La grande promenade au petit Fresquet

Lundi 7 mai, nous sommes allés découvrir 4 milieux naturels différents de notre quartier, nous vous les faisons découvrir !

Le plateau rocheux

Pour aller au plateau rocheux nous sommes passés par la forêt, et il y a eu une grande montée. Camille nous a expliqué qu’il ne fallait pas arracher les plantes parce que c’ était le seul endroit où ces plantes poussaient ( l’orchidée sauvage est très rare !).

  

Puis on a fait le silence pour écouter les bruit de la nature : Nous avons entendu les chants d’oiseau, le bruit du vent dans les feuilles, le bruit des criquets, les voitures au loin…

  

Camille nous a dit de ne pas faire de bruit sur une vingtaine de mètres, on s’est suivi un par un.

Puis, quand on est descendu, on a trouvé un abri sous roche creusé par l’Anguienne : nous avons été surpris qu’un si petit ruisseau ait creusé un si gros trou ! Mais Camille nous a expliqué qu’avant, l’Anguienne était gigantesque ! Les tags ont été faits il y a peu de temps mais la roche date de 130 000 000 d’années, les hommes préhistoriques ont pu s’y installer !

Aston et Donovan

La pêche

Nous avons fait de la pêche l’après-midi, dans l’Anguienne. On a pêché avec des épuisettes. On avait une boite avec de l’eau dedans et les bêtes qu’on avait pêchées, on les a posées dans la boîte délicatement, afin de ne pas les blesser.

Un groupe a pêché une couleuvre à  collier, un autre une nèpe et on a tous pêché des gammares. Notre groupe a trouvé un œuf de canard posé dans l’eau, caché dans les herbes ! Mais Camille nous a dit de le reposer ! A la fin, on a été à la mare où on a  attrapé une grenouille verte et tout le monde l’a regardée ! Puis on l’a relâchée !

  

  

Avec 2 plaques, un tuyau et 3 pinces, on devait construire un aquarium. C’était le groupe de Pierre-William qui a réussi à construire l’aquarium en premier !!!! Ensuite, Camille nous a mis des petites bêtes dans nos aquariums et on a rempli une fiche sur ce qu’on avait attrapé !

  

« On a vu plein de petites bêtes qu’on ne connaissait pas : on appelait crevettes ce qui était en fait les gammares ! Mais on a eu tous chaud ! » Capucine G. et Nahei

« J’ai bien aimé quand on a pêché les petites bêtes ! » Aéris

On suit l’Anguienne

Dés le matin, nous avons suivi l’Anguienne et on est passé par la forêt. On a vu des lavoirs et des traces de sanglier, de chevreuil et de chien… On a traversé un pont. On a vu pleins de plantes différentes : des iris, des fougères et des roseaux. On n’ a pas pu continuer à suivre l’Anguienne car elle passait sous la ville dans un tuyau.

Puis nous avons vu des arbres de toute sortes : le frêne, le saule, l’érable, l’aulne glutineux.

   

Anouk et Capucine R.

Quand on est revenu, on a vu des lavoirs : c’était pour laver les affaires parce qu’autrefois, l’eau de l’Anguienne  était très propre.

« Il y avait beaucoup d’herbes autour de l’Anguienne, on a vu dedans des déchets comme des bouteilles d’eau ! Donc, aujourd’hui, on ne pourrait plus laver du linge dedans ! Sur la première photo, il y avait une tonne de moustiques, ça ne donnait pas envie d’y aller ! » Paul

Comprendre le cycle de l’eau

Lundi 19 mars, Camille est venue pour nous faire faire une maquette sur le cours de l’eau et des expériences.

Puis mercredi 28 mars, nous sommes allés visiter la station d’épuration pour voir comment on nettoyait l’eau. On s’est rendu compte après que sur nos maquettes, on avait mélangé l’eau sale et l’eau propre !

Le pays de l’eau

   

Camille nous a amené des plaques et on a fait des groupes. Camille nous a déposé l’eau sur nos plaques ce qui faisait des rivières, la mer…

  

Au fur et à mesure, on allait chercher des objets qui représentaient des bâtiments, des arbres, des puits…

  

Ensuite, elle nous a donné des fils rouges et bleus qui représentaient l’eau propre et l’eau sale. Et nous devions relier les maisons à l’eau, sans aide !

  

A la fin, on a rassemblé toutes les maquettes pour faire le pays de l’eau : il y avait plein de choses qui n’allaient pas : l’eau propre allait dans l’eau sale et inversement ! A un endroit, des arbres bloquaient la rivière…

Tout cela, c’était pour nous préparer à la visite de la station d’épuration en nous faisant comprendre que l’eau n’allait pas partout !

« C’était très amusant de fabriquer ces maquettes, et en même temps c’était éducatif ! » Giorgi et Tom

L’expérience du château d’eau

  

Camille est venue et nous a expliqué comment fonctionne un château d’eau. On a fait une expérience en mettant le château d’eau sur le sol : l’eau ne coulait pas ensuite on l’a mis en hauteur et l’eau coulait ! Donc c’est pour cela que les châteaux d’eau sont construits sur une colline. Si ce n’est pas le cas, c’est une pompe qui va projeter l’eau avec de la pression en hauteur (à la montagne, ou en haut d’un immeuble par exemple). Cathleen et Zoé

Salir de l’eau

On a fait l’expérience de salir l’eau comme on fait au cours d’une journée : On a mis dans une bassine du papier toilette, du produit de lave-vaisselle, de la terre, du shampooing, du savon…

  

Camille nous avait ensuite demandé de la nettoyer. Alors, on a réfléchi et emmené une éponge, un chinois, une passoire, un filtre, un entonnoir et du chlore. Et on a filtré l’eau d’une bouteille à l’autre grâce à l’entonnoir. Comme les plus grosses saletés étaient tombées au fond de la bouteille, on a essayé de verser l’eau tout doucement pour que ces déchets n’arrivent pas dans l’autre bouteille. On a utilisé d’abord le chinois, ensuite la passoire, puis le filtre et enfin l’éponge. L’eau était encore beige. On a mis le chlore et l’eau était encore un peu beige.

Lorsqu’on a ramené la bouteille à Camille, elle nous a dit qu’elle n’était pas encore propre. Après notre visite, on a compris que ce qu’il nous manquait, c’était les bactéries!  » J’ai bien aimé car ça m’a appris comment ne pas gaspiller d’eau ! » Benjamin

« J’ai bien aimé car je n’avais jamais vu ça, maintenant, je fais plus attention à ne pas mettre des cotons aux tiges dans les toilettes ! » Zawahiri

La station d’épuration de Frégeneuil

En arrivant…

  

En arrivant Camille nous a rappelé les règles de sécurité et nous a montré la maquette de la station d’épuration.

Ça ne sent pas bon !

  

On s’est équipé de masques et de gilets fluorescents afin de ne pas trop sentir l’odeur et de se faire repérer par les gros camions dehors.

D’abord nous sommes passés dans la première salle qui s’appelle le dégrilleur où on voyait les gros déchets pris dans les grilles (photo 2). Puis on est allé dans la salle du dégraisseur/dessableur (photo 3) : les graisses  remontent et sont enlevées avec une raclette, les petits graviers tombent et sont aspirés.

  

Camille, Anouk, Paul ont pris de l’eau à ce niveau pour les comparer aux autres bassins.

Mathilde et Nohan : « Ça ne sentait pas bon!! »

Les bassins

  

On a pris de l’eau dans les bassins : d’abord nous avons pris de l’eau dans le bassin biologique, c’est là que les bactérie anaérobies ( ce sont des bactéries qui n’ont pas besoin d’oxygène) et aérobies ( ce sont des bactéries qui ont besoin d’oxygène) mangent les saletés. En mangeant, elles rejettent des boues. Il y avait donc un bassin avec du courant ( 1ère photo) et un sans courant ( 6ème photo).  L’eau était très foncée (4ème photo), cela nous a surpris car on a cru que ça ne fonctionnait pas ! Mais Camille nous a expliqué que c’étaient les boues qui faisaient ça.

 

Le bassin suivant est le bassin de clarification où les boues tombent au fond et sont récupérées pour faire de l’engrais ! C’est pour cela que l’on voit sur la 8ème photo que l’eau est très claire. C’est celle-là qui va être rejetée dans la Charente. Bastien et Paul

  

Au bord de la Charente

  

Au bord de la Charente, on trouve un tuyau qui relie l’eau de la station d’épuration à la Charente. Cette eau est propre mais pas potable : certaines particules comme la peinture restent dans l’eau. On voit Camille qui prélève un échantillon afin qu’on puisse comparer les eaux qu’on a prélevées le long de la visite (dernière photo).

Célia et Pierre-William

  

C’est fini !

 

On voit ici des bactéries qui servent à enlever les produits chimiques. Émilien et Marcus

Au musée, à la recherche de l’eau

Vendredi 2 mars nous sommes partis au musée pour aller voir des œuvres en rapport avec notre thème de l’eau. On en a profité pour voir l’exposition sur Venise (c’est quand même en rapport avec l’eau parce que les Vénitiens utilisent des bateaux car Venise est construite sur l’eau, sur la mer Adriatique). Laïla était notre guide au musée et Mathis nous a fait faire l’atelier d’arts plastiques.

Les ammonites

Laïla nous a expliqué que les ammonites vivaient autrefois dans la mer en Charente, puis la mer s’est retirée. Les coquilles d’ammonites sont devenus des pierres : des fossiles.

Benjamin : « J’ai bien aimé parce que ces fossiles étaient gros ! »

Zara : « J’ai aimé parce que c’est intéressant de connaitre le passé de la préhistoire … »

L’Océanie

Dans cette partie nous allons forcément vous présenter des choses en rapport avec l’eau puisque l’Océanie est entourée d’eau (océan Pacifique et Indien) et constituée d’îles !

Nous avons vu un grande carte océanique, il y avait une magnifique maquette de pirogue à balancier en bois : c’est un bateau que prenaient les navigateurs océaniens pour découvrir des îles. Ensuite nous avons vu des coquillages qui leur servaient de monnaie. On a aussi vu une petite carte faite en bois !

 

« J’ai trouvé ça super et passionnant ! » Erell

« J’ai trouvé ça très intéressant, surtout les maquettes qui étaient très belles ! » Cathleen

 

L’exposition sur Venise

Nous sommes allés voir des œuvres de Venise peinte par Canalletto et d’autres artistes comme Zep qui a fait des planches en aquarelle, dont une sur laquelle Titeuf était déguisé :

Sur certaines photos, on voit le grand Canal et des gondoliers qui pêchent. Certains tableaux sont plus sombres que d’autres, ce qui fait qu’ils sont plus vivants. Canalletto peignait avec des couleurs claires, plus « lisses », et ça semblait moins réaliste (on n’a pas eu le droit de photographier ses œuvres !)

 

Nous avons aussi appris le triste avenir de Venise car elle est construite sur des pilotis et eux-mêmes sont construits sur de la vase. Et donc Venise descend à cause du réchauffement climatique et aussi des gros bateaux de croisière qui entrent dans le port  ! Les palais coulent !!

 

L’aqua alta est provoquée par les paquebots et le réchauffement climatique, donc l’eau monte et les gens sont obligés de passer sur une passerelle en bois.

« Ça m’a rendue très triste d’apprendre que Venise va s’effondrer un jour alors que j’ai trouvé en la visitant qu’elle est très jolie et joyeuse ! » Cathleen

« J’ai aimé voir les tableaux. » Zoé

« J’ai trouvé que c’était intéressant de dessiner et aussi l’expo ! » Edwige

L’atelier d’arts plastiques

Nous avons aussi fait un atelier qui consistait à dessiner un paysage de Venise sur lequel on voit le grand Canal : au début on a tracé la ligne d’horizon au milieu de la feuille. Puis on a tracé le grand canal avec des lignes de fuite pour faire la perspective. Après on a dessiné avec des crayons aquarelle qui s’utilisent avec de l’eau. On pouvait coller des autocollants de tableaux qu’on avait vus pendant la visite.

.  

  

Tom                                Anouk                             Edwige

 

Marcus                                 Mathilde                           Émilien

« Moi, j’ai bien aimé utiliser les crayons aquarelle ! »Anouk et Mathilde