire mal. Mais nous ne sommes pas tombés ! « J’aime les bosses et prendre des risques, je sais si je dois le faire ou pas car je suis inscrit dans un club de VTT » Alésio

Le carré magique

  

Le carré magique consiste à ne pas sortir du carré, interdiction aussi de mettre les pieds par terre et de se foncer les uns dans les autres, sinon on est éliminé ! A la fin de la partie il n’en reste qu’un. Petit à petit le carré rétrécit : il est fait avec des plots que bouge Mathieu, notre prof. Élise et Alésio ont gagné dans notre classe et Tom et Giorgi au CM2 !

« Alors c’est super, j’étais très content, mais je suis déçu parce que j’ai été éliminé 3 fois, et j’aurai aimé gagner ! » Yann

  » Moi, j’ai été impressionné car je ne pensais pas que ça serait si dur ! » Paul-Antoine

Rangement

« Avec Mathieu, j’ai aidé à mettre sur la vitesse 7 pour ranger les vélos parce que quand on démarre, c’est mieux. » Alésio

Nous rangeons d’abord les casques et les vélos du plus grand au plus petit. Hussein et Jeanne

  

A la dernière séance du VTT, nous avons fait une grande balade, nous avons un peu été sur le tour du plan d’eau et après, nous avons roulé sur un nouveau parcours dans les bois où il y avait des obstacles naturels, des montées, des descentes, des racines et beaucoup de boue !! On a appris à bien connaitre le vocabulaire du vélo, ce n’est pas comme un simple vélo, on peut faire plus de figures et aller partout !

La voile

Tous les mardis matins, un groupe d’élèves de CM1 va à la voile au plan d’eau de St Yrieix. Avec Sylvie qui a été notre monitrice 5 fois ou Laurent (une fois), nous gréons nos picos, nous apprenons à naviguer, nous faisons des régates.

Préparation des picos

Dans le hangar, on met des gilets de sauvetage puis on se met par groupe de 2 ou 3 et on écrit nos noms sur un tableau, en face du numéro de pico que l’on va gréer. Chacun prend un élément : la dérive et la bôme. Arrivés sur la plage, on va à son bateau correspondant.

  

Là, on enlève l’écoute de la bôme et on l’accroche juste à côté de la dérive. On accroche aussi le hale bas et la patte d’oie. On accroche la bôme au mât et le hale bas au mât. On peut aussi mettre la 2ème voile : le foc. Sylvie ou Laurent vérifient si les bateaux sont bien gréés.

  

Enfin, on porte les picos à 6 minimum afin de les mettre sur le lac et on attend que Sylvie et la maîtresse soient dans le bateau à moteur et nous donnent le départ.

  

« La voile, c’est très bien, on s’amuse comme des fous ! » Loric

« Quand il y a du vent, il faut équilibrer le pico avec son camarade. » Diego

Sans vent

  

Quand il n’y a pas de vent, il faut faire le balancier (faire bouger la voile). Il faut tenir le mât entre ses mains et faire balancer le poids de son corps de chaque côté du voilier. « Moi je n’aime pas faire le balancier, car j’y arrive mal ! » Inès « Moi, j’ adore ça ! » Rose. C’est très fatiguant ! Parfois, on prend aussi la pagaie.

  

On a fait du remorquage c’est trop bien : nous devons nous accrocher tous les uns aux autres pour que le bateau à moteur nous face avancer. Il faut alors enlever la dérive.

Nous avons fait une course d’orientation : Il fallait chercher une fleur sauvage, du papier toilette non mouillé, et un caillou pour faire un ricochet.  Eliakim et Thomas 

  

« Je regrette d’avoir changé d’équipage, ce n’est pas vraiment moi qui voulais ! » Thomas

A l’eau !

  

Laurent nous a fait dessaler un jour sans vent pour apprendre à bien remettre le pico si jamais ça nous arrive lorsqu’il y a du vent. « Lorsque je suis tombée dans l’eau, la semaine d’après, elle était très froide, heureusement que j’avais le gilet de sauvetage sinon j’aurai coulé ! C’est Aston qui m’a aidé à remonter dans le pico. » Manon

Pour tomber à l’eau, il faut faire pencher le bateau tous ensemble, comme on voit sur la première photo. Après, on s’accroche à la dérive comme sur les dernières photos afin de remettre le bateau en place.

Enfin, pour se remettre dans le pico, il faut s’accrocher au bord ou à la corde et ensuite, prendre par les bretelles du gilet de sauvetage les coéquipiers qui restent à l’eau ! « La première fois que je suis tombée à l’eau, j’ai eu un petit peu peur et il fallait faire attention à ne pas se prendre la bôme dans la tête, moi, je me la suis prise ! Et pour remonter dans le pico, c’est difficile car une partie bloque avec le gilet de sauvetage!  » Clothilde

Grâce au vent : la régate

Quand il y a du vent il faut aussi gérer l’écoute, c’est ce qui sert à faire avancer le voilier : si on la tire ou qu’on la relâche, alors la voile se gonfle ou se tend et le bateau avance plus vite. On peut aussi utiliser le foc, qui est une seconde voile qui permet d’aller encore plus vite. Il faut aussi équilibrer le bateau en se positionnant de chaque côté.

  

Une régate, c’est une course de bateaux : c’est un parcours délimité par des bouées, l’arrivée est entre deux objets, comme la dernière fois, l’arrivée était entre un ponton et une bouée bleue.

Le dernier mardi, nous avons affronté l’école de Condorcet dans 2 régates et nous avons gagné les deux ! Le premier bateau de la première régate était composé par Farah, Lara et Manon ! « Nous avons adoré la voile ! » Clothilde et Rose

Rangement

Avant d’arriver à la plage, un enfant doit penser à enlever la dérive pendant qu’un autre relève le gouvernail pour que ces 2 morceaux ne frottent pas dans le sable. Ensuite, un enfant descend et tire le pico jusqu’au bord. Ensuite, tous les trois, nous devons décrocher le hale bas, la patte d’oie et l’écoute. Nous devons aussi décrocher la bôme et enrouler la voile.

  

Des nœuds

Le jour où on s’est tous entraîné à dessaler, on s’est douché et on est revenu dans le hangar en attendant les cyclistes. Là, Laurent nous a montré différents nœuds marins :

  

On doit connaître le nœud de 8,  car c’est le nœud d’arrêt que l’on fait pour maintenir le foc.

  

Il y a aussi le nœud de chaise, le nœud en bretzel…

  

La voile, c’était super !

Au tennis de table, on bouge !

On est allé tous les jeudis matins faire du tennis de table au club du TTGF. Le tennis de table est un sport qui se joue à un contre un ou à deux contre deux.

  

Jean-Claude nous a appris plein de techniques comme les balles rasantes, les balles hautes, les balles courtes. Il y a aussi les raquettes : il y a un coté de défense et d’attaque.

  

Nous avons fait plein d’exercices comme avec la bouteille qui était dans un coin : on devait faire soit un coup droit, soit un revers pour toucher la bouteille et gagner une balle ! Nous faisons des exercices en revers et en coup droit pour nous habituer à faire des matches.

  

Nous faisons des matches en 7 points. Nos grands champions sont Paul, Anouk, Pierre-William et Tom !

  

« J’ai trouvé ça excellent, avec mes bras je ne faisais rien mais maintenant, ils servent à quelque chose ! » Zawahiri

« Même si j’y joue depuis que j’ai 4, 5 ans, j’adore faire des matches ! » Pierre-William

Merci Jean-Claude et bonne retraite !

Bastien, Paul, Pierre-William et Zawahiri

Le basket à l’école

Au début de l’année la maîtresse nous a demandé ce qu’on voulait comme jeux de cour : Nous avons dit un ballon de basket parce qu’on adore et qu’il y a un panier dans la cour !

  

Nous adorons faire des équipes de 2. Par exemple, Tom et Donovan contre Pierre-William et Nohan. On compte 2 points par panier et 3 points hors de la zone.

« Marquer des paniers en dehors de la zone, c’est dur ! » Nohan

« Il faut jouer en équipe, des fois on se dispute un peu ! » Donovan

Les filles font du cerceau

Pour faire du cerceau, il faut être souple, il faut avoir du réflexe .

Zoé, Edwige, Capucine R. sont des professionnelles ! Elles font du hula hoop : les cerceaux tournent autour du corps.

  

Edwige : « Au début, il faut lancer le cerceau autour de soi et bouger son bassin ! »

Capucine.R : « J’aime prendre deux ou trois cerceaux sur mon bassin. »

Zoé : « J’aime le cerceau parce que c’est du sport, c’est amusant et puis c’est cool ! »

    

Il y a différentes façons de faire du cerceau : on peut le faire autour du bras, du cou, de la  jambe, du pied ou du bassin.

  

Beaucoup de filles y jouent et peu de garçons.

Liza et Nahei 

.