La maison d’habitation

A l’entrée de la maison, il y avait une porcherie, car les villageois donnaient les restes de leurs repas aux cochons. Quand l’animal était suffisamment gras, il était tué et il pouvait nourrir ainsi toute la famille pendant une longue période.

Dans la maison, il y avait deux pièces: une grande cuisine et une chambre. Je vais vous parler de la première. C’est la pièce de vie:  les grands-parents y ont un lit car ce sont les plus respectés dans la famille. C’est la pièce qui est la mieux chauffée par la grande cheminée. C’est là que l’on prend ses repas.

Mais souvent les habitants partagent cette pièce avec des petits rongeurs: mulots et souris. Donc, on mettait le pain en hauteur avec les assiettes pour éviter les désagréments!…On mangeait de la soupe tous les jours, midi et soir et c’était souvent le plat unique.  » Tremper la soupe « , ça voulait dire y ajouter des mouillettes de pain pour rendre le plat plus consistant.

La table, au centre de la grande pièce, possède deux grands tiroirs. L’un des deux, une fois ouvert, pouvait servir de chaise haute pour les petits. On le remplissait de paille et on y installait le bébé qui pouvait prendre ses repas avec les autres membres de la famille.

Tous les villageois portaient des sabots: on en a vu devant la cheminée. Il en existait avec d’énormes pics pour aller ramasser les châtaignes et éviter de se piquer les doigts avec les bogues.

                                                    Anne

Comment vivaient nos grands-parents dans un village de Dordogne en 1900?

A vos marques , prêt pour l’aventure : la visite va pouvoir commencer .

La guide nous accueille et nous explique ce que nous allons découvrir .

Nous voilà devant l’école du village. La cloche a sonné la fin de la récréation, nous pouvons entrer .

Installés devant nos pupitres, nous sommes prêt pour la leçon d’histoire: comment vivait nos arrières grands-parents dans un village de Dordogne , en 1900.

Leçon d’écriture à la plume : la guide nous présente un encrier en porcelaine.

Le poêle à bois qui servait à chauffer la classe et le repas de midi des enfants et la campagne , la cantine n’existait pas.
Derrière le poêle un boulier pour apprendre à compter.

Houlà ! Pas facile de grimper à la corde quand il n’y a même pas de noeuds… A qui le tour maintenant?

Une cintreuse: machine servant à la fabrication des cerclages en fer des roues de charrettes.

La porcherie était attenante à la maison d’habitation appelée aussi « Métairie ». Nous sommes un peu perplexes devant les cochons. Drôle de compagnie si près de la maison!

Dans un coin de la grande pièce, le lit des grands-parents. Au premier plan, un rouet servant à filer la laine et une presse à papier.

A l’intérieur de la pièce principal avec la table au centre. On installait le bébé dans un des tiroirs rempli de paille pour remplacer la chaise haute.

La guide nous explique l’importance de la grande cheminée. C’est là que l’on cuisinait dans les marmites. A gauche, le coffre rempli de sel et à droite le sac dans lequel séchait le jambon.

Nous sommes dans la chambre à coucher. Souvent, les enfants dormaient tête bêche jusqu’à 6 dans le même lit.

L’objet qui ressemble à une luge est le « moine » qui servait à réchauffer le lit, l’hiver.             ( On plaçait une sorte de casserole remplie de braises accrochée à une chaînette dans cet objet en bois, avant de le glisser entre les draps). Mais il y avait  souvent des accidents!!!

La table de toilette avec le dessus en marbre ( l’eau, il fallait aller la chercher au puits.)

La petite chapelle du village où tout les habitants se rendaient le Dimanche pour la messe.

Le Pousse-pousse, manège actionné par une manivelle: vitesse très limitée!

Le moment préféré des enfants: la Chenille Américaine où les enfants et les adultes ont été copieusement arrosés par le responsable du manège!…

Il n’y a pas d’âge pour s’amuser!…

Prêts pour le décollage?…

Une faucheuse et une batteuse.

Charrues et herses pour labourer et travailler la terre avant les semailles.

Moteurs à vapeur pour faire fonctionner la batteuse.

Tombereau servant à transporter les pommes de terre ou autre récoltes.

Le boulanger nous explique la fabrication du pain et le fonctionnement de son four dans le fournil.

Le hennissement de « Maya », la jument de trait, nous alerte que notre tour de calèche est proche!…

Emma en pleine démonstration de danse.

Plein de câlins pour « Maya » pour la remercier de cette promenade en carriole, à travers le village.

La classe de CE1/CE2

 

La médiathèque de St Cybard

Une fois par mois, le vendredi après midi, nous allons à la médiathèque de Saint-Cybard pour choisir de nouveaux livres.

     

En arrivant, nous déposons les livres empruntés précédemment sur le bureau des dames responsables de la bibliothèque et nous nous dirigeons vers la partie réservée aux enfants des écoles.

Là, nous avons un très grand choix de livres: des bd, des contes, des séries, des documentaires et des ouvrages sur le sport… Tout le monde peut y trouver son  bonheur!

Quand tous les élèves ont choisi leurs livres, ils les font enregistrer avant de repartir à l’école. De temps en temps, certains aiment bien venir présenter leurs livres à toute la classe pour donner à leurs camarades envie de les lire.

Texte collectif

     

La patinoire, c’est chouette!

Jeudi 12 décembre, nous sommes allés à la patinoire de Nautilis avec la classe des CP.
Plusieurs mamans nous accompagnaient : celles d’Amélie, de Mona, de Léo, de Nathanaël et de Robin.
En arrivant, deux moniteurs nous ont accueillis et nous ont présenté l’activité. Tout le monde était pressé d’enfiler les patins et les casques. Lorsque toute la classe a été équipée, nous avons suivi nos moniteurs sur la glace.
Deux groupes ont été formés : celui du CE1/CE2 était avec Dominique.
Au début, nous avons appris à glisser, à tomber les mains en avant et à se relever. Les chutes ont été très nombreuses et parfois même assez spectaculaires ! Certains élèves ont passé plus de temps par terre que sur leurs patins, mais personne ne s’est jamais découragé face aux difficultés ! …

   
Nous avons continué l’activité par des jeux comme : Jacques a dit « … » , le  » loup glacé » et la « chasse au trésor » qui consistait à rapporter le maximum d’objet dans le cerceau de chaque équipe.

   
A la fin de la séance, tous les élèves regrettaient de devoir partir car ils n’avaient pas vu le temps passer et tout le monde gardera un bon souvenir de cette matinée à la patinoire.

 

Anna