Œuvre 13 : Sweet Home Chicago, Robert Johnson

Décrire :

Robert Johnson s’accompagne de quel instrument ?

Quel est le tempo de ce morceau ?

Analyser :

Que peut-on dire de la musique ? Qu’est-ce qui change ? Qu’est-ce qui se répète ?

Interpréter  :

Qu’est-ce qui renforce l’idée de « tristesse » dans cette œuvre ?

En savoir plus sur l’œuvre :

Fait avec Padlet

 

  • Pour retrouver le contenu de cet article sur un smartphone ou une tablette, flashez le code suivant à l’aide d’une application de lecteur de QRCode

Partagez avec d’autres classes !

  •  Vous avez des réponses aux questions ci-dessus ? Postez-les sous forme de commentaire en cliquant sur le lien sous le titre de cet article (laisser un commentaire ou… réponses).
  • Vous souhaitez partager vos émotions, vos réactions, vos découvertes… Twittez !  (Pensez à toujours mentionner la balise #WAPdu16. Pour créer un compte Twitter pour votre classe, contactez votre référent numérique).

6 commentaires

  1. Rober t Jhonson s’accompagne d’une guitare , le tempo et très lent , c’est du blue .
    la musique et triste . ce qui renforce l’idée de tristesse et sa voix qu’il laisse traîné.

    • Anael Tribot, CPD Éducation musicale

      Bravo Noura ! Je te propose une autre version de « Sweet home Chicago »… Tu peux me dire toutes les différences que tu entends avec la version de Robert Johnson ? A bientôt, Anael Tribot

  2. Classe de Plassac Rouffiac

    Robert Johnson s’accompagne d’une guitare. Sur cette chanson le tempo est lent.
    C’est du blues.

    • lesartsdeslecole

      Bravo pour cette réponse et merci de votre participation. C’est bien une guitare, une guitare folk, une Gibson. Robert Johnson est un pionnier du blues américain.

  3. classe de GS-CP Rivières

    Il y a un seul instrument: la guitare.
    C’est un monsieur qui chante.
    Le tempo est lent. C’est une musique triste. Il y a un refrain qui revient souvent.
    On a l’impression que le monsieur est triste car il se plaint( « ooooooohhhhh »).

    • lesartsdeslecole

      Le « monsieur » s’appelle Robert Johnson. L’idée de « tristesse » est renforcée par le tempo lent, la vitesse lente et la manière de chanter : effectivement, Robert Johnson dès le premier couplet laisse trainer sa voix sur les « oh » comme une longue plainte répétitive. Il a le « blues »…

Répondre à Anael Tribot, CPD Éducation musicale Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *