Le mystère de la plume

Au mois de décembre, Émilie Falk, la médiatrice du musée d’Angoulême, nous a demandé de l’aider : en effet, un jeu de piste dans lequel on doit retrouver une plume de dinosaure était en train d’être créé pour faire découvrir aux groupes scolaires les collections du rez-de-chaussée du musée. Nous avons donc aidé les créateurs du jeu (la DRAC, les IUT de la région, un professeur de sciences du lycée Guez de Balzac…) à améliorer le jeu. Ce professeur et Émilie sont venus quelques jours avant afin de nous expliquer le jeu : nous avons fait un petit exercice pour comprendre quel était le métier des paléontologue, géologue, préhistorien et historien car dans le jeu, chaque élève avait un rôle dans chacun des 4 groupes.

 

Jeudi 20 décembre, nous sommes donc allés au musée. Nous disposions d’un tablette pour trouver les énigmes et on a eu aussi un livre qui s’appelait « Le livre des énigmes »  avec des questions dedans. Il fallait aider l’héroïne du jeu, Rose, à retrouver son grand-père disparu avec sa plume de dinosaure ! On devait trouver des indices en cherchant dans le musée. Mais l’année prochaine, il n’y aura plus ce livre car le jeu sur la tablette sera tout à fait fini !

« C’était trop cool d’avoir la tablette, j’ai été surpris de voir la famille de squelettes des animaux qui vivaient dans le climat froid. Je ne savais pas qu’il y avait eu des bisons en Charente ! » Hussein

« J’étais impressionné d’arriver à taper sur la tablette alors que le reste du groupe n’y arrivait pas ! » Paul-Antoine

 

Nous avons commencé les épreuves chacun dans nos groupes. Il y avait 4 groupes différents: le club des As, les Jumanjis, les Goonies et les Indianas puis nous nous sommes dispersés dans nos groupes d’experts : Les géologues, les paléontologues, les préhistoriens et les historiens. Avec nos groupes d’experts nous avons résolu des énigmes, pour les géologues sur les pierres et les fossiles, pour les paléontologues sur les os de dinosaures, les préhistoriens sur les hommes préhistoriques et les historiens sur l’histoire (à partir de l’invention de l’écriture).

Sur la photo n°1, le groupe d’experts des historiens recherche des informations sur l’âge de bronze, il fallait savoir à quelle époque on travaillait avec certains matériaux et de quelle façon.

Sur la photo n°2, c’est le groupe d’experts des préhistoriens qui travaillaient sur les parois, et les outils des hommes préhistoriques.

A la fin  du jeu, nous nous sommes retrouvés dans le hall du musée pour placer toutes les cartes que nous avions gagnées en résolvant les énigmes. Il y avait des cartes comme la carte glaciation, la carte os de dinosaure, la carte plume, que nous avons remises sur la frise chronologique.

L’après-midi, dans la classe, les créateurs du jeu nous ont demandé notre avis sur le jeu, par exemple sur ce qui nous avait plu, ce qu’il manquait au jeu…

 » J’ai regretté de ne pas avoir eu la tablette dans les mains. » Soriba

 » J’ai adoré faire partie du club des as et apprendre beaucoup de choses, comme comment on travaillait le métal à l’âge de bronze, grâce à la tablette. » Rose 

C’était un jeu excitant, on devait réfléchir pour jouer ! En plus, c’était une occasion unique de faire la 1ère version du jeu et d’avoir aidé à l’améliorer. Deux articles de journaux sont sortis pour raconter ce qu’on a fait !

Le Moyen Age au musée

Vendredi 5 octobre, nous sommes allés au musée d’Angoulême pour voir ce qu’il y avait au Moyen Age en Charente.

Laïla et Florent nous ont accueillis, fait visiter les vitrines et fait faire une activité.

Nous avons donc travaillé sur 2 types architecturaux : le castrum et les églises.

Le musée d’Angoulême

 

Avant le musée était la maison de l’évêque Girard : cela s’appelle l’évêché. Comme il travaille à la cathédrale, il habite juste à côté ! Il avait aussi sa petite chapelle privée pour prier (2ème photo) qui est maintenant un petit monument à visiter dans le musée ! Danaé 

 

L’architecture religieuse

Ce sont des chapiteaux sculptés qu’on trouve dans les cathédrales, les abbayes, en haut d’un pilier. « J’ai trouvé que c’était bien fait, très précis ». Enzo

  

Le castrum d’Andone des comtes d’Angoulême

Voici la maison des comtes d’Andone en Charente, où ils venaient chasser. Sur la 2ème photo, on voit les pierres, les ruines de ce castrum. Sur la 1ère photo, on voit la reconstitution qu’ont fait les historiens.

 

L’artisanat

Au Moyen Age on utilisait déjà des pièces de monnaie (1ère photo). Les éperons (3ème photo) servaient à faire avancer les chevaux, ils étaient accrochés derrière les pieds des chevaliers qui piquaient dans le flanc des chevaux pour les faire galoper.

Les gens du Moyen Age jouaient déjà à des jeux (2ème photo), comme les dames, mais tous n’étaient pas autorisés à tout le monde.

  

Comme artisans, on trouvait des potiers, des forgerons qui fabriquaient tous les objets en métaux, des maçons, des tisserands… « J’ai trouvé qu’il y avait beaucoup d’objets médiévaux en commun avec nous ! » Jeanne

 

La chasse

Au Moyen Age on chassait de deux façons :

-1ère façon : on chassait avec des rapaces de haut vol et d’autre de vol bas. Ceux qui volent bas poursuivaient le gibier dans les forêts. Ceux qui volent haut chassaient en terrain découvert .

– La 2ème façon : les seigneurs chassaient avec des chiens à dos de chevaux, c’est la chasse à courre.

 » C’était très bien, on a appris plein de choses sur le Moyen Age ! » Hussein ,Thomas

    

L’atelier de reconstitution architecturale

 

On recollait les parties du castrum : la cuisine, les chambres, la grande cour, la petite cour, la forge… Florent nous avait fait deviner grâce à des questions orales. »C’était facile car la grande cour était la plus grande, dans la forge, il y avait un marteau et du métal… ! C’était bien. » Manon  » Ça n’a pas duré assez longtemps ! » Maynace

  

On était en train de reconstruire l’arc boutant d’une cathédrale : on a vu que la clé de voûte est la pierre centrale de l’arc que l’on doit poser en dernier pour que l’édifice tienne !

La visite médiévale de la ville

Jeudi 20 septembre, nous avons visité le château d’Angoulême et son donjon, la cathédrale et nous nous sommes baladés dans les plus vieilles rues d’Angoulême.

Anne Tabel était notre guide le temps de la sortie. Toute la classe a adoré la sortie !

Le château

  

On est monté en haut du donjon. Nous avons vu une partie de la ville d’Angoulême. « Je n’ai pas eu le vertige, c’était cool. » Danaé . « En haut du donjon, j’ai eu un peu froid mais il y avait un beau panorama ! » Jeanne

Sur la 2ème photo, on voit des merlons et des créneaux afin de se protéger et de tirer.

Au-dessus de la porte qui menait au donjon, il y avait les trois blasons des trois familles qui ont vécu dans ce château : Lusignan, Taillefer et Valois.

  

« J’ai eu un peu le vertige en montant et descendant les escaliers car ils étaient étroits.  » Jeanne . « J’ai eu l’ impression de tomber en descendant les escaliers ! » Danaé

  

Au Moyen Age, c’était dans cette pièce que vivait le seigneur, il y avait une grande cheminée pour se réchauffer, le conduit donne sur le donjon (2ème photo).

Les vieilles maisons

Sur la première photo, on voit les maisons qui sont en bois au-dessus, ce sont des maisons à colombages, entre les planches de bois, il y a du torchis !

Si on met le bois  en bas de la maison, quand il pleut ça va pourrir et pour les incendies, ça brûle ! Du coup, c’est mieux qu’il y ait de la pierre en bas.

  

Sur la 2ème photo, c’est une maisons à pignon construite pour les plus riches .

sur la 3ème  photo, on voit la porte d’une maison ancienne avec le numéro gravé sur la pierre.

« Nous avons tout aimé dans cette visite ! » Farah et Lara

La cathédrale

  

La cathédrale Saint-pierre a commencé à être construite en 1118. Sa serrure est la plus grande de la ville d’Angoulême (5ème photo) « J’ai été impressionné par sa forme de croix, je n’en avais jamais vu ! » Paul-Antoine.

Il y a des sculptures sur le tympan et sur toute la façade : il y a ces sculptures parce qu’à l’époque du Moyen Age, les gens ne savaient ni lire, ni écrire et donc il fallait leur montrer ce qui se passait. L’une d’entre elle (4ème photo) parle de la guerre de Saragosse qui s’est passée à la même époque que la construction de la cathédrale.

« Moi, j’ai été impressionné par les voûtes énormes ! » Enzo

  

Marguerite de Valois

Marguerite de Valois est née dans la tour ronde du château d’Angoulême. C’était la sœur du roi de France (François Ier). Elle est née le 11 avril 1492  à Angoulême et est morte le 21 décembre 1549 à Odos-en-Bigorre. Elle est la mère de Jeanne d’Albret (reine de Navarre et mère du futur roi Henri IV). Elle est aussi connue pour avoir écrit l’Heptaméron. Elle a sa statue devant le château d’Angoulême.

 » Nous avons adoré la visite du château et surtout, monter dans le donjon » Marjorie et Rose

 

Des mythes au musée

Vendredi 15 juin, nous sommes allés au musée d’ Angoulême pour découvrir la mythologie. Là-bas, Leïla et Lisa nous ont présenté la mythologie grecque mais de différentes façons : elles nous ont montré des œuvres, en objets et en tableaux. Ensuite, elles nous ont posé des questions sur ce qu’on avait appris, c’était super bien !

Émilien

Psyché, par J.A.Peiffer, en marbre blanc

C’est l’une des 3 filles d’un roi. Celui-ci va consulter un oracle car Psyché est tellement belle, belle comme une déesse, que personne n’ose la demander en mariage ! D’après l’oracle, il fallait abandonner sa fille Psyché sur une montagne où un monstre viendrait la chercher.

Pendant ce temps, Vénus qui était très jalouse de Psyché, dit à son fils Cupidon, de lui trouver le plus laid des époux mais elle ne savait pas que son fils lui-même tomberait amoureux de Psyché en la voyant… Alors, quand le roi abandonna sa fille sur la montagne, Cupidon en profita et elle s’envola dans les airs, porté par le fils de Vénus…

Il l’installa dans un palais magnifique mais quand Psyché y arriva, elle eut la surprise de voir que l’homme qui l’avait enlevée n’était pas là, alors, elle mangea et se coucha.

Au milieu de la nuit, elle entendit Cupidon arriver dans sa chambre et il lui dit : « Psyché, je viendrai toujours te voir dans la nuit car tu ne dois pas me voir . »

– Est-ce que je peux au moins voir mes sœurs, répondit Psyché ?

– Oui tu peux, dit son mari. Et dès le lendemain, Cupidon les convoqua. Mais les deux sœurs, jalouses devant la magnificence du palais de leur cadette, lui dirent :

– Ton mari doit être très laid pour ne pas qu’il se montre !

Alors Psyché voulut voir le visage de son mari et une nuit, elle prit une lampe à huile et l’éclaira, elle reconnut Cupidon ! Malheureusement, une goutte d’huile tomba sur son bras et il se réveilla…

C’est pourquoi le sculpteur a représenté Psyché avec une lampe à huile à la main, c’est son attribut.

Anouk et Erell

  

Le grand tableau, d’Ethienne-Barthélémy Garnier qui s’appelle « La consternation de la famille de Priam » .

C’était une famille royale qui vivait dans la ville de Troie, le roi s’appelait Priam et la reine s’appelait Hécube, ils avaient 3 enfants : une fille Cassandre, deux garçons Hector et Pâris. Priam est le personnage central avec la robe rouge.

Hécube est dans le coin gauche, assise et affligée.

Cassandre elle pleure son frère et essaie de retenir son père, Priam, (au centre du tableau, avec la barbe et le bonnet rouge) qui veut aller récupérer le corps d’Hector pour l’enterrer dignement et elle a peur pour lui.

Pâris en haut à gauche, il se cache la tête dans le bras car il est honteux : la guerre est arrivée par sa faute car il a enlevée Hélène qui était déjà mariée. Et c’est son mari et ses guerriers de Sparte qui ont attaqué Troie pour cela et tué son frère Hector !

Hector est mort à cause d’Achille, il est nu et tiré par un char au fond du tableau.

Achille : C’est le guerrier payé par le mari d’Hélène qui a tué Hector. On l’aperçoit au 3ème plan du tableau, en train de tirer le corps nu d’Hector avec son char. Il est invincible mais le seul endroit par lequel on peut le tuer est son tendon. D’ailleurs, Pâris est représenté avec un arc à la main car c’est lui qui tuera Achille d’une flèche dans le tendon, vengeant ainsi son frère !

Andromaque : c’est la femme d’Hector qui est évanouie au centre, avec leur enfant à ses pieds.

Capucine G., Mathilde et la maîtresse

  

Nous avons fait un arbre généalogique sur la famille de Pâris pendant que l’autre groupe répondait à un questionnaire sur les dieux et leurs attributs. Un attribut est un objet qui appartient à un ou plusieurs dieux. exemple: la Lyre d’Apollon et d’Orphée, l’éclair de foudre de Zeus, etc…

Et on en a appris des choses super ! Émilien

Adonis et Vénus, de P. Bril

Sur ce tableau, on voit Vénus qui veut empêcher Adonis d’aller à la chasse car elle sait qu’il va mourir (parce que c’est une déesse). Mais il y va quand même, car il en a assez que Vénus le suive et décide pour lui. Et un sanglier fonce sur lui et le tue. Ce qui est bizarre sur ce tableau c’est qu’on voit deux fois le personnage d’Adonis : avant et après sa mort.

Les couleurs sont plutôt sombres. C’était très joli ! Benjamin

La douleur d’Orphée, de R.Verlet, sculpture en bronze

Orphée et sa femme se reposaient sous un arbre quand sa femme fut mordue par une vipère. Orphée alla jusqu’aux enfers pour la sauver. Quand il arriva devant le gardien des enfers, il lui joua un air de lyre et endormit ainsi Cerbère, (le chien à 3 têtes sur la troisième photo). Pluton, le dieu des enfers et sa femme furent charmés, Orphée leur demanda donc s’il pouvait récupérer sa femme. Pluton lui dit oui, à une condition, ne pas se retourner avant d’être remonté sur Terre ! Malheureusement, arrivé à la fin, il se retourna, croyant que c’était un piège de Pluton et que sa femme ne le suivait pas !! Ce n’était  pas un piège, il la vit mais elle disparut !  Émilien              

  

D’autres œuvres…

…que nous avons vues pour vous donner envie d’aller visiter la nouvelle salle tout en haut du musée !

  

 

Visite du théâtre

Jeudi 17 mai nous sommes allés au théâtre d’Angoulême, notre guide s’appelait Agathe. Agathe nous a d’abord fait visiter la grande salle de spectacle puis tous les autres lieux dans lesquels, d’habitude, on n’entre pas…

« J’ai trouvé ça un peu fatigant car on montait et descendait tout le temps. »Pierre-William

« J’ai adoré l’histoire de la servante ! » Aston

  

Un bateau

Le théâtre a été construit en 1870, dans le parc du château. L’ architecte s’ appelait Antoine Soudée. Mais le théâtre a été rénové en 1997. On a voulu lui donner une forme de bateau car on voyage un peu dans d’autres pays en allant voir des spectacles ! La forme de la grande salle ressemble à la coque, le pont pour y aller avec des cordes, l’escalier… tout cela fait penser à un voilier ! Et le sol du bas est un peu bleu.

C’était les marins qui travaillaient dans les théâtres car ils n’avaient pas le vertige. 

  

 » J’ai trouvé ça très très grand, surtout la grande salle où on peut loger 700 personnes ! » Benjamin

Les salles

   

Dans la grande salle, on peut y loger 700 personnes. En haut de la salle il y a des régisseurs, ce sont des personnes qui s’occupent et règlent le son, la musique, la lumière et la fumée avec une sorte de console ! Sur les sièges, il y a des numéros et au sol, devant chaque rangée, des lettres (3ème photo). Et sur les billets du théâtre, on retrouve une lettre et un numéro qui indique la place où on s’assoit. Cette salle était très grande !

  

L’odéon est la plus petite des 3 salles du théâtre, elle peut accueillir entre 40 et 60 personnes. Elle se situe sous les sièges de la grande salle.

  

C’est au studio, à l’étage, que tous les enseignants se rassemblent pour voir quelle pièce de théâtre ils vont voir cette année, les comédiens et comédiennes peuvent aussi y répéter et on peut encore y voir des pièces. Nous, on a parlé de la pièce « Le garçon à la valise » qu’on allait voir la semaine d’après.

 

Il y a même un restaurant où on peut jouer du piano et ça sert aussi de salle de réunion ! « Le théâtre nous a semblé vraiment immense ! Nous n’aurions jamais pensé qu’il était aussi grand !! » Erell et Zara

Le son

  

photo n°1: on voit la console du régisseur qui sert à mettre le son et à le modifier.

photo n°2 : ce sont des pièges à sons, un matériau posé sur les murs dans la grand salle, qui servent à capturer le son pour ne pas que ça fasse d’écho.

photo n°3 : c’est un micro qui sert à amplifier la voix des acteurs.

La lumière

  

Agathe nous a montré, dans l’atelier où on répare, des projecteurs. Grâce aux gobos, on pouvait « découper » la lumière, cela veut dire faire des dessins qui sont projetés sur la scène (photo 2).

  

On a aussi visité une pièce, sous la grande salle, où étaient rangés tous les projecteurs et les pendrillons ( 3ème photo).

Marcus et Paul

Les superstitions

Sur la 1ère photo on voit la servante : c’est une lampe qu’on allume chaque soir pour surveiller le théâtre (les fantômes !), elle reste toujours dans un coin de la scène. Le premier arrivé le lendemain matin l’éteint.

Dans un théâtre, il ne faut pas dire les mots : cordes car cela servait à pendre les marins et le mot lapins car les lapins rongeaient les cordages de bateau.

On suppose que Molière est mort à cause de son costume qui était vert (fait de cyanure : un poison). Depuis, on ne porte plus de vert sur scène, en France !

 

« Ça m’a étonné toutes ces superstitions ! » Capucine G.

« J’ai aimé monter sur scène et voir l’arrière-scène ! » Capucine R.

La scène

    

Sur la scène, nous avons tous été impressionnés en voyant la grande salle et en imaginant les spectateurs nous regarder, comme si on était des artistes ! On avait même limite le trac ! La classe

Les loges

Dans les loges, on est passé par les vestiaires, où on a vu des habits qui sentaient la lessive car ils venaient d’être lavés. Ensuite nous sommes allés du coté maquillage, où on a vu des brosses, du fond de teint qui étaient posés sur une table où il y avait un miroir qui pouvait s’éclairer. « J’ai bien aimé car pour entrer dans les loges, il y avait un couloir étroit qui faisait comme un passage secret ! » Zoé

  

Pierre-Louis et Zoé