A l’athlétisme

Nous sommes allés au stade Léonide Lacroix pour faire de l’athlétisme tous les lundis après-midis, de 14h à 15h30, pendant 10 séances. Notre professeur s’appelait Jean-Jacques Baiola et il était très très gentil. On a couru, on a sauté et on a lancé.

Pour s’échauffer, nous avons d’abord fait plein de petits jeux.

 

 

 

 

En course longue, on a couru 12 minutes, et presque tout le monde a réussi.

En course de vitesse, nous avons couru 30 mètres. Pour réussir, il fallait être prêt pour le départ.

Nous avons appris à faire du saut en longueur : il faut trouver son pied d’appel, il faut prendre de l’élan, courir et sauter vers le haut et vers l’avant, et retomber à pieds joints. Pour trouver son pied d’appel, on sautait par dessus une haie.

 

 

 

 

On a sauté des rivières dans le sable.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On a lancé des vortex, à bras cassé.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Clothilde et Luna, CE2

Le meilleur conte des CM2

Ce dernier trimestre, nous avons écrit, seul ou par deux, des contes. Ensuite, nous les avons lus puis nous avons voté pour le meilleur d’entre eux : c’est celui d’Eva-Lina qui a été sélectionné. Alors profitez de vos vacances pour le lire !

L’aventure de Gautier et Léo

Chapitre 1

Il était une fois sur une île déserte, au sud de l’Amérique un jeune homme tout à fait ordinaire qui s’appelait Gautier. C’était un garçon qui avait eu une enfance difficile , il était malchanceux au jeu, et n’avait qu’un seul rêve : devenir beau, riche, et surtout aimé de tous!

Un jour qu’il marchait dans la forêt, il tomba nez à nez avec un ours affamé qui ne désirait qu’une chose : le dévorer ! Tandis que le garçon apeuré poussait des cris en criant à l’aide alors qu’il savait très bien que personne ne viendrait le chercher, il se crispa contre un arbre ! Soudain, alors que tout espoir avait disparu, il entendit un cri, qui provenait de sous terre et tout à coup, une armée de nains à moitiés elfes apparut devant lui pour le protéger ! Les petits hommes combattirent l’ours avec rage, et une fois l’ours à terre ils repartirent aussi vite qu’ils étaient venus… Gautier, encore tout interloqué, s’était assis sans bouger en fixant l’endroit où la minuscule armée avait disparu. Quand il reprit ses esprits, il vit une petite créature qui gisait au milieu du champ de bataille ! Le jeune garçon s’approcha de la petite chose sans faire de bruit, pour ne pas l’effrayer. Il découvrit que la « chose » qu’il voyait était en fait un petit nain-elfe de la minuscule armée ! Le petit elfe était couvert de blessures à cause du combat contre l’ours, et il s’était évanoui …Deux heures plus tard, le jeune garçon avait soigné le nain et l’avait ramené dans sa minuscule maison qu’il avait créée lui-même. Quand le nain se réveilla, il eut très peur car il n’était pas dans son milieu naturel et se mit à courir partout dans la maison, tout affolé ! Mais à cause de ses blessures, il ne put courir très longtemps et retomba à terre. Gautier le prit dans ses mains, et le reposa sur le lit, en essayant de lui dire des paroles réconfortantes :

– N’aies pas peur, je ne te veux pas du mal, mais seulement t’aider ! Je m’appelle Gautier, et toi ?

– …

– Je comprends que tu ne veuilles pas me parler, mais dis-moi au moins comment tu t’appelles ?

– Hum.. je…je m’appelle Léo, murmura l’elfe-nain d’un air timide.

– Et bien, Léo, je suis content de faire ta connaissance, dit Gautier en lui tendant la main d’un air amical.

Le nain lui serra la main, un peu plus rassuré.

– Tu veux manger quelque chose ?

– Je veux bien, répondit le nain.

Gautier partit alors au fond de sa cabane et farfouilla un peu partout, pour trouver à manger. Quand il revint, le nain s’était installé à table, comme s’il était chez lui ! Gautier se dit, content, que le petit nain aux oreilles pointues s’était bien approprié le style de vie du jeune homme !

Après avoir bien mangé, le garçon posa plusieurs questions au petit elfe :

– Combien êtes-vous dans votre tribu ? Demanda le jeune homme curieux.

– Hum … A peu près 100 000, normalement…

– Pourquoi « normalement » ??

– Il y a environ un mois, une tragédie s’est produite dans notre village sous-terrain.

– Que s’est-il passé ?

– Ça s’est passé un soir, nous sortions d’un bar mes amis et moi, et nous avons entendu des bruit étranges qui venaient de la forêt, alors nous sommes allés voir si tout allait bien et nous nous sommes séparés en deux groupes. J’étais avec mon meilleur ami, Luffy… Soudain, nous avons vu une bête monstrueuse sortir d’un buisson ! Luffy a commencé à se battre contre le monstre, mais hélas, il ne faisait pas le poids face à lui et il est mort… Je n’ai rien pu faire pour le sauver…

– Et comment t’en es-tu sorti ?

– J’avais un pistolet bizarre avec moi, alors, fou de rage je lui ai tiré dessus mais il m’a attaqué avec ses griffes… C’est comme ça que j’ai reçu cette cicatrice…

Il se tourna et montra son dos au garçon. Gautier vit une énorme cicatrice dans son dos ! Il resta bouche-bée.

– Alors, si j’ai bien compris, la bête, elle est morte ?!

– Malheureusement non, elle s’est enfuie. Après être sorti de la forêt, avec Luffy sur mon dos, j’ai appelé une petite troupe de soldats pour la rechercher.

– Vous l’avez retrouvée ??

– Non…

– D’accord, je comprends mieux, mais comment avez-vous fait pour savoir que j’étais en danger hier ?

– Et bien on était encore en train de chercher la bête et on a entendu des bruits alors on a cru que c’était le monstre mais c’était toi et ton ours. Je vais me reposer, dit le nain en baillant, à plus tard.

– D’accord, vas-y, dit Gautier en souriant.

Néanmoins, Gautier se posait encore d’innombrables questions au sujet des petits êtres, de leurs contacts avec les hommes mais la question qu’il se posait le plus c’est quelle était cette bête !!?

Plusieurs semaines passèrent et Léo était de jour en jour plus anxieux. Un jour, Gautier lui demanda ce qu’il avait.

– Rien… Dit le nain préoccupé.

– Arrête, je sais que tu as quelque chose, tu ne parles plus, tu ne manges presque pas… Tu peux te confier à moi tu sais.

– C’est un peu dur à dire… Mais bon je veux bien. Alors je t’explique : après être sorti de la forêt, j’ai vu des milliers de cadavres ! Ils étaient tous de ma tribu, tous des amis, et tout ça à cause de cette foutue bête !

– Et tu n’as pas pu les sauver ?

– Et bien c’est plus compliqué que ça…

– Explique-moi.

– Il ont été tués, enfin tués… ils sont tombés dans les pommes quoi, une morsure de la bête, ton corps est empoisonné… Il n’y a qu’un seul moyen de les sauver : c’est une plante qui se trouve sur l’île d’Isla Sornia !

– Isla Sornia !!?? Mais cette île est très dangereuse !

– Je sais mais c’est le seul moyen de tous les sauver !

– Vous êtes surs qu’il n’y a pas un autre moyen ?

– La sorcière du village est une experte, elle ne se trompe jamais.

– Et tu comptes aller là-bas ?

– Évidemment ! Je ferai tout mon possible pour les sauver !

– Et bien, dit Gautier, tu vas avoir du mal…

– Je sais, et c’est pour ça que j’ai besoin de ton aide.

– QUOI !!!!!!????

– Oui tu vas devoir m’aider mais si tu ne veux pas… Je t’égorge !!!!!!

– ARGH !!!!!

– Mais non je plaisante !! Il faut apprendre à rire des fois !!! HA HA !!!!

Plusieurs jour passèrent, et le petit elfe était de plus en plus enthousiaste à l’idée de partir à l’aventure, bien conscient qu’il ne reviendrait peut-être pas… Gautier, lui, n’était pas si content de devoir partir, mais il se dit que ça lui changerait les idées. Léo et Gautier se mirent d’accord sur quand et avec qui ils allaient partir : Ils partiraient à dix, ils iraient chercher les derniers combattants qui restaient chez les elfes-nains.

– Alors, dit Gautier, quand vais-je découvrir tes amis ?

– Demain, tu vas voir ils sont très gentils. Nous partirons à l’aube, dit le petit nain d’un air triomphant.

Chapitre 2 

Le lendemain, Gautier était tout excité à l’idée de voir les amis de Léo, et Léo lui, voulait à tout prix revoir ses amis ! Ils marchèrent longtemps avant d’arriver à une sorte de trou dans la terre :

– Voilà, c’est ici, dit Léo.

Gautier ne comprenait pas. Après avoir marché aussi longtemps, ils se retrouvaient devant un trou ? Un simple trou. Qui n’avait rien de particulier, et qui était juste et tout simplement un trou.

– C’est ça, chez toi ?? dit Gautier qui était tout embrouillé.

– Mais non ! Il faut que tu mettes ta main dedans, et alors tu vas y trouver un bouton.

– ET ????

– Et tu vas appuyer sur ce bouton et tu attends.

– Bon, dit Gautier d’un air agacé, j’y vais !

Gautier plongea sa main dans le trou, qui était un peu visqueux, il sentit alors une sorte de bouton, et il appuya. Puis il ressortit sa main et attendit.

Soudain, une sorte de petite voix retentit :

– Qui êtes-vous ??!! Demanda la petite voix qui ressemblait à celle de Léo.

– C’est moi, Léo !

– Léo !!!!!!! C’est bien toi?!

– Et puisque je te le dis !

– Ah enfin je pensais qu’on ne te reverrait plus jamais ! Bon je t’ouvre !

La petite voix s’arrêta, et une sorte de passage secret s’ouvrit. Léo guida son ami dans les profondeurs de la terre.

– Il fait froid ! Dit Gautier.

– Arrête de te plaindre, tu as un manteau non ?!

– Pfff…

Après quelques minutes de marche, ils virent de la lumière.

– C’est là ! Dit le nain.

A la stupeur du garçon, il vit tout le petit village en morceaux ! Il regarda Léo pour voir sa réaction, mais à sa grande surprise, il n’était pas du tout choqué. Gautier se dit qu’il y était allé un peu fort avec le petit elfe et eut de la peine pour lui.

– Désolé, fit le garçon gêné.

– C’est rien, dit Léo, tu ne savais pas.

Gautier se retourna vers le village et vit tout les habitants du village courir vers eux.

– Léo !!!!

– Tu es enfin arrivé !!

– On a tellement attendu !!

Tout le monde se rua vers eux en criant de partout et en bondissant sur Léo. Personne n’avait fait attention à Gautier, mais un petit elfe, intrigué de voir un humain lui posa une question :

– Serais-tu un ami de Léo ?

– Oui, c’est ça.

– Ha, et bien dans ce cas, viens faire la fête avec nous ! Dit le nain, qui avait l’air de faire comme si rien ne s’était passé.

– Ce serait avec joie, dit le garçon un peu gêné, mais je dois d’abord parler à Léo.

– Il n’y a pas de souci, je vais te l’amener.

Le nain revint avec Léo qui le suivait.

– Léo, dit le nain, ton ami souhaite te parler.

– Je t’écoute ??

– Je pourrais te parler seul à seul ? Dit Gautier.

Les deux amis s’éloignèrent du groupe.

– Il ne faudrait pas essayer de trouver un plan d’attaque ? Dit Gautier.

– Ne t’inquiète pas, on a le temps, il faut aussi penser à se détendre.

– Se détendre ? Non mais tu plaisantes j’espère ?! Tu penses à tous tes amis qui sont blessés ? Tu ne penses qu’à toi ou quoi ?! Tes amis comptent sur toi, ils pensent que tu es leur héros, et toi, tu préfères rester là, à boire des coups avec tes amis ? Je suis pas d’accord, je suis pas venu ici pour te voir plaisanter avec tes copains ! Soit tu vas dire à toute ta bande de préparer un plan d’attaque, ou alors je m’en vais, et tu seras tout seul !

-…….. Je suis désolé… tu as raison, je vais aller leur dire de se bouger ! Écoutez, nos amis comptent sur nous pour les sauver, alors on va se bouger ! Clama Léo d’une voix forte en se tournant vers ses amis.

La petite tribu était sous le choc, les elfes-nains ne bougeaient plus. Puis, d’un coup, comme s’il y avait eu un déclic, ils se mirent tous à acclamer Léo en lui disant qu’il avait raison et qu’il fallait qu’ils agissent. Le soir venu, dans son lit, Gautier pensa : il pensa à toute la famille qu’il n’avait jamais eu, et à toute sa famille qu’il n’avait aussi jamais connue.

Pour la petite histoire, Gautier n’avait jamais connu ses parents, il savait juste que ses parents s’étaient débarrassés de lui, et l’avait posé sur l’île. Quand il y repensait, il se disait que ses parents ne le méritaient pas, s’ils étaient assez bête pour abandonner leur enfant, alors ils étaient sûrement assez bête aussi pour ne pas bien s’occuper de leur fils. Des fois, Gautier se disait qu’il avait eu de la chance…

Le lendemain matin, quand Gautier se réveilla, il sortit de sa cabane, et vit toute la tribu qui était armée jusqu’aux dents. Pris de stupeur il tomba par terre. Toute la tribu se mit à rire aux éclats comme s’ils n’avaient jamais connu de choses plus drôles.

– C’est ridicule… Dit un petit soldat.

– Tu es très drôle, jeune homme…!!!!

Gautier était encore tout chamboulé. Les cheveux en pétard, en pyjama avec des licornes, il se dit qu’il aurait mieux fait de rester dans sa cabane !

– Alors tu es prêt ? Dit Léo qui rigolait encore.

– Comment ça je suis prêt ?! Je viens de me prendre une sacrée gamelle ! Et puis d’abord, prêt pour quoi ?

– Tu as oublié ?

– Oublié quoi ?

– ON PART A LA RECHERCHE DE LA PLANTE MAGIQUE !!!! dirent- ils en chœur !

Soudain, Gautier eu un déclic, il avait effectivement complètement oublié ! Il courut très vite dans sa tente, et ressortit presque aussitôt habillé en sorte d’aventurier un peu chelou, et d’un air triomphant !

– C’est bon ? Mademoiselle a fini de se préparer ? Dit un soldat d’un air moqueur.

Tout le monde se mit à nouveau à rire !

– Et ben, t’es un sacré comique toi !

– Non mais ! Je ne vous permet pas !

– Bon assez rigolé Gautier ! dit Léo, il faut que nous partions sur le champ !

– Mais attendez une minute, dit Gautier, on n’a même pas de plan d’attaque ?

– Et bien figure-toi que pendant que MADAME dormait, nous on a bossé toute la nuit !

Tout le monde se mit à rire aux éclats ! Quelques minutes plus tard, la petite troupe se mit en route. Tout d’abord, ils prirent tous un bateau que les nains avaient préparé la veille, et après une courte traversée de la mer, ils débarquèrent sur l’île d’Isla Sornia.

– Bon, la traversée s’est déroulée sans encombre, c’est bon signe, dit Léo, le chef de la troupe.

Ils marchèrent un peu puis arrivèrent dans une forêt. Tout était calme, ce qui ne rassurait pas vraiment nos compagnons. Soudain, ils entendirent des bruits bizarres qui venaient de la fin de la forêt.

– Approchons, dit un soldat.

– Oui mais ne faites pas de bruit , dit Léo.

La petite troupe sortit de la forêt en silence. Gautier, qui était parti en éclaireur, revint en courant vers le reste de la troupe qui l’attendait.

– Là-bas, en sortant de la forêt, j’ai vu une petite maison, lugubre et pas très rassurante, mais le pire, c’est que juste à côté, il y avait une grande maison en gâteaux qui elle, avait l’air très rassurante…

– Tu es sûr ? Dit Léo d’un air hésitant.

– Sûr !

– Bon, je pars avec Gautier, Jackie, José et Michel ! Les autres, vous resterez là. Toi, je te donne le talkie-walkie. Tu me préviens dès qu’il se passe quelque chose . Allez, c’est parti !

Le petit groupe marcha vers la petite maison sinistre en ne faisant aucun bruit. Ils ouvrirent la porte. Tout était silencieux, ils se dirent qu’il n’y avait personne, et entrèrent. Toute la maison était remplie de toiles d’araignées et de flacons puants et bizarres…

– C’est pas très rassurant, dit Gautier, qui hésitait à entrer.

– Ne t’inquiète pas dit Jackie, il n’y a personne.

La petite troupe regardait un peu partout pour voir si la plante était là, mais ils ne voyaient rien qui ressemblait à quelque chose comme ça.

– Bon, il n’y a rien ici, on fait fausse route ! Dit Léo d’un air ennuyé.

Soudain, ils entendirent un bruit qui venait de la seule porte qu’ils n’avaient pas regardée… Tout le monde s’était tu, et des pas se rapprochaient de la pièce où ils étaient.

– Cachez-vous ! Dit Léo en chuchotant, vite, je vais faire diversion !

Léo passa la porte qu’il n’avait pas visité et d’où venaient les bruits de pas… Quand les pas arrivèrent jusqu’à Léo, il découvrit une énorme dame : elle était grosse, moche, et elle avait l’air très très méchante !

– Salut toi ! Je m’appelle Léo, et j’aimerais que tu me donnes un cours de danse !

Mais qu’est-ce que je dis ! Se dit Léo dans sa tête….

Pendant ce temps, Gautier et le reste de la troupe profitèrent du bruit pour sortir de la cabane et allèrent rejoindre les autres qui étaient cachés dans les buissons.

– Tu oses me parler ainsi ?! Dit la grosse dame d’un air effrayant .

– Écoutez, madame, je ne veux pas de problèmes, je veux juste des cours de danse, et si tu ne veux pas… Je cherche une plante, c’est pour la mettre dans mon jardin.

– Tu te moques de moi ma parole !

– Je n’oserais pas…

– Tu as tout gagné ! Je vais t’enfermer dans la cage !

D’un coup, elle leva le bras, et attrapa Léo par les oreilles (qui étaient très longues) et le jeta dans la cage qu’elle avait mise dans la pièce secrète…

– Allez chercher la plante magique et rentrez au village, ne vous occupez pas de moi ! Dit Léo dans le talkie-walkie qu’il avait dans la main.

Sous le choc, la petite troupe qui avait entendu le message de Léo, fut très triste pour leur ami…

– Bon les amis, vous avez entendu le chef, il faut qu’on trouve la plante et qu’on la ramène au village ! Dit Michel.

– Vous rigolez ?! Vous êtes prêt à laisser votre ami mourir sans rien faire ?!

– Écoute ça ne nous plait pas non plus, mais c’est notre chef, et on doit écouter ses ordres ! Dit Jackie.

– C’est pas une raison ! Vous ne le voyez que comme un chef ? Personnellement moi, je le vois beaucoup plus comme un ami plutôt que comme un chef ! Alors faites ce que vous voulez, mais moi, je ne resterai pas là. Je vais l’aider !

– Tu as raison ! Je viens avec toi ! Dit Jackie.

– Moi aussi, dit un autre.

Et au final, tout le monde fut d’accord pour dire qu’ils ne laisseraient pas Léo tout seul ! Alors, toute la bande rentra dans la maison en mode tugs life. La grosse dame était en train de parler à Léo en lui disant comment elle allait le manger.

– Qui êtes-vous ?! Dit la grosse dame d’un air intrigué.

– On est la « Team Doliprane » !! Dit Michel d’un air triomphant.

– La quoi ? Bref, je vais vous manger en même temps que mon invité, comme ça il y en aura plus !!!! cria la grosse femme en se retournant et en apercevant la troupe entière !

– Tu as cru qu’ont allait se laisser faire? On va te faire manger le plancher ! Dit Gautier.

Jackie et Gautier se jetèrent sur la grosse dame et Michel et les autres les suivirent. Au bout d’une bataille acharnée entre la grosse dame et les Team Doliprane, c’est finalement Gautier et les autres qui donnèrent le coup fatal !

– Bien joué les gars ! Dit Léo, ému que ses amis soient venus le délivrer.

Gautier prit la clé qui était accrochée à la ceinture de la grosse dame.

– Merci à tous les amis ! Maintenant, allons chercher la fameuse plante !

– Et pour l’autre maison ? Dit Michel, que fait-on ?

– Ne t’inquiète pas, la vieille m’a dit que l’autre maison était aussi la sienne. Alors pas besoin d’y aller !

– OK.
Ils marchèrent longtemps longtemps, avant de revenir à l’endroit d’où ils étaient partis, devant les deux maisons…

– On a fait le tour de l’île et on a rien trouvé !

– Je sais bien, dit Léo, mais ils faut qu’on continue à chercher…

– Et ben dis donc… Elle a beaucoup de fleurs pour une femme grosse et moche. remarqua Michel, en regardant les fleurs qui poussaient dans un parterre, devant la petite maison.

– Mais ! Michel ! Tu es un génie ! Tu as trouvé la plante !

– Quoi ???

– Regarde à côté de toi ! Dit Léo d’un air content, en lui désignant  les fameuses fleurs !

– Wahou !!!!! J’ai trouvé la plante !!!!!!!!!!

Léo s’empressa de cueillir la fleur et de la mettre avec mille précautions dans une besace. Puis ils repartirent heureux à bord de leur bateau.

Et c’est ainsi, que la petite troupe rentra chez elle, et réanima tous ses amis !

Pour la fin de l’histoire, la créature monstrueuse s’avéra être en fait le chat de Gautier ! Mais par rapport aux nains, son chat était gigantesque !

Depuis ce jour, Léo et Gautier vivent ensemble, et Gautier a apprivoisé son chat afin qu’il ne s’en prenne plus aux elfes-nains.

FIN

Eva-Lina

Suite des Conversations

Vous allez trouver ci-dessous la suite des enregistrements de la poésie « Conversation » de Jean Tardieu par les élèves de CE1.

Noah, Soukaïna, Catherine, Yoëd

Enregistrement : Alyzée et Daïla

Enregistrement : Octave et Soukaïna

Enregistrement : Ambre et Catherine

Enregistrement : Sambou et Céleste

Enregistrement : Lily-Rose et Sarah

Conversations

La classe de CE1 vous présente des enregistrements de la poésie « Conversation » de Jean Tardieu (1951). Merci pour votre écoute.

Colette, Ambre et Luna

Enregistrement : Bertrand et Samuel

Enregistrement : Noah et Mathéo

Enregistrement : Yoëd et Clothilde

 

Des mythes au musée

Au musée, jeudi 15 juin, nous avons découvert différents couples mythologiques. Nous avons trouvé que ces histoires étaient compliquées car on retrouve les mêmes personnages dans plein d’histoires et il en arrive beaucoup à ces dieux immortels !

Cupidon et Psyché

On voit une sculpture dénudée de Psyché qui tient à la main une lampe à huile. Elle a été sculptée par J.A.Peiffer, en marbre blanc.

D874.1.2Ce mythe parle d’une femme très très belle, dont tout le monde dit que sa beauté surpasse même celle de la déesse de la beauté, Vénus ( ou Aphrodite ).

La déesse, jalouse, demanda à son fils Cupidon de planter une flèche dans Psyché afin qu’elle tombe amoureuse d’un homme très laid et ainsi qu’elle en soit débarrassée. Malheureusement, le plan de la déesse échoua, car Cupidon tomba amoureux de Psyché, et il l’épousa puis l’emmena dans un palais magnifique.

Psyché avait 2 sœurs, très jalouses l’une comme l’autre. Un jour ses sœurs lui demandèrent à quoi ressemblait Cupidon, et Psyché répondit qu’elle ne l’avait jamais vu. En vérité, Psyché n’avait jamais vu son mari, car il ne voulait pas qu’elle sache que c’était en fait un dieu, car sa mère Vénus, ne savait pas qu’ils étaient mariés. Cupidon ne voyait Psyché que la nuit quand il faisait tout noir et elle n’avait donc jamais vu son visage. Un soir Psyché, remplie par l’envie de savoir qui était vraiment son mari alluma une lampe à huile pendant qu’il dormait, et l’éclaira : elle vit enfin le véritable visage de son mari ! Surprise en le reconnaissant, elle laissa tomber une goutte d’huile bouillante sur l’épaule de Cupidon, et le réveilla. Il fut furieux et la quitta.

Ensuite Psyché subira de nombreuses épreuves pour finalement, vivre avec Cupidon sur l’Olympe !

Eva-Lina et Lila

Bacchus

C’est une sculpture d’enfant nu, avec un raisin dans la main gauche, et une pomme de pin dans la main droite qui représentent ses attributs car il est le dieu du vin et de la fête.

musée 008Dans la mythologie, Bacchus était amoureux d’Ariane et il fit apparaitre à Thésée un cauchemar afin qu’il abandonne Ariane sur une île plutôt que de l’épouser. Ariane et Bacchus se marieront et auront plein d’enfants.

Mélodie et Sarah

La guerre de Troie

ou l’amour d’Hélène et de Pâris

C’est un grand tableau situé dans l’espace Beaux Arts d’Ethienne-Barthélémy Garnier qui s’appelle « La consternation de la famille de Priam« .

Priam-872.1.4Tout commença quand il y eut le mariage de Thétis et Pélée sur l’Olympe. Toutes les divinités étaient invitées sauf la déesse de la discorde, Éris, car on voulait éviter qu’elle provoque la zizanie. Pour se venger, elle lança une pomme avec écrit dessus « à la plus belle ». Trois déesses, Junon, Minerve et Vénus la voulait. Jupiter était embêté d’autant plus que tout le monde avait sa déesse préférée… Jupiter qui ne voulait vexer aucune des trois déesses les envoya  sur le mont Ida afin que Pâris, un berger ( qui était en fait le fils de Priam et d’Hécube, prince de la ville de Troie), les départage. Comme Pâris n’arrivait pas à choisir, les déesses lui donnèrent toutes un argument : Minerve lui proposa d’être un grand guerrier, Junon lui promit de régner sur l’Asie Mineure sans combattre et Vénus lui donnerait l’amour d’Hélène de Sparte, une demi-déesse aussi belle qu’elle. Pâris choisit Vénus et lui donna la pomme.

Pendant ce temps Hélène se mariait avec Ménélas, roi de Sparte qui avait passé un accord avec les autres rois grecs : comme celui-ci savait que sa femme était très belle, il ne voulait pas qu’on l’enlève et tous les rois jurèrent de la défendre et de risquer leur vie pour elle.

Mais lorsque Pâris arriva à Sparte, un jour où Ménélas était parti, Hélène tomba également amoureuse de lui et tous les deux décidèrent de s’enfuir jusqu’à Troie. Hélène prit même la moitié du trésor de Ménélas !

En rentrant chez lui, voyant cela, Ménélas informa tous les rois grecs qui partirent attaquer Troie afin de récupérer Hélène.

Sur le tableau, on voit la fin de la guerre : Pâris, en haut à gauche, désespéré se sentant coupable de la mort d’Hector, son frère. On voit ce dernier au fond du tableau, trainé par un char tiré par Achille.

Priam, au centre du tableau, veut récupérer le corps d’Hector. On voit aussi Hécube et Andromaque (mère et femme d’Hector) qui sont bouleversées.

A la fin de ce mythe, plus loin que le tableau ne le montre, Pâris tua Achille en lui plantant une flèche dans le talon. Puis il fut tué à son tour. Le combat s’arrêta, Ménélas récupéra Hélène, les rois grecs repartirent chez eux, sauf Ulysse qui se perdit en mer…

Mélouan et Nathan

La douleur d’Orphée

ou Orphée et Eurydice

C’est une statue en bronze représentant Orphée, accompagnée d’un chien à trois têtes (Cerbère) et de sa lyre. Elle s’intitule « La douleur d’Orphée », de R. Verlet.

992_12_1aEurydice, la femme d’Orphée, s’était faite mordre par un serpent ce qui l’avait conduit tout droit en enfer. Orphée ne voulant pas qu’elle meure, alla la chercher dans les enfers.

Pour passer, comme il était un excellent musicien, il endormit Cerbère avec sa lyre. Puis il supplia Hadès, le dieu des enfers de la libérer. La femme de celui-ci, Perséphone, émue par son courage et son amour, le convint de libérer Eurydice, mais à une condition : Orphée ne devrait pas la regarder sinon Eurydice mourrait à jamais.

Une fois avoir tout traversé sans la regarder, arrivé au portail pour sortir dans le monde des vivants, Orphée était trop impatient de revoir sa femme. Malheureusement, il se retourna alors qu’ Eurydice était encore dans le tunnel. Du coup, Eurydice mourut à tout jamais !

Lucie et Marie

Adonis et Vénus

C’est un tableau sombre qui a été peint par Paul Bril.

838.1.4C’est l’histoire d’un couple dont la femme, Vénus, ne veut pas que son amoureux, Adonis parte à la chasse car elle a peur qu’il lui arrive quelque chose.

Mais il veut quand même y aller et il va se faire tuer par un sanglier.

Sur ce tableau, on voit 3 chiens de chasse, Cupidon (le fils de Vénus) qui dort, le sanglier dans la forêt.

Paul Bril a représenté 2 moments de cette histoire dans le tableau.

Brayan et Timothé

Visite à la STGA

Jeudi 8 juin, à 9h00, nous avons pris le bus pour partir à la STGA : le conducteur qui nous y a amené nous a aussi guidé pendant la visite et expliqué les règles pour prendre le bus. Nous avons aussi visité l’intérieur du bâtiment où travaillaient les conducteurs et les gens du PC (poste de contrôle). Nous avons fait un quizz et nous avons gagné des maquettes du nouveau dino-bus.

Nous allons vous faire un quizz : Les règles sont simples, trouver les bonnes réponses parmi celles proposées !

1- Le petit bouton rouge sert à…

a) Demander d’arrêter de faire du bruit

b) Arrêter le bus

c) Faire démarrer le bus 2- A quoi sert cette chose ?

a) A ne pas que les gens se blessent en descendant du bus

b) A jouer

c) A faire monter le fauteuil des handicapés

3- Ce dinobus est fait avec …

a) Des autocollants

b) De la peinture

C) Des marqueurs

4- Pourquoi doit-on avancer vers le fond du bus quand on y monte ?

a) Pour embêter les gens

b) Pour laisser la place aux gens

c) Car sinon le bus ne pourra pas démarrer

5- Combien ça coute un ticket de bus pour un voyage qu’on achète en kiosque ?

a) 2 €

b) 1,40 €

c) 1,80 €

6-Combien existent-ils de lignes de STGA en tout ?

a) 13

b) 16

c ) 22

7- On a le droit d’amener un chien dans un bus :

a) Vrai

b) Faux

c) Vrai si c’est un petit chien qu’on porte dans un sac

Correction

1b

2c : Malheureusement ce n’est que sur quelques arrêts et que sur quelques lignes

3a

4b

5b : Oui pour acheter au kiosque, non si on achète dans le bus le ticket de dépannage, ça coute 1,80 €

 6c

7c : Sinon, il prend trop de place, comme tous les gros objets interdits

Anna, Emma, Emmanuel, Kézia, Paul

Le concours de la BD scolaire

Les CE2 ont participé au concours 2017 de la bande dessinée scolaire. Chacun a inventé un scénario et dessiné une planche de bande dessinée. Le jury a désigné les lauréats, parmi lesquels figure un enfant de la classe, Jolan, qui a reçu le prix « Petit Fauve de Bronze » dans la catégorie des 7/8 ans, pour sa planche de BD intitulée « Les inquiets ».

Les autres enfants de la classe ont reçu un diplôme pour les récompenser de leur participation.

Félicitations à tous pour ce bel investissement, et un grand bravo à Jolan pour son prix!

 

Le test vélo préparé par la prévention routière

Mardi 16\05\2017 nous sommes allés à l’école Cézanne Renoir où nous avons passé le test vélo : il fallait connaître les panneaux routiers et en même temps apprendre à faire des choses en vélo (tendre la main à un stop, rester à droite …)

L’association de la prévention routière nous a prêté un équipement : gilet jaune, vélo, casque. Nous avons fait plusieurs tours sur les pistes de la cour en respectant les panneaux routiers.

« J’ai trouvé ça facile mais j’avais du mal à respecter le panneau priorité à droite ! » Kézia et Paul

Jeu : retrouve les fautes ou les bonnes positionsLana a- a posé le pied alors qu’il ne fallait pas

b- a dépassé la ligne de stop avec sa roue

c- a respecté la règle

Emmanuel a- a posé le pied alors qu’il ne fallait pas

b- a eu raison de s’arrêter car il y avait un panneau d’arrêt

c- aurait dû tendre le bras droit pour tourner

Kézia a-  n’a pas tendu le bras pour tourner à gauche

b- va en sens inverse alors qu’il ne fallait pas

c- a totalement respecté la règle

Nolan a- passe dans cette voie alors qu’il ne fallait pas

b- a tourné dans le bon sens

c- a posé le pied par terre alors qu’il ne fallait pas

Correction du jeu :

Lana réponse b car elle n’avait pas le droit de dépasser la ligne

Emmanuel réponse a : il n’avait pas le droit de mettre le pied par terre car il n’en avait pas besoin puisqu’il n’y avait personne et que la route était dégagée

Kézia réponse a car il n’avait pas le droit de tourner sans tendre le bras

Nolan réponse a car il n’avait pas le droit de tourner dans cette chaussée puisqu’il y a un panneau de sens interdit

Leeloo, Lucie, Marvin et Nolan

 

 


 

L’aviron au CM1

 

Tous les mardis après-midi d’avril et de mai, nous sommes allés à l’aviron. Nous avions deux professeurs : Sasha et Rémi. Nous nous servions de deux bateaux : le bateau entreprise (dix places), le double (à deux places). Avant d’aller sur l’eau nous avions quatre étapes:

  1. mettre nos gilets.
  2. préparer les rames (border l’aviron)
  3. navigation (tourner, nager, dénager, faire demi tour)…
  4. rangement (gilet, rames)

Nous avons passé de bons moments ensemble tout en découvrant un nouveau sport collectif !

La classe de CM1.

Le carnaval de l’Houmeau

Vendredi 7 avril, à 15 h, nous nous sommes déguisés pour faire le Carnaval. Ensuite, à 16h, nous nous sommes mis en rang pour descendre sur la place St Jacques.

Les déguisements des classes

Voici les déguisements variés de la classe de  CE2.

Tous les élèves ont été très contents de pouvoir se déguiser et ils ont tous joué le jeu.

Les CM2 ont été particulièrement conquis par ce carnaval.

La déambulation

Quelques CM2 ont aussi dansé avec les percussionnistes qui nous accompagnaient. Tous les enfants ont bien rigolé, se sont amusés, ont lancé des confettis. Il y a même eu Sarah qui a dansé avec les musiciens africains devant tout le monde.

La chorale

Toute l’école PAUL BERT a  chanté devant tous les parents 3 chansons de Carnaval, les petits de l’école maternelle nous ont également rejoints pour chanter. Il faisait très, très, très chaud !

Au revoir Mme. Carnaval !

Ce sont les élèves du centre de loisirs qui ont fabriqué « PAUL BERTA », madame Carnaval. Ensuite, nous avons tué Mme Carnaval car elle avait cassé des vitres, elle avait mangé toutes les frites, elle avait volé des ballons…

Les danses

Le centre de loisirs danse sur « Sapés comme jamais « .

Les instituteurs eux aussi se sont déguisés ! Nous nous sommes amusés comme des fous !

« Nous avons trouvé les chansons pas terribles, mais ça ne fait rien car nous nous sommes bien amusés ! » Eva-Lina et Marie

Lucie et Mélodie