Des mythes au musée

Vendredi 15 juin, nous sommes allés au musée d’ Angoulême pour découvrir la mythologie. Là-bas, Leïla et Lisa nous ont présenté la mythologie grecque mais de différentes façons : elles nous ont montré des œuvres, en objets et en tableaux. Ensuite, elles nous ont posé des questions sur ce qu’on avait appris, c’était super bien !

Émilien

Psyché, par J.A.Peiffer, en marbre blanc

C’est l’une des 3 filles d’un roi. Celui-ci va consulter un oracle car Psyché est tellement belle, belle comme une déesse, que personne n’ose la demander en mariage ! D’après l’oracle, il fallait abandonner sa fille Psyché sur une montagne où un monstre viendrait la chercher.

Pendant ce temps, Vénus qui était très jalouse de Psyché, dit à son fils Cupidon, de lui trouver le plus laid des époux mais elle ne savait pas que son fils lui-même tomberait amoureux de Psyché en la voyant… Alors, quand le roi abandonna sa fille sur la montagne, Cupidon en profita et elle s’envola dans les airs, porté par le fils de Vénus…

Il l’installa dans un palais magnifique mais quand Psyché y arriva, elle eut la surprise de voir que l’homme qui l’avait enlevée n’était pas là, alors, elle mangea et se coucha.

Au milieu de la nuit, elle entendit Cupidon arriver dans sa chambre et il lui dit : « Psyché, je viendrai toujours te voir dans la nuit car tu ne dois pas me voir . »

– Est-ce que je peux au moins voir mes sœurs, répondit Psyché ?

– Oui tu peux, dit son mari. Et dès le lendemain, Cupidon les convoqua. Mais les deux sœurs, jalouses devant la magnificence du palais de leur cadette, lui dirent :

– Ton mari doit être très laid pour ne pas qu’il se montre !

Alors Psyché voulut voir le visage de son mari et une nuit, elle prit une lampe à huile et l’éclaira, elle reconnut Cupidon ! Malheureusement, une goutte d’huile tomba sur son bras et il se réveilla…

C’est pourquoi le sculpteur a représenté Psyché avec une lampe à huile à la main, c’est son attribut.

Anouk et Erell

  

Le grand tableau, d’Ethienne-Barthélémy Garnier qui s’appelle « La consternation de la famille de Priam » .

C’était une famille royale qui vivait dans la ville de Troie, le roi s’appelait Priam et la reine s’appelait Hécube, ils avaient 3 enfants : une fille Cassandre, deux garçons Hector et Pâris. Priam est le personnage central avec la robe rouge.

Hécube est dans le coin gauche, assise et affligée.

Cassandre elle pleure son frère et essaie de retenir son père, Priam, (au centre du tableau, avec la barbe et le bonnet rouge) qui veut aller récupérer le corps d’Hector pour l’enterrer dignement et elle a peur pour lui.

Pâris en haut à gauche, il se cache la tête dans le bras car il est honteux : la guerre est arrivée par sa faute car il a enlevée Hélène qui était déjà mariée. Et c’est son mari et ses guerriers de Sparte qui ont attaqué Troie pour cela et tué son frère Hector !

Hector est mort à cause d’Achille, il est nu et tiré par un char au fond du tableau.

Achille : C’est le guerrier payé par le mari d’Hélène qui a tué Hector. On l’aperçoit au 3ème plan du tableau, en train de tirer le corps nu d’Hector avec son char. Il est invincible mais le seul endroit par lequel on peut le tuer est son tendon. D’ailleurs, Pâris est représenté avec un arc à la main car c’est lui qui tuera Achille d’une flèche dans le tendon, vengeant ainsi son frère !

Andromaque : c’est la femme d’Hector qui est évanouie au centre, avec leur enfant à ses pieds.

Capucine G., Mathilde et la maîtresse

  

Nous avons fait un arbre généalogique sur la famille de Pâris pendant que l’autre groupe répondait à un questionnaire sur les dieux et leurs attributs. Un attribut est un objet qui appartient à un ou plusieurs dieux. exemple: la Lyre d’Apollon et d’Orphée, l’éclair de foudre de Zeus, etc…

Et on en a appris des choses super ! Émilien

Adonis et Vénus, de P. Bril

Sur ce tableau, on voit Vénus qui veut empêcher Adonis d’aller à la chasse car elle sait qu’il va mourir (parce que c’est une déesse). Mais il y va quand même, car il en a assez que Vénus le suive et décide pour lui. Et un sanglier fonce sur lui et le tue. Ce qui est bizarre sur ce tableau c’est qu’on voit deux fois le personnage d’Adonis : avant et après sa mort.

Les couleurs sont plutôt sombres. C’était très joli ! Benjamin

La douleur d’Orphée, de R.Verlet, sculpture en bronze

Orphée et sa femme se reposaient sous un arbre quand sa femme fut mordue par une vipère. Orphée alla jusqu’aux enfers pour la sauver. Quand il arriva devant le gardien des enfers, il lui joua un air de lyre et endormit ainsi Cerbère, (le chien à 3 têtes sur la troisième photo). Pluton, le dieu des enfers et sa femme furent charmés, Orphée leur demanda donc s’il pouvait récupérer sa femme. Pluton lui dit oui, à une condition, ne pas se retourner avant d’être remonté sur Terre ! Malheureusement, arrivé à la fin, il se retourna, croyant que c’était un piège de Pluton et que sa femme ne le suivait pas !! Ce n’était  pas un piège, il la vit mais elle disparut !  Émilien              

  

D’autres œuvres…

…que nous avons vues pour vous donner envie d’aller visiter la nouvelle salle tout en haut du musée !

  

 

Visite du théâtre

Jeudi 17 mai nous sommes allés au théâtre d’Angoulême, notre guide s’appelait Agathe. Agathe nous a d’abord fait visiter la grande salle de spectacle puis tous les autres lieux dans lesquels, d’habitude, on n’entre pas…

« J’ai trouvé ça un peu fatigant car on montait et descendait tout le temps. »Pierre-William

« J’ai adoré l’histoire de la servante ! » Aston

  

Un bateau

Le théâtre a été construit en 1870, dans le parc du château. L’ architecte s’ appelait Antoine Soudée. Mais le théâtre a été rénové en 1997. On a voulu lui donner une forme de bateau car on voyage un peu dans d’autres pays en allant voir des spectacles ! La forme de la grande salle ressemble à la coque, le pont pour y aller avec des cordes, l’escalier… tout cela fait penser à un voilier ! Et le sol du bas est un peu bleu.

C’était les marins qui travaillaient dans les théâtres car ils n’avaient pas le vertige. 

  

 » J’ai trouvé ça très très grand, surtout la grande salle où on peut loger 700 personnes ! » Benjamin

Les salles

   

Dans la grande salle, on peut y loger 700 personnes. En haut de la salle il y a des régisseurs, ce sont des personnes qui s’occupent et règlent le son, la musique, la lumière et la fumée avec une sorte de console ! Sur les sièges, il y a des numéros et au sol, devant chaque rangée, des lettres (3ème photo). Et sur les billets du théâtre, on retrouve une lettre et un numéro qui indique la place où on s’assoit. Cette salle était très grande !

  

L’odéon est la plus petite des 3 salles du théâtre, elle peut accueillir entre 40 et 60 personnes. Elle se situe sous les sièges de la grande salle.

  

C’est au studio, à l’étage, que tous les enseignants se rassemblent pour voir quelle pièce de théâtre ils vont voir cette année, les comédiens et comédiennes peuvent aussi y répéter et on peut encore y voir des pièces. Nous, on a parlé de la pièce « Le garçon à la valise » qu’on allait voir la semaine d’après.

 

Il y a même un restaurant où on peut jouer du piano et ça sert aussi de salle de réunion ! « Le théâtre nous a semblé vraiment immense ! Nous n’aurions jamais pensé qu’il était aussi grand !! » Erell et Zara

Le son

  

photo n°1: on voit la console du régisseur qui sert à mettre le son et à le modifier.

photo n°2 : ce sont des pièges à sons, un matériau posé sur les murs dans la grand salle, qui servent à capturer le son pour ne pas que ça fasse d’écho.

photo n°3 : c’est un micro qui sert à amplifier la voix des acteurs.

La lumière

  

Agathe nous a montré, dans l’atelier où on répare, des projecteurs. Grâce aux gobos, on pouvait « découper » la lumière, cela veut dire faire des dessins qui sont projetés sur la scène (photo 2).

  

On a aussi visité une pièce, sous la grande salle, où étaient rangés tous les projecteurs et les pendrillons ( 3ème photo).

Marcus et Paul

Les superstitions

Sur la 1ère photo on voit la servante : c’est une lampe qu’on allume chaque soir pour surveiller le théâtre (les fantômes !), elle reste toujours dans un coin de la scène. Le premier arrivé le lendemain matin l’éteint.

Dans un théâtre, il ne faut pas dire les mots : cordes car cela servait à pendre les marins et le mot lapins car les lapins rongeaient les cordages de bateau.

On suppose que Molière est mort à cause de son costume qui était vert (fait de cyanure : un poison). Depuis, on ne porte plus de vert sur scène, en France !

 

« Ça m’a étonné toutes ces superstitions ! » Capucine G.

« J’ai aimé monter sur scène et voir l’arrière-scène ! » Capucine R.

La scène

    

Sur la scène, nous avons tous été impressionnés en voyant la grande salle et en imaginant les spectateurs nous regarder, comme si on était des artistes ! On avait même limite le trac ! La classe

Les loges

Dans les loges, on est passé par les vestiaires, où on a vu des habits qui sentaient la lessive car ils venaient d’être lavés. Ensuite nous sommes allés du coté maquillage, où on a vu des brosses, du fond de teint qui étaient posés sur une table où il y avait un miroir qui pouvait s’éclairer. « J’ai bien aimé car pour entrer dans les loges, il y avait un couloir étroit qui faisait comme un passage secret ! » Zoé

  

Pierre-Louis et Zoé

La grande promenade au petit Fresquet

Lundi 7 mai, nous sommes allés découvrir 4 milieux naturels différents de notre quartier, nous vous les faisons découvrir !

Le plateau rocheux

Pour aller au plateau rocheux nous sommes passés par la forêt, et il y a eu une grande montée. Camille nous a expliqué qu’il ne fallait pas arracher les plantes parce que c’ était le seul endroit où ces plantes poussaient ( l’orchidée sauvage est très rare !).

  

Puis on a fait le silence pour écouter les bruit de la nature : Nous avons entendu les chants d’oiseau, le bruit du vent dans les feuilles, le bruit des criquets, les voitures au loin…

  

Camille nous a dit de ne pas faire de bruit sur une vingtaine de mètres, on s’est suivi un par un.

Puis, quand on est descendu, on a trouvé un abri sous roche creusé par l’Anguienne : nous avons été surpris qu’un si petit ruisseau ait creusé un si gros trou ! Mais Camille nous a expliqué qu’avant, l’Anguienne était gigantesque ! Les tags ont été faits il y a peu de temps mais la roche date de 130 000 000 d’années, les hommes préhistoriques ont pu s’y installer !

Aston et Donovan

La pêche

Nous avons fait de la pêche l’après-midi, dans l’Anguienne. On a pêché avec des épuisettes. On avait une boite avec de l’eau dedans et les bêtes qu’on avait pêchées, on les a posées dans la boîte délicatement, afin de ne pas les blesser.

Un groupe a pêché une couleuvre à  collier, un autre une nèpe et on a tous pêché des gammares. Notre groupe a trouvé un œuf de canard posé dans l’eau, caché dans les herbes ! Mais Camille nous a dit de le reposer ! A la fin, on a été à la mare où on a  attrapé une grenouille verte et tout le monde l’a regardée ! Puis on l’a relâchée !

  

  

Avec 2 plaques, un tuyau et 3 pinces, on devait construire un aquarium. C’était le groupe de Pierre-William qui a réussi à construire l’aquarium en premier !!!! Ensuite, Camille nous a mis des petites bêtes dans nos aquariums et on a rempli une fiche sur ce qu’on avait attrapé !

  

« On a vu plein de petites bêtes qu’on ne connaissait pas : on appelait crevettes ce qui était en fait les gammares ! Mais on a eu tous chaud ! » Capucine G. et Nahei

« J’ai bien aimé quand on a pêché les petites bêtes ! » Aéris

On suit l’Anguienne

Dés le matin, nous avons suivi l’Anguienne et on est passé par la forêt. On a vu des lavoirs et des traces de sanglier, de chevreuil et de chien… On a traversé un pont. On a vu pleins de plantes différentes : des iris, des fougères et des roseaux. On n’ a pas pu continuer à suivre l’Anguienne car elle passait sous la ville dans un tuyau.

Puis nous avons vu des arbres de toute sortes : le frêne, le saule, l’érable, l’aulne glutineux.

   

Anouk et Capucine R.

Quand on est revenu, on a vu des lavoirs : c’était pour laver les affaires parce qu’autrefois, l’eau de l’Anguienne  était très propre.

« Il y avait beaucoup d’herbes autour de l’Anguienne, on a vu dedans des déchets comme des bouteilles d’eau ! Donc, aujourd’hui, on ne pourrait plus laver du linge dedans ! Sur la première photo, il y avait une tonne de moustiques, ça ne donnait pas envie d’y aller ! » Paul

Jeux sur le petit Fresquet

Le petit Fresquet est un milieu naturel riche puisqu’il comprend 4 zones : une prairie, une forêt dense et humide, un plateau rocheux et un cours d’eau, l’Anguienne.

Lundi 7 mai, nous nous y sommes baladés et depuis, nous travaillons sur les êtres vivants que nous y avons croisés, voici des petits jeux pour réviser en famille !

  

La maîtresse

Je reconnais des plantes, des fleurs et des arbres

A- Voici dans le désordre 7 plantes, à toi de les retrouver :

la fougère, le bouton d’or, l’iris, l’anémone, le roseau, l’orchidée sauvage, la véronique petit-chêne

  

1                                       2                                        3

  

4                                          5                                 6

7

Trouve ensuite celles qui poussent dans la prairie, au bord de l’eau, sur le plateau rocheux ou dans la forêt.

B- Voici 6 noms d’arbres que l’on a croisés, retrouve-les ainsi que le nom de l’oiseau présent sur l’une d’elle !

l’érable, le frêne, l’aulne glutineux, le tilleul, le saule, le lierre

  

8                                     9                                       10

  

11                                     12                                     13

Je reconnais des empreintes

C- A quel animal appartient chaque empreinte, (un indice : la 2ème empreinte va avec la 3ème photo..)? 

  

Je reconnais des animaux aquatiques ou semi-aquatiques

D- En t’aidant de ton carnet de terrain, donne le nom des animaux que nous avons pêchés dans l’Anguienne et que l’on voit ci-dessous en photo :

  

    1                                       2                                       3

  

    4                                        5                                      6

 

             7                                      8

Quelle est la punaise aquatique ? Quel est celui que le pêcheur peut accrocher au bout de son hameçon ?

 

Réponses : 1 la véronique petit-chêne, de la prairie (elle a 4 pétales alors que le myosotis, avec lequel on peut la confondre en a 5 !), 2 l’iris d’eau est toujours jaune, celles de nos jardins sont souvent violettes, 3 l’orchidée sauvage pousse sur le plateau, c’est une fleur protégée que l’on ne doit pas cueillir, 4 la fougère qui pousse au bord de l’eau ou dans la forêt dans les zones très humides, elle est moins découpée que la fougère des bois, 5 le bouton d’or de la prairie, 6 le roseau qui pousse les pieds dans l’eau (attention, il est très coupant si l’on veut en faire des bouquets !) 7 l’anémone qui pousse sur le plateau rocheux

8 le tilleul, comme dans la cour de l’école, (on peut ramasser ses fruits que l’on voit ici et avec les feuilles séchées se faire de bonnes tisanes), 9 le saule (mais pas pleureur celui-là !), 10 l’érable, reconnaissable à sa feuille palmée,11 l’aulne glutineux, 12 le lierre (qui pousse partout et peut faire mourir les arbres autour desquels il s’enroule si on le laisse y grimper !) 13 le frêne, reconnaissable à sa feuille composée et un rouge-gorge !

La 1ère empreinte est celle d’un chevreuil et la 2ème celle du sanglier. La 3ème photo montrait les traces laissées par le sanglier fouisseur : il retourne la terre avec son groin à la recherche de larves, d’insectes, de racines, de vers…

1 les gammares sont des crustacés d’eau douce et montrent que l’eau de l’Anguienne est de bonne qualité, 2 la couleuvre à collier vit à proximité de l’eau où elle se nourrit et se reproduit, 3 la nèpe n’a pas de dard mais une sorte de tube pour respirer, c’est une punaise aquatique, 4 la grenouille verte est l’espèce hybride la plus présente en Charente, nous l’avons pêchée dans la mare, 5 la planorbe est un petit escargot d’eau douce à la coquille très plate, 6 un fourreau ou un porte-bois, c’est en fait une larve de phrygane (sorte de papillon), dont les pêcheurs peuvent se servir comme appât, 7 une demoiselle bleue (à ne pas confondre avec une libellule qui est plus grosse et sans couleur !), 8 un futur canard colvert : son œuf

Au musée, à la recherche de l’eau

Vendredi 2 mars nous sommes partis au musée pour aller voir des œuvres en rapport avec notre thème de l’eau. On en a profité pour voir l’exposition sur Venise (c’est quand même en rapport avec l’eau parce que les Vénitiens utilisent des bateaux car Venise est construite sur l’eau, sur la mer Adriatique). Laïla était notre guide au musée et Mathis nous a fait faire l’atelier d’arts plastiques.

Les ammonites

Laïla nous a expliqué que les ammonites vivaient autrefois dans la mer en Charente, puis la mer s’est retirée. Les coquilles d’ammonites sont devenus des pierres : des fossiles.

Benjamin : « J’ai bien aimé parce que ces fossiles étaient gros ! »

Zara : « J’ai aimé parce que c’est intéressant de connaitre le passé de la préhistoire … »

L’Océanie

Dans cette partie nous allons forcément vous présenter des choses en rapport avec l’eau puisque l’Océanie est entourée d’eau (océan Pacifique et Indien) et constituée d’îles !

Nous avons vu un grande carte océanique, il y avait une magnifique maquette de pirogue à balancier en bois : c’est un bateau que prenaient les navigateurs océaniens pour découvrir des îles. Ensuite nous avons vu des coquillages qui leur servaient de monnaie. On a aussi vu une petite carte faite en bois !

 

« J’ai trouvé ça super et passionnant ! » Erell

« J’ai trouvé ça très intéressant, surtout les maquettes qui étaient très belles ! » Cathleen

 

L’exposition sur Venise

Nous sommes allés voir des œuvres de Venise peinte par Canalletto et d’autres artistes comme Zep qui a fait des planches en aquarelle, dont une sur laquelle Titeuf était déguisé :

Sur certaines photos, on voit le grand Canal et des gondoliers qui pêchent. Certains tableaux sont plus sombres que d’autres, ce qui fait qu’ils sont plus vivants. Canalletto peignait avec des couleurs claires, plus « lisses », et ça semblait moins réaliste (on n’a pas eu le droit de photographier ses œuvres !)

 

Nous avons aussi appris le triste avenir de Venise car elle est construite sur des pilotis et eux-mêmes sont construits sur de la vase. Et donc Venise descend à cause du réchauffement climatique et aussi des gros bateaux de croisière qui entrent dans le port  ! Les palais coulent !!

 

L’aqua alta est provoquée par les paquebots et le réchauffement climatique, donc l’eau monte et les gens sont obligés de passer sur une passerelle en bois.

« Ça m’a rendue très triste d’apprendre que Venise va s’effondrer un jour alors que j’ai trouvé en la visitant qu’elle est très jolie et joyeuse ! » Cathleen

« J’ai aimé voir les tableaux. » Zoé

« J’ai trouvé que c’était intéressant de dessiner et aussi l’expo ! » Edwige

L’atelier d’arts plastiques

Nous avons aussi fait un atelier qui consistait à dessiner un paysage de Venise sur lequel on voit le grand Canal : au début on a tracé la ligne d’horizon au milieu de la feuille. Puis on a tracé le grand canal avec des lignes de fuite pour faire la perspective. Après on a dessiné avec des crayons aquarelle qui s’utilisent avec de l’eau. On pouvait coller des autocollants de tableaux qu’on avait vus pendant la visite.

.  

  

Tom                                Anouk                             Edwige

 

Marcus                                 Mathilde                           Émilien

« Moi, j’ai bien aimé utiliser les crayons aquarelle ! »Anouk et Mathilde