Rencontre avec un auteur de BD

La rencontre avec Serge Monfort

Jeudi 26 Mars, un auteur de BD est venu dans notre classe. Il s’appelle Serge  MONFORT.

Il a gagné un prix au festival de la bande dessinée d’Angoulême avec ses BD de « Toupoil ».

Ce sont des histoires où le héros, le chien Toupoil, rencontre d’autres animaux et il les aide dans leur vie.

Nous avions préparé des questions à la maison, nous lui avons posées et il nous a répondu avec beaucoup d’explications.

En plus de répondre à nos questions, il nous a expliqué beaucoup de choses sur les BD.

On sait maintenant que la première chose à faire c’est d’imaginer l’histoire et d’écrire les bulles ; il ne faut pas commencer par les dessins !

Justement concernant les dessins, il nous a expliqué qu’il commençait au crayon à papier, ensuite il les repasse en noir et enfin il les remplit avec les couleurs.

Pour nous aider à comprendre il avait amené de grandes « planches » de dessins, des essais et des brouillons…

Pour nous remercier de l’avoir accueilli et avant de partir, il nous a fait un énorme dessin, c’est une grosse dédicace de Toupoil !

Nous avons vraiment adoré ce moment, on a appris plein de choses et nous avons encore plus envie de dessiner maintenant !

MERCI SERGE !!

L’hydro-électricité

L’hydro-électricité est de l’électricité créée par la force de l’eau. A Saint Lary, il y a une centrale EDF qui produit de l’électricité pour toutes la vallée d’Aure. Elle a été mise en service en 1920.Comment produit-on cette électricité ?

     

En altitude, dans la montagne, l’eau est retenue dans un lac que l’on appelle le lac de retenue. L’eau descend ensuite par un torrent ou dans des tuyaux que l’on appelle des conduites forcées. Pour la Centrale EDF de Saint Lary, l’eau arrive par ces conduites forcées ; la hauteur de chute est de 190m.

      

Comme elle arrive très vite (on dit qu’il y a une forte pression), l’eau peut faire tourner des turbines (comme des hélices d’avion) qui font fonctionner des alternateurs produisant l’électricité. L’eau repart ensuite dans la rivière.

  

L’électricité passe dans des transformateurs avant d’être envoyée dans le réseau.

        Thibault, Maxime et Lucas D

La technique du ski

Comment faire le chasse-neige? Pour pouvoir s’arrêter et freiner :

1- Fléchir les jambes.
2-  Mettre les skis en position de triangle.
3-  YOUPI! Ça doit normalement marcher, vous pouvez freiner et vous arrêter.

   

Il faut tout de même faire attention à ne pas trop écarter les talons, sinon c’est le grand écart ! Certains s’arrêtent aussi avec une technique différente qui consiste à s’asseoir par terre : efficace mais douloureux !

  

Comment se laisser glisser ? Comment ne pas glisser dans une pente ?

Il suffit de laisser ses skis bien à plat sur la neige. Pour aller plus vite, on peut se pencher en avant dans la position de l’oeuf. Pour rester arrêter dans la pente , on se met perpendiculaire à la pente, appuyé sur les carres (les lames en métal sur le bord des skis).

   

Comment prendre le téléski?

1-  Attendre que la perche arrive.
2-  L’attraper et attendre le signal de départ.
3-  Rester debout et ne pas faire le chasse neige.
4-  Ne pas zigzaguer.
5-  Lâcher la perche à temps, ni trop tôt (on repart en arrière), ni trop tard !

   

   

Comment prendre le télésiège?

Il faut se mettre d’abord côte à côte selon le nombre de skieurs par siège.

1- Attendre le siège en regardant derrière soi pour le voir arriver.
2-  S’asseoir sur le siège et baisser la barre.
3-  Lever la barre avant d’arriver et lever ses spatules pour ne pas les planter dans la neige
4-  Descendre du siège et se laisser glisser dans la petite pente en ne faisant pas tomber les copains !!

Telesiege 2

Amélie, Etienne, Sacha et Bryan.

 

 

 

 

Une journée à Saint Lary

Une journée à Saint Lary (par Suzanne, Inès F et Lola L)

On se lève à 7h30. Ceux qui se réveillent plus tôt prennent un livre en attendant les autres. Et ils peuvent lire le programme qui est écrit tous les jours par Sébastien et mis en haut de l’escalier.

    

Puis les maîtresses nous réveillent et nous descendons prendre le petit-déjeuner. Si on a ski le matin, il faut s’habiller avant mais sinon on descend en pyjama.

Pour le petit-déjeuner, on se sert tout seul : il y a du pain, des céréales, des fruits, du jus d’orange, des yaourts… On fait griller le pain dans un grille-pain bizarre.

     

Après, il faut finir de se préparer pour le ski : on va au vestiaire pour mettre ses chaussettes, et prendre toutes les affaires de ski. Puis on passe dans la salle de jeux pour prendre le forfait avant de sortir. D’Artagnan reste au Centre avec Monique, il attend notre retour !

    

Au retour de ski, on passe encore au vestiaire pour se changer et mettre nos affaires à sécher : les gants sur le radiateur et les chaussettes dans une panière. Elles sècheront  dans la « surchauffe » (une pièce où le chauffage est très fort).

Après le déjeuner, on a un temps de récréation dans la cour ou dans la salle de jeux (baby-foot, ping-pong…) ou on ouvre son courrier !

  

Parfois nous allions en visite ou on travaillait en classe avec Erin, notre animateur de journée,  et Madame Villotte.

     

Après  le  goûter, on va à la douche avec Adeline  et Laure. On se douche par petits groupes, les filles d’un côté, les garçons de l’autre.

    

Puis il y a le dîner. Il y a eu des dîners  » connaissance » ou  « spectacle »   ou « NOËL ». A Saint Lary, on mange bien, c’est  très bon.

     

Avant  de se coucher, on fait une veillée avec Adeline et parfois la maîtresse. On a fait des veillées super mais le mieux c’était la BOUM! On a dansé et chanté dans le noir : il y avait aussi des bonbons et du sirop.

     

Enfin vers 21h30, il faut aller se coucher. Adeline et  Madame Villotte viennent nous dire bonsoir. On s’endort ensuite tranquillement, il y a une petite lumière dans le couloir pour nous rassurer et on est avec nos doudous et les copains et les copines. Et puis la maîtresse n’est pas loin, juste au bout du couloir. Bonne nuit et à demain pour une nouvelle journée !

   

 

Le matériel de ski

Inès, Mina et Enzo nous présentent le matériel de ski.

Pour faire du ski, il faut être bien équipé:
– Au vestiaire du Centre on enfile sa combinaison de ski, ses grosses chaussettes, un sous pull et un pull. On n’oublie pas les gants, les lunettes et le casque.

   
– En partant, il faut prendre un forfait qui permet de prendre le téléphérique et de passer au téléski et au télésiège.
– Arrivés au Pla d’Adet (en haut du téléphérique), nous allons dans un local où sont rangés les skis et les chaussures.
– Il faut mettre les chaussures de ski et bien mettre les crochets.
Après, c’est difficile de marcher.

          
– Les skis se mettent au dernier moment sur la neige. Alors, avant, il faut les porter: c’est lourd et ça part dans tous les sens ! Certains groupes ont aussi des bâtons.
Arrivés sur les pistes, on chausse ses skis en mettant d’abord la pointe du pied dans la butée puis en appuyant très fort sur la talonnière qui doit faire »Clac ». On met ses lunettes, ses gants et on est prêt à partir.

       

La Fabiannoise

Voici les paroles du chant que nous avons appris à Saint Lary :

Je suis de la montagne
De ce charmant pays
L’hiver blanchi de neige
Et l’été tout fleuri
Je suis de ce village
Patrie de bons enfants
Caché sous le feuillage
Et que l’on nomme Fabian
Tra la la la….

      

Sous mon chapeau de paille
Garni de rubans noirs
Au soleil je travaille
Et puis quand vient le soir
Les pieds dans la fontaine
Je lisse mes cheveux
Et dès lors je suis reine
De Fabian si je veux
Tra lalalala…

   

Voyez sur ces collines
S’étendre dans ces grands bois
D’où coulent cristallines
Des eaux de mille voix
Regardez ces campagnes
Humides le matin
Regardez ces montagnes
Vers l’horizon lointain
Tra lalalalala….

     

Et bientôt le chant interprété par la classe à Saint Lary (veillée spectacle) !

 

 

La visite à Vignec

Gabrielle et Eloïse nous présentent les maisons de la vallée d’Aure :

Pendant la classe de neige, nous sommes allés voir un petit village à côté de Saint Lary pour découvrir les types d’habitat de la vallée d’Aure. Ce sont des maisons très différentes de celles de Charente (à gauche une maison charentaise, à droite une ferme de la vallée d’Aure)

       

C’étaient surtout des fermes (on voit encore dans certaines des cages à lapin, et des granges). Mais maintenant, il y a aussi des chalets. Les murs sont recouverts de crépi gris foncé. Mais parfois on voit encore la pierre du pays qui a servi à les construire. Ce sont souvent des galets de la rivière (la Neste). Les rues sont étroites et sombres  car les maisons sont regroupées pour protéger le village du vent et du froid. Les fenêtres sont petites et peu nombreuses toujours pour se protéger du froid.

    

Les toits des maisons sont en ardoises . Nous avons vu un ardoisier au travail : il commence par couper l’ardoise pour qu’elle soit à la bonne dimension en la cassant avec un marteau. Puis, il fait un trou en haut de l’ardoise avec la pointe de son marteau et la fixe sur le toit.

    

Pour certaines maisons, nous avons observé la date de construction de la maison gravée dans la pierre (celle-ci date de 1619, un peu après Henri IV !)

Sur certains toits, on voit des petites fenêtres que l’on appelle des « capucines » ou des « chien-assis » :

      

 

Les Thermes

La visite des Thermes (Juliette, Lola R et Maël)

Samedi 14  décembre, nous sommes allés visiter les Thermes avec Erin. C’est Aurélie, une jeune femme qui travaille aux Thermes qui  nous a fait découvrir cet établissement où on l’on peut faire des cures thermales. A Saint Lary, on soigne les maladies respiratoires (rhumes, bronchites…) et les maladies de la peau.

   

Pour se soigner les gens font des soins avec des objets un peu bizarres comme des appareils à rhume , des pipettes (pour faire couler l’eau dans le nez), des espèces de bassines pour soigner la peau des mains et des pieds.

    

Nous avons aussi vu 2 grandes piscines : une pour soigner  les gens qui ont des maladies et pour qu’ils fassent des exercices et une autre  normale  (un peu comme Nautilis). Dans la piscine normale, il y avait de belles cascades. Dans une autre salle, il y avait des appareils pour faire du sport. A la fin, on a vu un sauna et un jacuzzi.