Bas les masques !

Mardi 26 novembre nous sommes allés voir 4 courts métrages au cinéma de la cité. Ils étaient réalisés par Jean François Laguionie dans les années 1970. Toute la classe a préféré « Le masque du diable » et « Potr’ et la fille des eaux » car il y avait des voix et c’étaient les plus intéressants. En voilà les 2 résumés.

Après la projection, une fille nous a expliqué comment étaient faits les films d’animation : Certains étaient faits en peinture, ou en papier découpé, avec de la pâte à modeler, de la pellicule grattée… Il y a 24 images par secondes et les réalisateurs font 6 secondes par journée, donc c’est très long pour faire un film d’animation ! « Le voyage du prince » de J.F.Laguionie vient juste de sortir au cinéma, pleins d’enfants de la classe sont allés ou vont aller le voir !

Antoine M. et Paul

Le masque du diable

Il était une fois un village avec des personnes qui peignaient des masques pour le carnaval. Une vielle dame qui s’appelait Angèle mais qui n’aimait pas les masques, partit dans la montagne avec sa chèvre pour jouer aux dominos. Elle vit une personne qui prétendait être le diable, il demanda de faire une partie de dominos avec Angèle. Le diable proposa : « si tu gagnes, je te rajeunirais ». Alors,  Angèle tricha en donnant un domino à sa chèvre et elle gagna. Donc, le diable lui donna un miroir sur lequel il avait dessiné une belle jeune femme.

Résultat de recherche d'images pour "le masque du diable Laguionie court métrage""

Angèle proposa une revanche et dit : « si tu perd encore, tu enlèveras ton masque. » Angèle tricha encore une fois. Le diable enleva son masque, mais dessous se cachait un autre masque. Le diable partit au village et là-bas, il enleva son vrai masque et en réalité, c’était un villageois ! Sur le chemin du retour, Angèle se rendit compte qu’elle n’avait pas rajeuni et et elle enleva son masque : en réalité, Angèle était le diable !

Résultat de recherche d'images pour "le masque du diable Laguionie court métrage""

« J’ai aimé le suspense de cette histoire ! » Elif « Moi aussi, et j’ai aimé la peinture faite par J.F.Laguionie. » Alban       

Potr’ et la fille des eaux

On va vous raconter l’histoire de POTR’ ET LA FILLE DES EAUX. C’est l’histoire d’une sirène qui s’était faite attraper par un filet de pêche, elle chantait et Potr’ l’entendit. Il s’avança et la délivra.

Résultat de recherche d'images pour "potr et la fille des eaux"

Pour le remercier, elle resta à ses côtés chaque nuit. Ils tombèrent amoureux. Comme Potr ne pouvait pas rester sans respirer sous l’eau, il décida d’aller chez une sorcière pendant que la sirène dormait.

Résultat de recherche d'images pour "potr et la fille des eaux"

Potr’ lui demanda comment devenir sirène, elle essaya plein de formules mais rien ne lui fit une queue de poisson. Alors, elle chercha dans un livre et elle lut qu’il fallait prononcer une formule à la pleine lune. Il le fit et devint une sirène. Mais lorsqu’il rejoignit la fille des eaux, elle aussi avait convoqué les Dieux afin d’avoir des jambes ! On dit que l’histoire se finit bien mais on ne sait pas vraiment ce qui s’est passé.

Résultat de recherche d'images pour "potr et la fille des eaux"

«On a bien aimé ce court métrage parce que c’est celui qu’on a le mieux compris ! »

Chloé et Noor

 

L’histoire d’Angoulême au Moyen Age

Image

Jeudi 26 septembre, on est allé en sortie pour visiter le château d’Angoulême et son donjon. On avait rendez-vous devant la statue de Marguerite de Valois avec Anne Tabel, notre guide. Marguerite de Valois est née dans la tour ronde du château, la seule qui est toujours debout avec le donjon. On a essayé de lire ce qui était gravé sur son piédestal : c’était en chiffres romains et cela disait le jour de sa naissance et le jour de sa mort (1492-1549). Marguerite de Valois est célèbre parce qu’elle est la sœur de François Ier et aussi reine de Navarre. Elle a aussi écrit plein de poèmes et un livre qui s’appelle l’Heptaméron.

Description de cette image, également commentée ci-après

 

« Quand on était dans la cour et qu’on regardait le haut du château, on avait l’impression que la tour devant nous allait tomber ! » Antoine B. et Antoine M.

Ensuite, nous avons fait 2 groupes. Un des deux groupes est monté avec la guide pendant que les autres regardaient les blasons dans la cour.

Le donjon

On est d’abord monté dans les escaliers qui n’étaient pas du Moyen Age, ensuite nous avons franchi la porte qui nous menait aux escaliers du Moyen Age : ils étaient vraiment très étroits de façon à ce que les ennemis n’arrivent pas à monter. Ils étaient aussi éclairés par des fenêtres appelées meurtrières : elles servaient à tirer avec des flèches sur les ennemis afin qu’ils n’arrivent pas à pénétrer dans l’enceinte du château.

Nous sommes ensuite entrés dans la première salle : la salle des gardes. C’ est une salle très peu éclairée ni chauffée. Elle servait à stocker les armes des chevaliers et des soldats. A l’intérieur nous avons vu une maquette du château tel qu’il était à l’époque.

 

Nous sommes repassés par les escaliers du Moyen Âge, puis nous sommes arrivés dans la deuxième salle : une salle qui servait autrefois à abriter le seigneur et sa famille. Le plafond est joliment sculpté et la salle est chauffée par une cheminée.

Il y avait des gravures sur les murs faites par les prisonniers, bien après le Moyen Age !

 

 » J’ai aimé quand on est monté au donjon mais c’était vraiment étroit ! » Romaïssa

 » J’ai aimé quand on est allé dans la 2ème salle car j’ai regardé les noms gravés sur les murs et le plafond sculpté. J’ai aussi aimé être en haut ! » Honorine

Quand on est allé en haut du donjon, on a vu le beffroi (photo 1), c’est la tour la plus haute mais qui n’était pas construite au Moyen Age, et la ville.

On a vu les mâchicoulis (photo 3), des archères et des meurtrières (photo 2), c’était pour se défendre.

   

En haut du donjon, les remparts avaient une forme géométrique (9 côtés) et ici, on voit la forme de pointe (photo 1) pour que les projectiles ricochent dessus.

Alban et Matis

Les trois familles comtales

On a fini de dessiner les 3 blasons : Taillefer, Lusignan, Valois. C’étaient les premiers comtes et comtesses d’Angoulême. Isabelle Taillefer (3ème photo) a été enlevée par le roi d’Angleterre Jean sans Terre, le jour de son mariage. Il l’a emmenée en Angleterre, l’a épousée, et ils ont eu 5 enfants. Mais quand Jean sans Terre est mort, Isabelle est retournée à Angoulême où son fiancé, le comte de Lusignan, l’avait attendue. Elle l’a épousé et lui a demandé d’agrandir le château car elle était habituée au château luxueux du royaume d’Angleterre. Cela a inquiété le roi de France Louis IX, qui, pour les surveiller, a fait construire à la place des halles d’aujourd’hui, un châtelet  ! En effet, au Moyen Age, certains seigneurs étaient plus puissants que le roi !

Antoine B. et Lucien

  

La ville

Quand nous sommes arrivés dans une rue piétonne, Anne Tabel nous a arrêtés devant une maison à colombages (photos 1 et 2) : les toits sont pointus, en torchis (de la terre et de l’eau), avec des planches de bois en haut et en pierre en bas pour que ça ne brûle pas et pour ne pas que ça pourrisse avec l’humidité.

Il y avait aussi des maisons à pignon tout en pierres (photo 4) pour les plus riches.

Les rues du Moyen Age étaient très sales, il y avait des animaux en liberté et pas d’égouts. Elles étaient aussi très étroites. Il y avait des soupiraux qui servaient à faire de la lumière et à aérer les caves des marchands. Sur la photo 3, on voit une échoppe, un magasin.

Alysson et Louis

La cathédrale St Pierre

La cathédrale sert à prier et elle a été construite au Moyen Age par Girard, l’évêque. Il y a des chapiteaux, des vitraux, des gargouilles qui servaient à faire peur pour ceux qui se comporteraient mal (3ème photo).

De dehors, on voit la coupole de la cathédrale et à l’intérieur, on en voit 4 : 3 petites et la grosse. La croix sur laquelle est mort Jésus est le symbole des chrétiens, c’est pour ça que la cathédrale est construite en forme de croix.

« C’est dommage que la façade ait été en rénovation car on ne l’a pas vue ! » Erwan et Médine

L’exposition sur les écrans

Mardi 17 septembre, nous  somme allés à l’exposition sur les écrans qui se trouvait au champ de Mars. Cette exposition est créée par l’Union Nationale des Associations Familiales.

Nous allons vous faire un petit jeu pour savoir si vous connaissez des choses pour vous maintenir en bonne santé :

1- Combien d’heures de sommeil doit avoir un enfant de CM1 ?

A : 9 à 10h,   B : 1 à 2h,   C : 11 à 12 h

2- A partir de quel âge on peut être devant un écran ?

A : 3 ans,   B : 1 an,   C : 7 ans

3- Combien de temps par jour peut-on être sur les écrans à 9-10 ans ?

A : 1 h,  B : 45 min,   C : 2 h

4-Quel est le nom de la molécule chimique sécrétée par notre cerveau qui crée du plaisir quand on joue à des jeux vidéo répétitifs ?

A- la clémentine , B- la dopamine, C- la nicotine

5- Quel logo montre qu’il y a des gros mots dans ce jeu vidéo?

A- premier logo   B-deuxième logo    C- huitième logo

6- Que veut dire le septième logo « on line » ?

A- Qu’on va se retrouver à jouer et à communiquer avec des inconnus

B- Qu’on va jouer à des jeux de hasard et dépenser de l’argent

C- Qu’on va jouer à des jeux dans lesquels on met en scène des drogués, des dealers

Voici les affiches que nous avons trouvées les plus intéressantes. Nous devions retrouver les bonnes affiches pour trouver les réponses aux questions.

Antoine S., Constantin, Gabriel et Nina G.

Réponses : 1 A, 2 A à condition d’être accompagné d’un adulte et que ce ne soit pas trop long et adapté à cet âge, 3 B, 4 B si on veut sécréter de la dopamine, on peut aussi faire une autre activité qui nous plait comme le sport…, 5 B, 6 A : il faut bien regarder ces logos quand on achète un jeu vidéo

Le mystère de la plume

Au mois de décembre, Émilie Falk, la médiatrice du musée d’Angoulême, nous a demandé de l’aider : en effet, un jeu de piste dans lequel on doit retrouver une plume de dinosaure était en train d’être créé pour faire découvrir aux groupes scolaires les collections du rez-de-chaussée du musée. Nous avons donc aidé les créateurs du jeu (la DRAC, les IUT de la région, un professeur de sciences du lycée Guez de Balzac…) à améliorer le jeu. Ce professeur et Émilie sont venus quelques jours avant afin de nous expliquer le jeu : nous avons fait un petit exercice pour comprendre quel était le métier des paléontologue, géologue, préhistorien et historien car dans le jeu, chaque élève avait un rôle dans chacun des 4 groupes.

 

Jeudi 20 décembre, nous sommes donc allés au musée. Nous disposions d’un tablette pour trouver les énigmes et on a eu aussi un livre qui s’appelait « Le livre des énigmes »  avec des questions dedans. Il fallait aider l’héroïne du jeu, Rose, à retrouver son grand-père disparu avec sa plume de dinosaure ! On devait trouver des indices en cherchant dans le musée. Mais l’année prochaine, il n’y aura plus ce livre car le jeu sur la tablette sera tout à fait fini !

« C’était trop cool d’avoir la tablette, j’ai été surpris de voir la famille de squelettes des animaux qui vivaient dans le climat froid. Je ne savais pas qu’il y avait eu des bisons en Charente ! » Hussein

« J’étais impressionné d’arriver à taper sur la tablette alors que le reste du groupe n’y arrivait pas ! » Paul-Antoine

 

Nous avons commencé les épreuves chacun dans nos groupes. Il y avait 4 groupes différents: le club des As, les Jumanjis, les Goonies et les Indianas puis nous nous sommes dispersés dans nos groupes d’experts : Les géologues, les paléontologues, les préhistoriens et les historiens. Avec nos groupes d’experts nous avons résolu des énigmes, pour les géologues sur les pierres et les fossiles, pour les paléontologues sur les os de dinosaures, les préhistoriens sur les hommes préhistoriques et les historiens sur l’histoire (à partir de l’invention de l’écriture).

Sur la photo n°1, le groupe d’experts des historiens recherche des informations sur l’âge de bronze, il fallait savoir à quelle époque on travaillait avec certains matériaux et de quelle façon.

Sur la photo n°2, c’est le groupe d’experts des préhistoriens qui travaillaient sur les parois, et les outils des hommes préhistoriques.

A la fin  du jeu, nous nous sommes retrouvés dans le hall du musée pour placer toutes les cartes que nous avions gagnées en résolvant les énigmes. Il y avait des cartes comme la carte glaciation, la carte os de dinosaure, la carte plume, que nous avons remises sur la frise chronologique.

L’après-midi, dans la classe, les créateurs du jeu nous ont demandé notre avis sur le jeu, par exemple sur ce qui nous avait plu, ce qu’il manquait au jeu…

 » J’ai regretté de ne pas avoir eu la tablette dans les mains. » Soriba

 » J’ai adoré faire partie du club des as et apprendre beaucoup de choses, comme comment on travaillait le métal à l’âge de bronze, grâce à la tablette. » Rose 

C’était un jeu excitant, on devait réfléchir pour jouer ! En plus, c’était une occasion unique de faire la 1ère version du jeu et d’avoir aidé à l’améliorer. Deux articles de journaux sont sortis pour raconter ce qu’on a fait !

Le Moyen Age au musée

Vendredi 5 octobre, nous sommes allés au musée d’Angoulême pour voir ce qu’il y avait au Moyen Age en Charente.

Laïla et Florent nous ont accueillis, fait visiter les vitrines et fait faire une activité.

Nous avons donc travaillé sur 2 types architecturaux : le castrum et les églises.

Le musée d’Angoulême

 

Avant le musée était la maison de l’évêque Girard : cela s’appelle l’évêché. Comme il travaille à la cathédrale, il habite juste à côté ! Il avait aussi sa petite chapelle privée pour prier (2ème photo) qui est maintenant un petit monument à visiter dans le musée ! Danaé 

 

L’architecture religieuse

Ce sont des chapiteaux sculptés qu’on trouve dans les cathédrales, les abbayes, en haut d’un pilier. « J’ai trouvé que c’était bien fait, très précis ». Enzo

  

Le castrum d’Andone des comtes d’Angoulême

Voici la maison des comtes d’Andone en Charente, où ils venaient chasser. Sur la 2ème photo, on voit les pierres, les ruines de ce castrum. Sur la 1ère photo, on voit la reconstitution qu’ont fait les historiens.

 

L’artisanat

Au Moyen Age on utilisait déjà des pièces de monnaie (1ère photo). Les éperons (3ème photo) servaient à faire avancer les chevaux, ils étaient accrochés derrière les pieds des chevaliers qui piquaient dans le flanc des chevaux pour les faire galoper.

Les gens du Moyen Age jouaient déjà à des jeux (2ème photo), comme les dames, mais tous n’étaient pas autorisés à tout le monde.

  

Comme artisans, on trouvait des potiers, des forgerons qui fabriquaient tous les objets en métaux, des maçons, des tisserands… « J’ai trouvé qu’il y avait beaucoup d’objets médiévaux en commun avec nous ! » Jeanne

 

La chasse

Au Moyen Age on chassait de deux façons :

-1ère façon : on chassait avec des rapaces de haut vol et d’autre de vol bas. Ceux qui volent bas poursuivaient le gibier dans les forêts. Ceux qui volent haut chassaient en terrain découvert .

– La 2ème façon : les seigneurs chassaient avec des chiens à dos de chevaux, c’est la chasse à courre.

 » C’était très bien, on a appris plein de choses sur le Moyen Age ! » Hussein ,Thomas

    

L’atelier de reconstitution architecturale

 

On recollait les parties du castrum : la cuisine, les chambres, la grande cour, la petite cour, la forge… Florent nous avait fait deviner grâce à des questions orales. »C’était facile car la grande cour était la plus grande, dans la forge, il y avait un marteau et du métal… ! C’était bien. » Manon  » Ça n’a pas duré assez longtemps ! » Maynace

  

On était en train de reconstruire l’arc boutant d’une cathédrale : on a vu que la clé de voûte est la pierre centrale de l’arc que l’on doit poser en dernier pour que l’édifice tienne !