Valoparc

Le vendredi 27 mars nous sommes allés visiter le centre de tri de Valoparc qui trie les poubelles noires .

Les poubelles sont mises dans un bioréacteur pendant 4 jours à 70 degrés.

Le bioréacteur est un gros cylindre qui tourne, qui est légèrement incliné et qui mesure 40 mètres.

bioréacteur

Les déchets vont ensuite dans un tri granulométrique qui partage les déchets en deux parties.Les déchets supérieurs à 3 cm et les déchets inférieurs à 3 cm.

IMG_0036

Puis les déchets passent dans un tri magnétique. Les déchets sont alors séparés dans deux compartiments : les objets ferreux et les objets non ferreux.

IMG_0042

Les déchets passent ensuite dans un tribalestique . Les objets les plus lourds rebondissent sur un tapis et finissent dans un compartiment alors que les objets  organiques eux se collent au tapis et finissent dans un autre compartiment.

IMG_0049

Après  neuf semaines, les déchets organiques feront du compost qui sera vendu à des particuliers.

Tout ce qui n’a pas été trié, c’est à dire 50% de la poubelle finit dans un trou. Le trou est protégé par un plastique.Les déchets restent dans ce trou pendant plusieurs siècle.

IMG_0087
Les déchets forment un jus de poubelle qui est récupéré puis traité et enfin rejeté en eau pure dans la rivière.


Les déchets produisent aussi du gaz. Celui – ci est transformé en électricité et celle -ci aliment 500 maisons.

Remarque : une pile pollue la terre sur un volume de 1 mètre cube pendant une durée de 50 ans

Les charentais morts sur les champs de batailles du nord de la France en 1914-1918

Moislain est un petit village dans le Pas de Calais où il y a eu des combats durant  la première guerre mondiale. Beaucoup de charentais y sont morts. Pour symboliser la mort de ces 600 soldats, la Communauté Charentaise a décidé de construire une grosse tombe pour faire reposer les corps de ces hommes morts pour la France.

A Péronne, un village près de Moislain, en 1917, il y a eu d’importants dégâts sur la grande place : les maisons ont été démolies par les fusillades et les coups de canons.

Et enfin, Transloy a été rayé de la carte. Les murs de l’église ont été détruits par les coups de feux, de canons et les obus.

A Bapaume, en 1918, La rue d’Arras était très déserte et beaucoup de maisons étaient abîmées. L’hôtel de ville a été traitreusement miné par les allemands lors de leur recul. Deux députés M.Taillandier et M.Briquet y ont trouvé la mort ainsi qu’un officier anglais. Le monument au mort de la commune est très gracieux pour une époque pauvre.

L’exposition « texto »

A l’exposition texto, il y avait de nombreuses oeuvres d’art. Quand nous sommes entrés, nous avons tout de suite remarqué un grand X de 2m50 de haut! Peut-être que son créateur a fait ce X car c’était sa lettre préférée!…

IMG_3371 IMG_3370

Nous avons vu aussi des tableaux avec des formes bizarres, on aurait dit que c’était de l’écriture alienne! Nous nous sommes demandés ce que cela signifiait, c’est intriguant, et regarder cela nous pousse à chercher.

IMG_3350

IMG_3366

Nous avons pu admirer encore des images qui mélangeaient le temps d’autrefois et le temps d’aujourd’hui. Elles étaient amusantes.

IMG_3361 IMG_3360 IMG_3359 IMG_3358

Nous avons vu un travail merveilleux et des tags. On aurait dit que c’était une grande planche découpée, où il y avait un grand mot et que les lettres avaient changé de place en faisant un autre mot. Les lettres ont été prises par l’artiste sur une palissade à Paris; il les a découpées et a reconstitué un mot: Sainte Radegonde, une église de Poitiers qu’il aime bien.

IMG_3353

Il y avait une petite feuille avec des petites fleurs. Il était écrit » good abstract art ». C’était plutôt mignon.

IMG_3351

Il y avait un tableau avec des mots comme « vive les pioux pioux », « vive les arabes », « vive moi ». Ce sont des mots que l’artiste a recopiés dans la ville et qu’il a mis ensemble.

IMG_3352 IMG_3364

C’était intéressant et original.

 

Les tuileries de Roumazière

On a appris que les tuileries rejetaient les tuiles abîmées, qu’elles gagnaient beaucoup d’argent grâce à l’exportation de tuiles en France et  en Europe.

IMG_3338 IMG_3329

On a aussi appris que les directeurs avaient de grosses maisons de toutes les couleurs pour désigner leur richesse,

IMG_3330

puis il y avait les contre-maîtres qui servaient à accélérer les manoeuvres et à donner le travail, ils avaient de très belles maisons mais moins gracieuses que celles des directeurs.

IMG_3344 IMG_3348

Il y avait enfin les ouvriers qui avaient de toutes petites maisons sans toilette avec un jardin juste en face, près de la route.

IMG_3340 IMG_3342

Parfois, c’étaient des maisons à deux étages, pour les familles.

IMG_3343 IMG_3347

On a vu que les ouvriers utilisaient les tuiles rejetées pour faire des murets ou des murs et plein d’autres choses.

IMG_3334 IMG_3337 IMG_3336

Ces tuiles abîmées servaient aussi aux agriculteurs pour faire des granges ou des murs dans la ferme.

IMG_3331 IMG_3332

Il y avait des éléments de décoration pour les toitures:

IMG_3327 IMG_3328 IMG_3326 IMG_3323 IMG_3324

La gare était très proche des tuileries pour améliorer la vitesse de chargement (des tuiles) et de déchargement (du charbon). Le charbon servait à chauffer les fours.