Visiter notre ville d’Angoulême version Moyen Age

On a fait cette visite le 24 septembre pour encore plus apprendre le Moyen âge car on est en train de travailler dessus en histoire. Vous savez qu’Angoulême est une ville qui est sur une colline et vous savez, on a de la chance, car il reste beaucoup de vestiges comme les remparts, la tour Clovis, les 2 tours du château…

Lisa notre guide nous a emmenés à travers les rues pour nous expliquer des choses. Nous avions un petit carnet pour les noter.

 

« Ce qui m’a impressionné c’est la vue des remparts ! » Charlène

« Ce qui m’a impressionné, ce sont les maisons à colombages qui sont faites en torchis parce qu’elles pouvaient être brûlées facilement, et on n’y logeait que 3 personnes ! » Abeer

Les remparts

Les remparts sont tout autour de la ville d’ Angoulême, ils servaient à défendre la ville contre les Wisigoths. La légende raconte que les remparts se seraient baissés quand Clovis a voulu rentrer pour aider les Angoumoisins à les combattre. La jambe de Clovis a été sculptée sur la tour « Clovis » pour se rappeler qu’il a voulu aider à combattre les Wisigoths et a été blessé à la jambe (1ère photo). Sur la 2ème photo, nous voyons une archère.

  

Les remparts d’aujourd’hui sont plus bas que ceux du Moyen Age.

« La sortie était très intéressante, on a appris plein de choses ! » Anna et Louise

Le château

Quand on était devant le château, on a vu des meurtrières et des créneaux. On a aussi vu 2 grandes tours, c’est la seule chose qui reste du Moyen Age : l’une s’appelle  le donjon (c’était la tour la plus haute dans laquelle vivaient le seigneur et sa famille, 1ère photo), l’autre est la tour ronde dans laquelle Marguerite de Valois est née (3ème photo). Sur la 2ème photo, on voit le blason du seigneur de ce château.

  

« Il y a beaucoup de fenêtres aujourd’hui mais au Moyen Age, il n’y en avait pas parce que le château servait à protéger et s’il y avait eu des fenêtres, les ennemis auraient pu les casser et entrer dedans ! » Nélia et Victoria

  

A cause du covid-19 nous n’avons pas pu monter dans le donjon. Mais la maitresse a enregistré des photos de l’an dernier. Sur la première photo, nous voyons le plafond sculpté du donjon où vivait le seigneur et sa famille.

Sur la deuxième photo, on voit un escalier qui tourne, il est très étroit et mène au donjon. Les chevaliers en armure pouvaient difficilement y monter. Il suffisait d’un coup d’épaule pour faire tomber tous les assaillants !

Et sur la dernière photo, on voit les mâchicoulis : ces trous servaient à laisser tomber des objets lourds pour assommer les assaillants qui se trouvaient au pied des remparts.

« J’ai bien aimé cette sortie, j’ai découvert plein de choses sur là où j’habite ! » Louna

Isabelle Taillefer versus le châtelet

Née en 1188, Isabelle Taillefer, reine d’Angleterre, dame d’Irlande, duchesse d’Aquitaine et comtesse d’Angoulême a fait construire le donjon et la tour du château d’Angoulême.

Sur la 1ère photo, nous voyons l’ancien palais des Taillefer devant lequel on a mis une pancarte d’Isabelle, en face de l’église St André.

La 2ème photo est le seul médaillon que l’on a retrouvé qui représente Isabelle.

 

D’abord, Isabelle a été enlevée par le roi d’Angleterre, Jean sans Terre (pour avoir ses terres) le jour de ses noces avec Hugues de Lusignan, le comte d’Angoulême. Elle a donc vécu en Angleterre, et eut des enfants. Quand Jean sans Terre est mort, elle est revenue à Angoulême où elle s’est mariée avec son premier fiancé, Hugues de Lusignan. Mais comme elle était habituée au château luxueux d’Angleterre, elle a fait rénover le château d’Angoulême et a voulu prendre le pouvoir contre le roi de France, Louis IX.

Celui-ci, a résisté en faisant construire le châtelet pour les surveiller. Le châtelet se trouvait à la place du marché des halles, donc pas très loin du château des Lusignan. Isabelle et Hugues ont arrêté la guerre contre le roi, même s’ils sont restés très puissants : au Moyen Age, les seigneurs étaient parfois plus puissants que le roi !

 

Le châtelet est ensuite devenu une prison, puis il a été démoli en 1885 !

Johanna et Jules     

               Les maisons, les rues

Dans les rues d’Angoulême, il y avait des maisons en torchis et à colombages : le rez-de-chaussée était en pierres car sinon, il y avait des risques d’incendie et trop d’humidité. Le torchis est un mélange de boue et de paille qu’on met entre les pans de bois. Ces maisons étaient des échoppes en bas (3ème photo), et en haut la famille y vivait. Sur la 2ème photo, on voit l’entrée de la cave dans laquelle les marchands stockaient la nourriture qu’ils allaient vendre : c’est le soupirail.

  

Les maisons à pignon étaient tout en pierres, c’étaient des maisons de riches.

  

Ces 2 types de maisons se trouvaient dans des rues sales, pleines d’ordures qu’on jetait par la fenêtre. Cela apportait des maladies ! Comme les rues étaient sombres et sinueuses, les voleurs pouvaient attaquer !

Il y avait des gardes pour surveiller la nuit et un couvre-feu où l’on devait être chez soi, éteindre les bougies et recouvrir les braises du feu avec de la cendre (pour éviter les incendies !).

« Ce qui m’a choqué, c’est que les gens du Moyen âge étaient tous chrétiens ! » Kyran

« Je ne savais pas que la cathédrale était si grande et qu’elle avait la forme de la croix de Jésus car je n’étais jamais entré dedans ! » Dany

La place du palet

Au Moyen Age, cet endroit était une des portes qui entrait dans Engoulesme (l’ancienne écriture du nom de notre ville !) : On arrivait sur la place du palet sur laquelle les artisans, les paysans, les commerçants … vendaient leur produits (des chaussures, de la nourriture, du tissu, des plats et plus encore…)

Pourquoi la place se nomme-t-elle comme ça ? Parce que le mot « palet » vient du mot « pal » : on prévenait les gens qui arrivaient par la porte, que s’ils enfreignaient une loi, ils se feraient empaler, comme tous les cadavres exposés à l’entrée de la place. On pouvait y voir aussi des piloris (3ème photo).

  

« J’ai aimé quand on était dans la cathédrale parce que les vitraux étaient translucides et la coupole blanche si jolie ! » Jade et Souhila

Le cimetière de l’église St André

Nous sommes allés derrière l’église St André et c’est là que Lisa nous a dit que nous pouvions marcher dessus, car des Angoumoisins l’avaient recouvert de béton armé. Comme ils étaient chrétiens, les gens du Moyen Age faisaient des cérémonies religieuses pour les enterrements et mettaient les corps le plus proche possible de l’église. Comme il n’y avait pas de cercueils, beaucoup de rats grattaient le sol et apportaient des maladies comme la peste, le choléra… C’est pourquoi de nombreux enfants et adultes mouraient.

 

« J’aimais bien la vie qu’a eu Isabelle Taillefer ! » Morgane

« J’ai préféré quand on s’est arrêté devant la mairie et qu’on a parlé d’Isabelle Taillefer. » Mona

La cathédrale

  

Les cathédrales ont été construites pour prier car les gens étaient très croyants. A l’extérieur, il y avait des gargouilles (4ème photo), des sortes de gouttières, pour empêcher les mauvais esprits d’entrer dans la cathédrale. Les modillons (6ème photo) étaient sculptés dans la pierre, et avaient la même fonction que les gargouilles.

Au Moyen Age, la cathédrale était toute colorée mais maintenant, la peinture s’est dégradée et est partie.

  

Dans la cathédrale, il y avait aussi des colonnes le long de la nef (5ème photo) avec des chapiteaux pour tenir les voutes.  » Ce que j’ai aimé, c’est la résonance dans la cathédrale ! » Moustapha « J’ai été impressionné par sa grande taille ! » Ben

Bas les masques !

Mardi 26 novembre nous sommes allés voir 4 courts métrages au cinéma de la cité. Ils étaient réalisés par Jean François Laguionie dans les années 1970. Toute la classe a préféré « Le masque du diable » et « Potr’ et la fille des eaux » car il y avait des voix et c’étaient les plus intéressants. En voilà les 2 résumés.

Après la projection, une fille nous a expliqué comment étaient faits les films d’animation : Certains étaient faits en peinture, ou en papier découpé, avec de la pâte à modeler, de la pellicule grattée… Il y a 24 images par secondes et les réalisateurs font 6 secondes par journée, donc c’est très long pour faire un film d’animation ! « Le voyage du prince » de J.F.Laguionie vient juste de sortir au cinéma, pleins d’enfants de la classe sont allés ou vont aller le voir !

Antoine M. et Paul

Le masque du diable

Il était une fois un village avec des personnes qui peignaient des masques pour le carnaval. Une vielle dame qui s’appelait Angèle mais qui n’aimait pas les masques, partit dans la montagne avec sa chèvre pour jouer aux dominos. Elle vit une personne qui prétendait être le diable, il demanda de faire une partie de dominos avec Angèle. Le diable proposa : « si tu gagnes, je te rajeunirais ». Alors,  Angèle tricha en donnant un domino à sa chèvre et elle gagna. Donc, le diable lui donna un miroir sur lequel il avait dessiné une belle jeune femme.

Résultat de recherche d'images pour "le masque du diable Laguionie court métrage""

Angèle proposa une revanche et dit : « si tu perd encore, tu enlèveras ton masque. » Angèle tricha encore une fois. Le diable enleva son masque, mais dessous se cachait un autre masque. Le diable partit au village et là-bas, il enleva son vrai masque et en réalité, c’était un villageois ! Sur le chemin du retour, Angèle se rendit compte qu’elle n’avait pas rajeuni et et elle enleva son masque : en réalité, Angèle était le diable !

Résultat de recherche d'images pour "le masque du diable Laguionie court métrage""

« J’ai aimé le suspense de cette histoire ! » Elif « Moi aussi, et j’ai aimé la peinture faite par J.F.Laguionie. » Alban       

Potr’ et la fille des eaux

On va vous raconter l’histoire de POTR’ ET LA FILLE DES EAUX. C’est l’histoire d’une sirène qui s’était faite attraper par un filet de pêche, elle chantait et Potr’ l’entendit. Il s’avança et la délivra.

Résultat de recherche d'images pour "potr et la fille des eaux"

Pour le remercier, elle resta à ses côtés chaque nuit. Ils tombèrent amoureux. Comme Potr ne pouvait pas rester sans respirer sous l’eau, il décida d’aller chez une sorcière pendant que la sirène dormait.

Résultat de recherche d'images pour "potr et la fille des eaux"

Potr’ lui demanda comment devenir sirène, elle essaya plein de formules mais rien ne lui fit une queue de poisson. Alors, elle chercha dans un livre et elle lut qu’il fallait prononcer une formule à la pleine lune. Il le fit et devint une sirène. Mais lorsqu’il rejoignit la fille des eaux, elle aussi avait convoqué les Dieux afin d’avoir des jambes ! On dit que l’histoire se finit bien mais on ne sait pas vraiment ce qui s’est passé.

Résultat de recherche d'images pour "potr et la fille des eaux"

«On a bien aimé ce court métrage parce que c’est celui qu’on a le mieux compris ! »

Chloé et Noor

 

L’exposition sur les écrans

Mardi 17 septembre, nous  somme allés à l’exposition sur les écrans qui se trouvait au champ de Mars. Cette exposition est créée par l’Union Nationale des Associations Familiales.

Nous allons vous faire un petit jeu pour savoir si vous connaissez des choses pour vous maintenir en bonne santé :

1- Combien d’heures de sommeil doit avoir un enfant de CM1 ?

A : 9 à 10h,   B : 1 à 2h,   C : 11 à 12 h

2- A partir de quel âge on peut être devant un écran ?

A : 3 ans,   B : 1 an,   C : 7 ans

3- Combien de temps par jour peut-on être sur les écrans à 9-10 ans ?

A : 1 h,  B : 45 min,   C : 2 h

4-Quel est le nom de la molécule chimique sécrétée par notre cerveau qui crée du plaisir quand on joue à des jeux vidéo répétitifs ?

A- la clémentine , B- la dopamine, C- la nicotine

5- Quel logo montre qu’il y a des gros mots dans ce jeu vidéo?

A- premier logo   B-deuxième logo    C- huitième logo

6- Que veut dire le septième logo « on line » ?

A- Qu’on va se retrouver à jouer et à communiquer avec des inconnus

B- Qu’on va jouer à des jeux de hasard et dépenser de l’argent

C- Qu’on va jouer à des jeux dans lesquels on met en scène des drogués, des dealers

Voici les affiches que nous avons trouvées les plus intéressantes. Nous devions retrouver les bonnes affiches pour trouver les réponses aux questions.

Antoine S., Constantin, Gabriel et Nina G.

Réponses : 1 A, 2 A à condition d’être accompagné d’un adulte et que ce ne soit pas trop long et adapté à cet âge, 3 B, 4 B si on veut sécréter de la dopamine, on peut aussi faire une autre activité qui nous plait comme le sport…, 5 B, 6 A : il faut bien regarder ces logos quand on achète un jeu vidéo

Jeux sur le petit Fresquet

Le petit Fresquet est un milieu naturel riche puisqu’il comprend 4 zones : une prairie, une forêt dense et humide, un plateau rocheux et un cours d’eau, l’Anguienne.

Lundi 7 mai, nous nous y sommes baladés et depuis, nous travaillons sur les êtres vivants que nous y avons croisés, voici des petits jeux pour réviser en famille !

  

La maîtresse

Je reconnais des plantes, des fleurs et des arbres

A- Voici dans le désordre 7 plantes, à toi de les retrouver :

la fougère, le bouton d’or, l’iris, l’anémone, le roseau, l’orchidée sauvage, la véronique petit-chêne

  

1                                       2                                        3

  

4                                          5                                 6

7

Trouve ensuite celles qui poussent dans la prairie, au bord de l’eau, sur le plateau rocheux ou dans la forêt.

B- Voici 6 noms d’arbres que l’on a croisés, retrouve-les ainsi que le nom de l’oiseau présent sur l’une d’elle !

l’érable, le frêne, l’aulne glutineux, le tilleul, le saule, le lierre

  

8                                     9                                       10

  

11                                     12                                     13

Je reconnais des empreintes

C- A quel animal appartient chaque empreinte, (un indice : la 2ème empreinte va avec la 3ème photo..)? 

  

Je reconnais des animaux aquatiques ou semi-aquatiques

D- En t’aidant de ton carnet de terrain, donne le nom des animaux que nous avons pêchés dans l’Anguienne et que l’on voit ci-dessous en photo :

  

    1                                       2                                       3

  

    4                                        5                                      6

 

             7                                      8

Quelle est la punaise aquatique ? Quel est celui que le pêcheur peut accrocher au bout de son hameçon ?

 

Réponses : 1 la véronique petit-chêne, de la prairie (elle a 4 pétales alors que le myosotis, avec lequel on peut la confondre en a 5 !), 2 l’iris d’eau est toujours jaune, celles de nos jardins sont souvent violettes, 3 l’orchidée sauvage pousse sur le plateau, c’est une fleur protégée que l’on ne doit pas cueillir, 4 la fougère qui pousse au bord de l’eau ou dans la forêt dans les zones très humides, elle est moins découpée que la fougère des bois, 5 le bouton d’or de la prairie, 6 le roseau qui pousse les pieds dans l’eau (attention, il est très coupant si l’on veut en faire des bouquets !) 7 l’anémone qui pousse sur le plateau rocheux

8 le tilleul, comme dans la cour de l’école, (on peut ramasser ses fruits que l’on voit ici et avec les feuilles séchées se faire de bonnes tisanes), 9 le saule (mais pas pleureur celui-là !), 10 l’érable, reconnaissable à sa feuille palmée,11 l’aulne glutineux, 12 le lierre (qui pousse partout et peut faire mourir les arbres autour desquels il s’enroule si on le laisse y grimper !) 13 le frêne, reconnaissable à sa feuille composée et un rouge-gorge !

La 1ère empreinte est celle d’un chevreuil et la 2ème celle du sanglier. La 3ème photo montrait les traces laissées par le sanglier fouisseur : il retourne la terre avec son groin à la recherche de larves, d’insectes, de racines, de vers…

1 les gammares sont des crustacés d’eau douce et montrent que l’eau de l’Anguienne est de bonne qualité, 2 la couleuvre à collier vit à proximité de l’eau où elle se nourrit et se reproduit, 3 la nèpe n’a pas de dard mais une sorte de tube pour respirer, c’est une punaise aquatique, 4 la grenouille verte est l’espèce hybride la plus présente en Charente, nous l’avons pêchée dans la mare, 5 la planorbe est un petit escargot d’eau douce à la coquille très plate, 6 un fourreau ou un porte-bois, c’est en fait une larve de phrygane (sorte de papillon), dont les pêcheurs peuvent se servir comme appât, 7 une demoiselle bleue (à ne pas confondre avec une libellule qui est plus grosse et sans couleur !), 8 un futur canard colvert : son œuf

Moi, Dieu Merci qui vis ici

Cette année, dans la classe, on travaille sur le théâtre : on joue et on écrit des saynètes. Lundi 26 février, Isabelle Bourdin est venue nous parler d’une pièce de théâtre que nous allions voir et aussi nous faire travailler sur le vocabulaire théâtral. Savez-vous ce qu’est le dramaturge ? C’est celui qui écrit la pièce !

Vendredi 9 mars nous avons donc été au conservatoire pour voir cette pièce de théâtre qui s’inspirait d’un livre de Thierry Lenain qui raconte une histoire vraie : En Angola, quand la reine est morte, les Portugais sont arrivés, ils ont conquis le pays puis ils ont laissé le pays en vrac. Du coup, il y a eu beaucoup de guerres. Alors, Dieu Merci, un jeune angolais doit s’enfuir de son pays car il est blessé, puis emprisonné ! Il prend le bateau mais il se cache et il arrive en Europe.

Là, il dort dehors, on luit dit : « Pars, sale noir ! ». Heureusement, une femme s’évanouit et Dieu Merci la sauve en lui donnant ses dernières gouttes d’eau. Alors, pour le remercier, elle lui donne à manger, il prend une douche. Elle lui prête aussi une maison au bord de la mer et l’aide à avoir des papiers pour être français.

A la fin, il a une famille et une fille qui devient française et il lui dit qu’un jour il l’emmènera en Angola.

« C’était triste et joyeux à la fois » Donovan et Liza

  

Après le spectacle, nous avons posé des questions à la metteure en scène : elle nous a expliqué que les comédiens répétaient depuis le mois de décembre ; que parfois, on pouvait avoir un accessoire un peu différent que dans le scénario (Dieu Merci a une trottinette plutôt qu’un vélo)…

« J’aurais voulu que ça dure plus longtemps tellement c’était émouvant ! » Célia et Pierre-William