Edwige nous raconte Le Saracino

Bonjour à tous, aujourd’hui je vais vous parler du Saracino !

Le Saracino, la Giostra del Saracino, est une fête médiévale qui se traduit en français le sarrasin. Le Saracino est surtout un jeu où s’affrontent quatre équipes issues des quatre portes de la ville d’Arezzo :
– La porta Sant’Andrea (ses couleurs sont blanc et vert)
– La porta Sant Spirito (jaune et bleu)
– La porta del Foro (jaune et framboise)
– La porta Crucifera (rouge et vert).

Comme on le voit dans le titre, moi je suis Crucifera !

  

Le jeu se déroule en juin et en septembre sur la Piazza Grande. Le combat est précédé d’une semaine de fête dans les quartiers (repas, etc) et de manifestations importantes : défilés en costumes, présentations des cavaliers, bénédiction des cavaliers et des chevaux dans le Duomo (cathédrale). La ville est décorée de drapeaux aux couleurs du quartier. Il y a beaucoup de musique et un spectacle de jonglage de drapeaux. Le prix à remporter est une Lance d’Or.

Voici leurs symboles :

Pendant le jeu, le cavalier se lance au galop avec sa lance en bois. Il doit viser la cible tenue par le Saracino et obtenir de 1 à 5 points.

A l’origine, c’est un entraînement militaire. La fête a lieu depuis au moins 1593. Ce tournoi a toujours existé sauf entre 1810 et 1931.

 

On voit ci-dessus le cavalier en train de bouter la cible et le Saracino.

Pour le Saracino, un concours de poème est proposé. Les classes qui participent sont des classes de primaire comme ma Quarta, c’est-à-dire mon CM1 ici. Cette année, ma classe a gagné le 1er prix, grâce au poème de Tommaso !

Pour choisir la Lance d’Or, il y a un concours de dessin. Les artistes font des propositions. Chaque année, il y a un thème. Pour l’année prochaine, c’est la 1ère guerre mondiale. La Lance du gagnant est créée et devient la Lance d’Or du Saracino. Il y a une exposition permanente sur le Saracino et les lances d’Or.

Samedi 24 juin, la porta Sant’Andrea a gagné le Saracino, donc la Lance d’Or, que le maire a remis de mon balcon, comme vous voyez sur la photo.

Il y avait aussi le chef de la police et un militaire. C’est un évènement très important pour la ville !

Grosses bises et bonnes vacances !

EDWIGE

La grande promenade au petit Fresquet

Lundi 7 mai, nous sommes allés découvrir 4 milieux naturels différents de notre quartier, nous vous les faisons découvrir !

Le plateau rocheux

Pour aller au plateau rocheux nous sommes passés par la forêt, et il y a eu une grande montée. Camille nous a expliqué qu’il ne fallait pas arracher les plantes parce que c’ était le seul endroit où ces plantes poussaient ( l’orchidée sauvage est très rare !).

  

Puis on a fait le silence pour écouter les bruit de la nature : Nous avons entendu les chants d’oiseau, le bruit du vent dans les feuilles, le bruit des criquets, les voitures au loin…

  

Camille nous a dit de ne pas faire de bruit sur une vingtaine de mètres, on s’est suivi un par un.

Puis, quand on est descendu, on a trouvé un abri sous roche creusé par l’Anguienne : nous avons été surpris qu’un si petit ruisseau ait creusé un si gros trou ! Mais Camille nous a expliqué qu’avant, l’Anguienne était gigantesque ! Les tags ont été faits il y a peu de temps mais la roche date de 130 000 000 d’années, les hommes préhistoriques ont pu s’y installer !

Aston et Donovan

La pêche

Nous avons fait de la pêche l’après-midi, dans l’Anguienne. On a pêché avec des épuisettes. On avait une boite avec de l’eau dedans et les bêtes qu’on avait pêchées, on les a posées dans la boîte délicatement, afin de ne pas les blesser.

Un groupe a pêché une couleuvre à  collier, un autre une nèpe et on a tous pêché des gammares. Notre groupe a trouvé un œuf de canard posé dans l’eau, caché dans les herbes ! Mais Camille nous a dit de le reposer ! A la fin, on a été à la mare où on a  attrapé une grenouille verte et tout le monde l’a regardée ! Puis on l’a relâchée !

  

  

Avec 2 plaques, un tuyau et 3 pinces, on devait construire un aquarium. C’était le groupe de Pierre-William qui a réussi à construire l’aquarium en premier !!!! Ensuite, Camille nous a mis des petites bêtes dans nos aquariums et on a rempli une fiche sur ce qu’on avait attrapé !

  

« On a vu plein de petites bêtes qu’on ne connaissait pas : on appelait crevettes ce qui était en fait les gammares ! Mais on a eu tous chaud ! » Capucine G. et Nahei

« J’ai bien aimé quand on a pêché les petites bêtes ! » Aéris

On suit l’Anguienne

Dés le matin, nous avons suivi l’Anguienne et on est passé par la forêt. On a vu des lavoirs et des traces de sanglier, de chevreuil et de chien… On a traversé un pont. On a vu pleins de plantes différentes : des iris, des fougères et des roseaux. On n’ a pas pu continuer à suivre l’Anguienne car elle passait sous la ville dans un tuyau.

Puis nous avons vu des arbres de toute sortes : le frêne, le saule, l’érable, l’aulne glutineux.

   

Anouk et Capucine R.

Quand on est revenu, on a vu des lavoirs : c’était pour laver les affaires parce qu’autrefois, l’eau de l’Anguienne  était très propre.

« Il y avait beaucoup d’herbes autour de l’Anguienne, on a vu dedans des déchets comme des bouteilles d’eau ! Donc, aujourd’hui, on ne pourrait plus laver du linge dedans ! Sur la première photo, il y avait une tonne de moustiques, ça ne donnait pas envie d’y aller ! » Paul

Edwige nous fait découvrir Arezzo

Bonjour à tous, je vous présente Arezzo, la ville où nous sommes pour quelques mois. Voici la Piazza Grande où j’habite !

La ville est fondée par les Étrusques entre le VIème et le Vème siècle avant Jésus Christ.
Elle obtient ensuite la citoyenneté romaine et s’appelle Arretium.
La ville est célèbre pour ses vases rouges coralliens.
Son emblème est la Chimère : c’est un lion qui a une tête de chèvre sur le dos et un serpent à la place de la queue.

La Chimère d’Arezzo, Vème siècle avant Jésus Christ, conservée au Museo Archeologico Nazionale de Florence.

Au Moyen-Age, la ville grandit : c’est une commune libre qui se développe entre l’An Mille et le XIVème siècle.
A la Renaissance, Florence qui est puissante et dirigée par la famille Médicis, achète la ville 40 000 écus d’or ! Côme de Médicis 1er engage de grandes transformations.
Aux XVIIIème et XIXème siècle, les Français dominent et embellissent la ville. De nombreux travaux italiens l’améliorent encore par la suite.
En 1861, l’Italie devient un vrai pays unifié.

Les artistes historiques d’Arezzo

MUSIQUE : Arezzo est la patrie de Guido Monaco (974-1050) qui invente les notes de musique, c’est-à-dire comment on écrit la musique.

LITTERATURE : Pétrarque (1304-1374) est né à Arezzo et sa maison est une académie prestigieuse (avec des livres précieux).

PEINTURE : on vient du monde entier admirer les fresques de Spinello Aretino (1350-1410) et Piero della Francesca (1415-1492), né à Arezzo.

La fresque de Piero della Francesca

Dans l’église de San Francesco, dans le chœur, ce chef d’œuvre raconte La Légende de la vraie Croix : l’arbre du péché d’Adam et Ève a été planté par son fils Set sur la tombe d’Adam et il a servi bien plus tard pour faire la croix sur laquelle Jésus a été crucifié.

Piero della Francesca est le premier à peindre une scène de nuit : le rêve de Constantin.

Attention : en Italie, le XVème siècle se dit Quattrocento !

 

Pour finir, quelques photos d’Arezzo

Les rues, en pente du haut de la ville vers le bas, sont comme des cercles qui entourent la colline.

De ma fenêtre, sur la Piazza Grande, je vois :

Tous les jours, on va au parc Passegiata del Prato (construit par les Français) pour jouer, faire du sport ou se promener. On voit au loin la campagne. Ici, il y a beaucoup d’oliviers et les cultures en terrasse sont séparées par des cyprès.

Blub est un artiste qui colle des affiches sur les murs. Il reprend une image connue et la détourne « L’arte sa nuotare » = l’art sait nager.

Blub - Street Art Aquatique (30)

Edwige

Angoulême au Moyen Age

Lundi 18 décembre, nous sommes allés faire une visite médiévale : un guide nous a montré les parties du château, la cathédrale et les bâtiments anciens de notre ville.

On a trouvé cette visite très intéressante, mais l’inconvénient  c’est qu’il pleuvait tout le temps !

Anouk et Zoé

  

Le château

Nous avons vu la tour octogonale (c’est le donjon : la tour la plus haute du château, 1ère photo). Nous savons maintenant que chaque pièce du château était équipée d’ une cheminée (2ème photo), pourquoi ? Parce qu’il faisait froid, les cheminées ont été installées pour résoudre ce problème car le froid était très désagréable et faisait honte au seigneur. On mettait aussi des tapisseries sur les murs et les nobles dormaient avec leurs chiens sur eux pour se réchauffer.

Sur la 3ème photo, on voit l’emplacement des anciennes douves, le long du rempart.

  

Le mur du donjon était très épais pour se protéger des attaques (1ère photo). Des puits servaient à ne pas se fatiguer à monter les marches pour aller chercher de l’eau (3ème photo)…

Sur l’escalier étroit mais très haut (2ème photo), les marches étaient taillées dans le mur pour se protéger contre les ennemis qu’on pouvait ainsi pousser et qui retombaient sur ceux qui montaient.

  

Sur la 1ère photo on voit un merlon : ça servait à se cacher quand les ennemis venaient pour attaquer le château. A côté on peut voir un créneau : c’est le trou entre les deux merlons, il servait à voir les ennemis.

Sur la 2ème photo, on voit une archère : ça servait à tirer sur les ennemis avec des arbalètes.

Sur la dernière photo, on voit une meurtrière : ça servait pour tirer sur les ennemis avec des flèches.

 

  

Les paysans proches du château venaient s’y réfugier et étaient bien sécurisés par les chevaliers, lorsque les Barbares attaquaient leur village.

Bastien, Capucine R., Edwige et Émilien

La ville

  

Au Moyen Age, les rues étaient étroites. Sur la 1ère photo, on voit que les maisons étaient construites en pierre au rez-de-chaussée,  au 1er étage, il y avait des planches de bois et entre elles, du torchis (un mélange de terre, de sable, d’eau…) : on appelle ça des maisons à colombages. Aujourd’hui il n’en reste plus que deux à Angoulême !

On voit aussi que le premier étage est plus large que celui du rez-de-chaussée, il avance sur la rue : cela s’appelle une maison à encorbellement. Les habitants faisaient cela pour gagner de la place plus facilement. Cette maison était une échoppe, c’est à dire un magasin.

Sur la deuxième photo, on voit qu’il reste une trace du décalage entre les 2 maisons : c’était un espace qui servait aux marchands à poser une table pour vendre leurs marchandises plus facilement.

Sur la 3ème photo, on voit comme un passage secret, au Moyen Age, il y en avait partout pour relier les maisons, les rues entre elles. Il y avait aussi des petites cours.

Célia et Nahei

Isabelle Taillefer

Isabelle Taillefer, comtesse d’Angoulême, a été mariée très jeune avec le roi d’Angleterre, Jean sans Terre et est devenue ainsi reine d’Angleterre. Quand le roi est mort, leur fils ainé est monté sur le trône d’Angleterre et Isabelle est revenue en France où elle est redevenue comtesse d’Angoulême. Là, elle s’est mariée avec le comte Lusignan qui était celui qu’elle devait épouser à 14 ans, avant que Jean sans Terre lui fasse sa demande. Elle lui a demandé de construire un château car elle voulait attaquer le roi de France, Louis IX, pour redevenir reine. A cette époque le roi de France est un seigneur comme un autre. Louis IX gagne et pour surveiller le comte d’Angoulême, il fait construire un châtelet, à 300 mètres du leur, pour les surveiller. C’est un petit château dans lequel il y avait des soldats. Il a disparu aujourd’hui. Sur la 3ème photo, on voit les halles : c’est l’endroit où il y avait le châtelet de Louis IX.

     

Les blasons que l’on voit sur les deux premières photos représentent la famille Taillefer, la famille Lusignan et la famille Valois.

Nohan et Zara

La cathédrale

  

La cathédrale Saint Pierre est un monument ancien qui date de 1 128, cet édifice est pour l’évêque (le chef des prêtres). Dans la cathédrale, il y a des coupoles : c’est grâce à ça qu’on reconnait notre cathédrale avec son dôme. On a vu Jésus sur la croix, la crèche de Noël. « La hauteur nous a impressionnés : c’était immense ! » Zoé

« On a entendu de l’orgue, l’orgue c’est un instrument avec des tuyaux, c’est grave et ça résonne beaucoup! » Anouk

Sur le tympan, il y avait une espèce de frise sculptée qui racontait l’histoire de Roland et sa bataille à Saragosse.

  

  

On avait une maquette en morceaux de bois d’arc boutant qu’on devait construire. Nohan a fait tomber 4 fois l’arc boutant ! On a retrouvé le même dans la cathédrale.

 » J’ai trouvé la cathédrale très jolie ! »Tom

« J’ai trouvé la maquette compliquée à faire quand même ! J’ai bien aimé entendre l’orgue dans la cathédrale. » Benjamin

Au musée d’Angoulême…

Depuis la rentrée, la classe de CM1 est allée deux fois au musée des Beaux Arts pour parler de la préhistoire et pour voir l’exposition temporaire sur les dinosaures. Là-bas, nous avons compris que notre département n’avait pas toujours ressemblé à celui que nous connaissons aujourd’hui : il a été recouvert par l’océan, puis les climats ont changé et des animaux très différents s’y sont succédé. Ce sont les fossiles retrouvés par les archéologues qui nous permettent de savoir tout cela !

A vous maintenant de découvrir toutes les informations sur la Charente que les deux médiatrices, Émilie et Leïla nous ont fait partager…

Les fouilles

Les paléontologues utilisent de nombreux outils comme : le plâtre (il sert à protéger les fossiles…), la bêche (elle sert à creuser le sol), une règle (elle sert à mesurer les ossements et les fossiles), un burin (ça sert à tailler autour des ossements), un pinceau (il sert à enlever les poussières sans abimer les os).

«Ça doit être très minutieux, j’aimerais bien être archéologue. »Tom

«Cette toile de tente avec les outils d’archéologue était bien présentée ! »Pierre-William

Les ammonites

Les ammonites vivaient il y a des milliards d’années sous l’océan. Les ammonites sont des animaux dont la coquille s’est fossilisée. On nous a montré une ammonite en plastique pour nous montrer à quoi ça ressemblait : Les ammonites sont de petits animaux qui vivaient dans l’eau. On ne trouve plus d’ammonites vivantes aujourd’hui, on ne retrouve que leur coquille.

« Avant, on ne savait pas que la mer était sur la Charente. Les ammonites ne sont plus vivantes, parce que la mer s’est retirée, puis elle est revenue et ainsi de suite, puis elle s’est retirée définitivement. » Zoé et Mathilde

Les fossiles sous-marins

Les fossiles sous-marins étaient des êtres vivants et on a retrouvé leurs coquilles fossilisées parce qu’elles ont été bien conservées par la mer. En Charente, autrefois, il y avait de l’eau partout.

«  Ces coquillages étaient beaux car ils étaient fragiles. » Jibril

« Les coquillages ont été retrouvés car, dans le sable et sous l’eau, ils étaient très protégés.» Bastien

Le fémur d’un sauropode

Au musée, nous avons vu et touché un morceau du plus grand fémur de dinosaure du monde. Il a été trouvé à Angeac-Charente comme la plupart des fossiles du musée. A cette époque-là le climat était chaud. Nous avons compris qu’il y a des milliards d’ années, des sauropodes ont vécu en Charente.

« Ce fémur était énorme ! C’était une belle expérience de toucher le plus grand fémur au monde !!!!!! » Capucine G. et Edwige

Les dents de dinosaures

Les dents de dinosaures servent à manger, à broyer les feuilles, à déchiqueter la viande froide. Les dents de dinosaures se fossilisent avec le temps : au musée nous avons vu des dents fossilisées. Les dents de dinosaures ne peuvent pas attraper de caries (on ne sait pas ? !)

Les dinosaures carnivores se servent de leurs dents pour attaquer le dinosaure ennemi, ils ont des dents pointues. Les dinosaures herbivores ont les dents plates car elles servent à écraser les feuilles.

«On a adoré voir des dents gigantesques de dinosaures (5cm !)» Émilien et Nohan

L’ornithomimosaure

Au musée on a vu un ornithomimosaure, ce qu’on sait sur lui c’est qu’il n’avait pas de dents. On a retrouvé tout son corps, sauf les mains. Cela nous a fait penser à une autruche, même si ce n’est pas son ancêtre !

Mazan, le dessinateur charentais, a inventé Mimo, un petit personnage de BD.

« Je trouve l’ornithomimosaure moche, à cause de sa tête pointue au niveau du museau !» Pierre Louis

«J’aime l’ornithomimosaure parce qu’il court vite ! » Zawahiri

La tortue

La tortue a une carapace pour se protéger. On a retrouvé des carapaces fossilisées en Charente, car le climat était plutôt tropical. Aujourd’hui il n’y en a plus !

«J’ai trouvé que ces carapaces étaient grosses et grandes. » Benjamin

Les coprolithes

C’est une crotte fossilisée. Nous, c’était des crottes de crocodile : Ça intéresse les archéologues pour savoir ce que les crocodiles mangeaient et ça sert à savoir s’il y avait des crocodiles à cet endroit.

 

«  Au début, pour nous, c’était dégoûtant mais après, on a compris à quoi ça servait, c’était intéressant »  Marcus et Paul

La pyrite de fer

C’est un minéral. Au début, on a cru que c’était de l’or mais c’est un métal brillant. Les archéologues ont trouvé ces pépites de pyrite de fer sur le site d’Angeac-Charente.

« On aurait dit du sable, quand j’étais plus petite, je croyais que c’était des coprolithes. » Cathleen

« C’était impressionnant de voir les cacas séchés ! » Capucine R.

Dans une autre salle de travail où il y avait des bureaux, on s’est tous assis. Toute la classe a touché des griffes d’ornithomimosaure (photo 2), des crottes et de la peau de crocodile. Capucine tient un moule. Donovan

  

Dans la salle des hommes préhistoriques, Giorgi touche un biface taillé par l’homme de Neandertal. Nous avons aussi vu des colliers, des pointes de flèches…

L’éléphant antique

On a vu des fossiles d’éléphant antique, des défenses et des dents, c’est l’ancêtre de l’éléphant d’aujourd’hui. Il a vécu en climat tempéré (interglaciaire), comme l’auroch (2ème photo). Ses défenses lui servent à se défendre. Il n’est pas pareil que le mammouth, qui, lui, vivait en zone glaciaire, mais pas en Charente.

« J’ai trouvé ces os grands !» Liza « J’ai trouvé ces os beaux.» Nahei

Les animaux ci-dessus, ont eux, vécu lorsque la Charente connaissait un climat glaciaire ( cheval de Solutré, bison, rennes, antilope saïga) !

La hyène

Les hyènes sont carnivores, elles mangent des blaireaux. Elles vivent dans une grotte. Quand elles chassent, elles ramènent leurs proies là où elles vivent, pour la manger. On a vu une mâchoire et un crâne de hyène.

«Je suis surprise qu’avant, il y ait eu des hyènes en Charente ! » Anouk

«Je suis surprise qu’on ait trouvé en Charente des os de hyènes.» Zara

Le dolmen

C’est une tombe collective formée de plusieurs grosses pierres et de plein de petites pierres à côté. Et dans le dolmen, on voit des os humains (crâne, fémur…). Les grosses pierres servent à protéger les cadavres des animaux, pour ne pas qu’ils les mangent.

« Ça nous a étonnés parce qu’on ne savait pas que les dolmens existaient dès la préhistoire ! » Aston et Giorgi

La pierre gravée

On voit un bouquetin gravé dans une pierre. Ça montre que les hommes faisaient de l’art à la Préhistoire. C’est étrange car les bouquetins n’existaient pas en Charente à cette époque pourtant, cet artiste en a gravé un … Bastien et Jibril