Des mythes au musée

Au musée, jeudi 15 juin, nous avons découvert différents couples mythologiques. Nous avons trouvé que ces histoires étaient compliquées car on retrouve les mêmes personnages dans plein d’histoires et il en arrive beaucoup à ces dieux immortels !

Cupidon et Psyché

On voit une sculpture dénudée de Psyché qui tient à la main une lampe à huile. Elle a été sculptée par J.A.Peiffer, en marbre blanc.

D874.1.2Ce mythe parle d’une femme très très belle, dont tout le monde dit que sa beauté surpasse même celle de la déesse de la beauté, Vénus ( ou Aphrodite ).

La déesse, jalouse, demanda à son fils Cupidon de planter une flèche dans Psyché afin qu’elle tombe amoureuse d’un homme très laid et ainsi qu’elle en soit débarrassée. Malheureusement, le plan de la déesse échoua, car Cupidon tomba amoureux de Psyché, et il l’épousa puis l’emmena dans un palais magnifique.

Psyché avait 2 sœurs, très jalouses l’une comme l’autre. Un jour ses sœurs lui demandèrent à quoi ressemblait Cupidon, et Psyché répondit qu’elle ne l’avait jamais vu. En vérité, Psyché n’avait jamais vu son mari, car il ne voulait pas qu’elle sache que c’était en fait un dieu, car sa mère Vénus, ne savait pas qu’ils étaient mariés. Cupidon ne voyait Psyché que la nuit quand il faisait tout noir et elle n’avait donc jamais vu son visage. Un soir Psyché, remplie par l’envie de savoir qui était vraiment son mari alluma une lampe à huile pendant qu’il dormait, et l’éclaira : elle vit enfin le véritable visage de son mari ! Surprise en le reconnaissant, elle laissa tomber une goutte d’huile bouillante sur l’épaule de Cupidon, et le réveilla. Il fut furieux et la quitta.

Ensuite Psyché subira de nombreuses épreuves pour finalement, vivre avec Cupidon sur l’Olympe !

Eva-Lina et Lila

Bacchus

C’est une sculpture d’enfant nu, avec un raisin dans la main gauche, et une pomme de pin dans la main droite qui représentent ses attributs car il est le dieu du vin et de la fête.

musée 008Dans la mythologie, Bacchus était amoureux d’Ariane et il fit apparaitre à Thésée un cauchemar afin qu’il abandonne Ariane sur une île plutôt que de l’épouser. Ariane et Bacchus se marieront et auront plein d’enfants.

Mélodie et Sarah

La guerre de Troie

ou l’amour d’Hélène et de Pâris

C’est un grand tableau situé dans l’espace Beaux Arts d’Ethienne-Barthélémy Garnier qui s’appelle « La consternation de la famille de Priam« .

Priam-872.1.4Tout commença quand il y eut le mariage de Thétis et Pélée sur l’Olympe. Toutes les divinités étaient invitées sauf la déesse de la discorde, Éris, car on voulait éviter qu’elle provoque la zizanie. Pour se venger, elle lança une pomme avec écrit dessus « à la plus belle ». Trois déesses, Junon, Minerve et Vénus la voulait. Jupiter était embêté d’autant plus que tout le monde avait sa déesse préférée… Jupiter qui ne voulait vexer aucune des trois déesses les envoya  sur le mont Ida afin que Pâris, un berger ( qui était en fait le fils de Priam et d’Hécube, prince de la ville de Troie), les départage. Comme Pâris n’arrivait pas à choisir, les déesses lui donnèrent toutes un argument : Minerve lui proposa d’être un grand guerrier, Junon lui promit de régner sur l’Asie Mineure sans combattre et Vénus lui donnerait l’amour d’Hélène de Sparte, une demi-déesse aussi belle qu’elle. Pâris choisit Vénus et lui donna la pomme.

Pendant ce temps Hélène se mariait avec Ménélas, roi de Sparte qui avait passé un accord avec les autres rois grecs : comme celui-ci savait que sa femme était très belle, il ne voulait pas qu’on l’enlève et tous les rois jurèrent de la défendre et de risquer leur vie pour elle.

Mais lorsque Pâris arriva à Sparte, un jour où Ménélas était parti, Hélène tomba également amoureuse de lui et tous les deux décidèrent de s’enfuir jusqu’à Troie. Hélène prit même la moitié du trésor de Ménélas !

En rentrant chez lui, voyant cela, Ménélas informa tous les rois grecs qui partirent attaquer Troie afin de récupérer Hélène.

Sur le tableau, on voit la fin de la guerre : Pâris, en haut à gauche, désespéré se sentant coupable de la mort d’Hector, son frère. On voit ce dernier au fond du tableau, trainé par un char tiré par Achille.

Priam, au centre du tableau, veut récupérer le corps d’Hector. On voit aussi Hécube et Andromaque (mère et femme d’Hector) qui sont bouleversées.

A la fin de ce mythe, plus loin que le tableau ne le montre, Pâris tua Achille en lui plantant une flèche dans le talon. Puis il fut tué à son tour. Le combat s’arrêta, Ménélas récupéra Hélène, les rois grecs repartirent chez eux, sauf Ulysse qui se perdit en mer…

Mélouan et Nathan

La douleur d’Orphée

ou Orphée et Eurydice

C’est une statue en bronze représentant Orphée, accompagnée d’un chien à trois têtes (Cerbère) et de sa lyre. Elle s’intitule « La douleur d’Orphée », de R. Verlet.

992_12_1aEurydice, la femme d’Orphée, s’était faite mordre par un serpent ce qui l’avait conduit tout droit en enfer. Orphée ne voulant pas qu’elle meure, alla la chercher dans les enfers.

Pour passer, comme il était un excellent musicien, il endormit Cerbère avec sa lyre. Puis il supplia Hadès, le dieu des enfers de la libérer. La femme de celui-ci, Perséphone, émue par son courage et son amour, le convint de libérer Eurydice, mais à une condition : Orphée ne devrait pas la regarder sinon Eurydice mourrait à jamais.

Une fois avoir tout traversé sans la regarder, arrivé au portail pour sortir dans le monde des vivants, Orphée était trop impatient de revoir sa femme. Malheureusement, il se retourna alors qu’ Eurydice était encore dans le tunnel. Du coup, Eurydice mourut à tout jamais !

Lucie et Marie

Adonis et Vénus

C’est un tableau sombre qui a été peint par Paul Bril.

838.1.4C’est l’histoire d’un couple dont la femme, Vénus, ne veut pas que son amoureux, Adonis parte à la chasse car elle a peur qu’il lui arrive quelque chose.

Mais il veut quand même y aller et il va se faire tuer par un sanglier.

Sur ce tableau, on voit 3 chiens de chasse, Cupidon (le fils de Vénus) qui dort, le sanglier dans la forêt.

Paul Bril a représenté 2 moments de cette histoire dans le tableau.

Brayan et Timothé

Visite à la STGA

Jeudi 8 juin, à 9h00, nous avons pris le bus pour partir à la STGA : le conducteur qui nous y a amené nous a aussi guidé pendant la visite et expliqué les règles pour prendre le bus. Nous avons aussi visité l’intérieur du bâtiment où travaillaient les conducteurs et les gens du PC (poste de contrôle). Nous avons fait un quizz et nous avons gagné des maquettes du nouveau dino-bus.

Nous allons vous faire un quizz : Les règles sont simples, trouver les bonnes réponses parmi celles proposées !

1- Le petit bouton rouge sert à…

a) Demander d’arrêter de faire du bruit

b) Arrêter le bus

c) Faire démarrer le bus 2- A quoi sert cette chose ?

a) A ne pas que les gens se blessent en descendant du bus

b) A jouer

c) A faire monter le fauteuil des handicapés

3- Ce dinobus est fait avec …

a) Des autocollants

b) De la peinture

C) Des marqueurs

4- Pourquoi doit-on avancer vers le fond du bus quand on y monte ?

a) Pour embêter les gens

b) Pour laisser la place aux gens

c) Car sinon le bus ne pourra pas démarrer

5- Combien ça coute un ticket de bus pour un voyage qu’on achète en kiosque ?

a) 2 €

b) 1,40 €

c) 1,80 €

6-Combien existent-ils de lignes de STGA en tout ?

a) 13

b) 16

c ) 22

7- On a le droit d’amener un chien dans un bus :

a) Vrai

b) Faux

c) Vrai si c’est un petit chien qu’on porte dans un sac

Correction

1b

2c : Malheureusement ce n’est que sur quelques arrêts et que sur quelques lignes

3a

4b

5b : Oui pour acheter au kiosque, non si on achète dans le bus le ticket de dépannage, ça coute 1,80 €

 6c

7c : Sinon, il prend trop de place, comme tous les gros objets interdits

Anna, Emma, Emmanuel, Kézia, Paul

La visite du théâtre

Mercredi 6 mars, nous sommes allés au théâtre d’Angoulême pour le visiter et pour préparer la pièce de théâtre « Don Quichotte » que nous irons voir jeudi à l’espace Franquin.

 

Nous avons visité : la grande salle qui peut contenir 727 personnes, l’odéon ( 2ème ligne, 1ère photo) qui contient 60 places et qui est en-dessous de la grande salle, le studio Bagouet qui a 120 places ( 2ème ligne, 2ème photo), les ateliers de lumière et de décors, les bureaux, les loges, le rangement des projecteurs, l’arrière-scène …

 

Pour faire des apparitions surprise, on enlève une plaque de bois du plancher de la grande scène qui mesure 1 mètre 10. Il y a 120 plaques de bois qui font le plancher de la scène et de l’arrière-scène.(deuxième photo de la 4ème ligne)

 

Avant que la dernière personne du théâtre ne s’en aille, elle allume une petite lumière qui soi-disant, éloignerait les fantômes du théâtre…

Cette sortie a plu à tous le monde : Nous avons eu une super vue du haut, au niveau des loges mais nous avons aussi eu mal aux jambes à force de monter et descendre les escaliers !

   

   

 Anna et Nathan

Exposition au collège

Vendredi 17 février, les classes de CM1 et CM2 sont allées au collège Anatole France pour voir une exposition sur le camp d’internement où étaient emprisonnés 350 gens du voyage pendant la 2ème guerre mondiale. Cette exposition a été préparée par une classe de 3ème et quelques élèves de 3ème nous l’ont présentée par groupes. Une grand-mère de 83 ans qui avait connu le camp l’avait raconté aux élèves afin de les aider dans leurs recherches.

Les Tziganes sont formés de 4 peuples : les Roms, les Gitans, les Sintis et les Manouches. On appelle gadjé les gens qui ne sont pas du voyage (gadjo pour un homme et gadji pour une femme).

Avant la guerre, les Tsiganes avaient un passeport donné par la mairie et lorsqu’ils allaient de ville en ville, ils devaient le faire tamponner. A partir de 1940, la circulation des gens du voyage devient interdite par la IIIème république et on les a internés pour mieux les surveiller.

A Angoulême, il y avait le camp des Alliers, (à côté de Leroy Somer aujourd’hui) . 60 % étaient des enfants. Cinq gardes et deux gendarmes gardaient le camp et il y avait des barbelés tout autour.

Le camp était très sale, les Tsiganes mouraient de maladies, de froid, de faim, du manque d’hygiène car ils étaient maltraités par des Français fascistes. Parfois, ces internés dormaient sur de la paille quand ils avaient brulé tous leurs lits pour se réchauffer ! Ils mangeaient de l’eau bleue : une sorte de soupe avec des os et quelques navets, carottes, topinambours, poireaux et beaucoup d’eau ! Ils avaient des cartes d’alimentation. Parfois, quand l’eau du puits n’était plus potable, ils la buvaient malgré tout ! Ils passaient six mois sans se laver et avec la même tenue !!

L’école était obligatoire mais les enfants devaient y aller même malades.

De 7h à 21h, les femmes pouvaient sortir afin de faire les courses dans un rayon de 5km, les hommes, eux, avaient le droit de sortir pour travailler.

Dans ce camp, il y avait de 10 à 20% d’évasion. Mais les fermiers à qui ils demandaient à manger les dénonçaient souvent aux gendarmes !

Les Tsiganes n’ont été libérés que le 11 juin 1946 alors que la guerre était finie en France depuis plus d’un an !

1 500 000 Tziganes furent exterminés dans toute l’Europe pendant la 2ème guerre mondiale.

Aujourd’hui, la carte d’identité des gens du voyage n’est comme la nôtre que depuis janvier 2017 !

Nous avons tous beaucoup aimé cette exposition : cela nous a montré le racisme très fort de la part des Français. Ces derniers allaient très loin dans la maltraitance à l’égard d’un peuple qu’ils jugeaient différents.

A la fin, un élève de 6ème gitan nous a joué trois chansons tsiganes à la guitare : c’est son papou (grand-père) qui lui a appris à faire de la musique et nous lui avons conseillé de s’inscrire à « The Voice » tellement c’était bien !

Les classes de CM1 et CM2

Les CE2 et le Festival International de la Bande dessinée

Pour le festival de la bande dessinée, nous avons été choisis pour faire partie du jury du Prix des Ecoles d’Angoulême.

Nous avons lu 5 BD: « La cantoche », « Petit Poilu le prince des oiseaux », « Tous super-héros », « L’assaut du roi », « Gaspard et Berlingot ». Et nous avons voté pour notre BD préférée. Nous avons voté pour « La cantoche » de Nob.

Jeudi 26 janvier au matin, pendant le FIBD, nous avons rencontré Nob, l’auteur de « La cantoche »,  avec les CE2 de Jules Ferry. Nous lui avons posé des questions sur la BD, il nous a dédicacé « La cantoche » et nous a fait des dessins. C’est l’auteur d’autres BD : « Mamette », « Dad », « Les souvenirs de Mamette »…

Jeudi après-midi, nous sommes allés à la CIBDI voir un dessin animé sur les super-héros (Justice League Action).

Jeudi soir, nous sommes allés au théâtre pour remettre le Prix des Ecoles d’Angoulême. C’est Tyrone qui a remis le « fauve » à Nob, avec les trois autres enfants des autres classes jury.

Vendredi 27 janvier au matin, nous sommes allés aux Chais Magélis. Nous avons créé une BD sur ordinateur, en groupe.

Nous avons visité deux expositions : « Le château des étoiles » et la B.D. scolaire. Ensuite nous avons fait une activité qui s’appelait « la tambouille ». Il fallait créer une histoire en 3 pages avec des tampons et des feutres. Anna et Camille nous ont fait choisir un titre parmi : « au pays de la chaussure magique, le brocoli en colère, la chaussure en colère, au pays du brocoli magique ».

Nous avons passé un bon moment au quartier jeunesse. Et maintenant, nous sommes en train de créer des BD en classe….!

La classe de CE2

 

La sortie des CE2 au Petit Fresquet

Jeudi 12 mai, nous sommes allés au Petit Fresquet pour travailler sur l’eau avec Alexandre de Charente nature.

sortie petit fresquet 007

Quand nous sommes arrivés, nous avons observé la rivière, l’Anguienne. Nous avons cherché où étaient l’amont et l’aval, la rive droite et la rive gauche. Puis nous avons remonté la rivière pour trouver la source. Alexandre nous a montré et expliqué ce qu’était un confluent : c’est l’endroit où se rejoignent des cours d’eau.

Nous avons aussi observé la flore : les lentilles d’eau, des iris des marais.

sortie petit fresquet 003 sortie petit fresquet 004

Puis Alexandre nous a emmenés dans la forêt, mais avant d’y entrer nous avons dû faire 100 secondes de silence pour écouter les chants d’oiseaux. Il nous a dit à quel oiseau appartenait chaque chant, il a même imité le coucou! Ce sont les mâles qui chantent pour attirer les femelles. Ce sont eux aussi qui ont les plumes les plus colorées.

Nous avons continué à suivre la rivière dans la forêt, nous avons observé que le fond de la rivière (la vase, les cailloux et le sable) n’est pas partout le même ; cela dépend du courant.

Le long de la rivière nous nous sommes arrêtés observer 3 lavoirs : un qui a été rénové il n’y a pas longtemps, et deux autres qui sont un peu cassés, il manque des pierres car ils sont très anciens.

sortie petit fresquet 001 sortie petit fresquet 009 sortie petit fresquet 011

Autrefois les femmes lavaient le linge chez elles dans de grands baquets, et elles venaient ensuite au lavoir pour rincer ce linge.

Quand nous sommes sortis de la forêt, nous sommes montés sur la colline pour observer le paysage. Nous avons répondu à un questionnaire. Le paysage du côté du Petit Fresquet est plein de végétation. Nous avons aussi vu le viaduc de l’Anguienne.

sortie petit fresquet 014 sortie petit fresquet 013

Puis Alexandre nous a fait mettre en file indienne, nous avons fait le petit train en fermant les yeux :

sortie petit fresquet 018 sortie petit fresquet 017 sortie petit fresquet 016

Il voulait nous faire la surprise d’un beau panorama : lorsque nous avons ouvert les yeux, nous avions un magnifique panorama de la ville.

sortie petit fresquet 020 sortie petit fresquet 019

Après le pique-nique, nous avons travaillé en groupes. Nous avions un bac par groupe et 4 gobelets. Il fallait remplir le bac à l’aide des gobelets, avec l’eau de la rivière. Nous avons attrapé des petites bêtes. Alexandre aussi en pêchait avec son épuisette et les mettait dans nos bacs. A la fin, il fallait mettre une petite bête différente dans chaque gobelet et la reconnaitre avec le modèle donné par Alexandre.

sortie petit fresquet 021 sortie petit fresquet 025sortie petit fresquet 023

sortie petit fresquet 022 sortie petit fresquet 026sortie petit fresquet 027

Puis Alexandre nous a lancé un défi : fabriquer un aquarium avec 2 petites plaques en plastique, 3 pinces et un morceau de tuyau. Nous avons fait plusieurs tentatives et nous avons réussi tout seuls à relever le défi!

sortie petit fresquet 028 sortie petit fresquet 029 sortie petit fresquet 030

Nous avons rempli nos petits aquariums et nous avons observé les petites bêtes que l’on avait pêchées.

La dernière activité c’était encore la pêche en groupes avec les gobelets, mais à un autre endroit de la rivière. Cette fois nous avons choisi une petite bête (insecte, poisson, batracien…), nous l’avons dessinée et nous avons rempli sa carte d’identité.

sortie petit fresquet 031 sortie petit fresquet 036 sortie petit fresquet 034

sortie petit fresquet 033 sortie petit fresquet 035 sortie petit fresquet 032

C’était une bonne journée, bien remplie. Nous remercions Alexandre pour l’organisation de cette journée, Samantha et les parents qui nous ont accompagnés et aidés, et Monsieur Astoul qui nous a apporté le pique-nique!

La classe de CE2

Notre après-midi sur l’île Marquet avec les sixièmes

Mardi 22 septembre, nous sommes allés sur l’île Marquet ( prendre la passerelle Corto Maltese et descendre par l’escalier) avec les sixièmes pour faire de la science et travailler sur les milieux naturels présents sur l’île. Avant d’y aller, nous avons eu trois feuilles sur lesquelles nous devions écrire sur les animaux qu’on voyait autour de nous, les traces laissées par les hommes et la flore. Nous étions habillés en tenue de sport et quelques enfants étaient en bottes car il y avait des averses.

DSC01332 DSC01333 DSC01335

En attendant les sixièmes, nous avons trouvé un porte-feuille dans lequel il y avait les papiers d’identité d’un ancien maître. La maîtresse lui a rapporté son porte-feuille quelques jours plus tard et il nous a offert des gâteaux pour nous remercier !

On a fait 3 groupes mélangés, avec des sixièmes et des CM2. Chacun étudiait trois milieux naturels différents, la prairie, la plage et sous les grands arbres. Nous allons vous les présenter :

Les prairies

Il y avait 2 prairies sur l’île. Ce sont des prés avec beaucoup de verdure. L’une d’entre elle avait des arbres fruitiers comme le figuier, le pommier… Dans l’autre, on pouvait voir des sculptures d’animaux. Dans ces deux prairies, on  trouve beaucoup de luminosité et de sécheresse.

IMG_2269 IMG_20150922_153642

Voici les différents végétaux qu’on peut trouver dans les prairies :

D’abord des fleurs :

IMG_2266 IMG_20150922_152240 IMG_20150922_153239

Ensuite les arbres fruitiers car les hommes les ont plantés avant, quand il y avait des jardins sur l’île :

CameraZOOM-20150922154016942 CameraZOOM-20150922154752259 DSC01345

Le noisetier, le figuier et la vigne.

La plage

C’est un endroit au bord de la Charente plutôt humide, lumineux, froid et petit. Il y a du sable gris-blanc, on a vu des petits coquillages et des poissons dans l’eau, des canards qui volaient au-dessus de nous. Nous avons aussi vu des lentilles d’eau.

IMG_20150922_145634 IMG_20150922_144943 IMG_2254

Baptiste a pris un coquillage pour le dessiner, Mathéo T. lui, s’amusait bien ! Et Lucas nettoyait ses bottes !

IMG_2255 IMG_2256 IMG_2258

Voici les coquillages d’eau douce dans l’eau, le saule que l’on ne trouve que dans ce milieu naturel (au bord de l’eau), et le frêne partout au bord de la Charente.

Sous les grands arbres

C’est un endroit sombre, humide et froid. Il y avait des marronniers (on voit des marrons et leurs bogues), du tilleul et beaucoup de lierre. Il est situé au bord du sentier et au bord du rivage pas loin du club d’aviron. On y trouve aussi des jeux où il faut trouver la puissance des bruits écoutés.

Sacha a trouvé une vertèbre de vache sous les feuilles, ce qui nous montre qu’il y a eu des vaches élevées sur l’île avant.

IMG_2242 IMG_2243 IMG_2284

Il y avait des cloportes, des limaces sous les feuilles et des termites dans des troncs d’arbre.

 IMG_2247IMG_2249IMG_2246

Maintenant avec la classe on se pose des questions : par exemple à quoi sert la bogue des marrons ou est-ce que la limace bave vraiment… On s’entraine aussi à reconnaître des feuilles d’arbres. Ensuite, on échangera nos informations avec les collégiens.

Allez découvrir vous aussi l’île Marquet avant qu’elle ne ferme pour l’hiver, afin que les animaux s’y reproduisent tranquillement !

David, Léo, Lucas, May-Lyn, Mélanie, Milo, Nathan et Sacha R.

Visite de la STGA en mode VIP

Vendredi 13 juin, nous sommes allés à la STGA. Savez-vous ce que veut dire S.T.G.A. ?

Ça veut dire Société de Transport du Grand  Angoulême. On est allé voir comment fonctionne l’entreprise.

Visite du poste de contrôle

Quand nous sommes arrivés, on est rentré par la salle du PC, nous avons vu comment les conducteurs savaient quel bus prendre et quelle ligne il devait faire.

IMG_1968 Voici le tableau où est marqué : si les  bus ont du retard ou de l’avance, si le service est terminé, si le bus est au parking…Quand il y a des points d’interrogation, c’est qu’on ne sait pas où est le bus.

IMG_1964Ici, ce sont les feuilles où sont écrites toutes les déviations que le conducteur peut trouver sur sa ligne.

IMG_1962Ceci est une feuille de service. Quand le conducteur arrive, il va à l’ordinateur où il rentre un mot de passe. Ça  imprime une feuille sur laquelle  il y a les lignes de son service.

Maeva et Rose

Le jeu

IMG_1969     IMG_1970    IMG_1971

Au départ, il fallait lancer le dé pour déterminer l’ordre des équipes, après on lançait le dé chacun son tour. On regardait le numéro puis la dame nous posait une question comme « Combien coûte une carte d’un jour ? » « Est-ce qu’il faut montrer la carte au conducteur du bus ? » , « Combien il y a de lignes de bus ? »…

Si on avait la bonne réponse, on avançait du nombre qu’il y avait sur le dé mais si on ne répondait pas juste, on restait à sa place. C’était celui qui arrivait le premier qui avait gagné. A la fin, l’animatrice nous a donné un bonbon chacun et une BD de Bussy pour les gagnants (les oranges)  !

Réponses : 1€40 ; non, il faut la rentrer dans le composteur ; 9 lignes principales

Abel et Elyjah 

Que doit-on faire dans le bus ?

IMG_1976 Pour ne pas faire de bêtises, il y a des caméras dans le bus, surtout pour votre tranquillité.

IMG_1977 Là où il y a écrit bip! sa veut dire qu’il faut passer la carte de bus, et où il y a les flèches, ça veut dire qu’il faut insérer un ticket de bus.IMG_1973Et voici le parking STGA,  là où sont garés tous les bus.

Dans le bus on a le droit de manger mais proprement.

On n’a pas le droit de mettre les pieds sur les fauteuils.

Les handicapés ont le droit de rentrer par la porte arrière : il y a un système pour grimper leur fauteuil roulant.

On a le droit d’écouter de la musique mais avec des écouteurs, de parler dans son portable, mais discrètement.

Louis et Salim

Le garage

Le garage est un des endroits les plus importants de la STGA. Les mécaniciens ont des machines qui permettent de refroidir le moteur pour qu’il ne chauffe pas trop ! Sinon, on peut endommager le moteur qui coûte environ 15 000 € .

Dans le garage il y a 3 sortes de bus : le mini, le bus articulé et le bus standard. Le bus hybride coûte 450 000 € contrairement au bus standard qui ne vaut que 240 000€. Le bus hybride peut économiser jusqu’à 25 % d’essence car il fonctionne avec de l’électricité  et un peu d’essence .

IMG_1986

Les mécaniciens ont aussi des pièces de rechange dans une salle. Lorsqu’on recherche des pièces sur un ordinateur, elles sont rangées dans des boites numérotées avec des chiffres et des lettres.

IMG_1999

Les bus endommagés de l’extérieur peuvent être repeint dans des conditions spéciales dans une salle entièrement fermée. 2 peintres maximum par bus travaillent avec une combinaison.

IMG_1998

Le garage était un lieu très grand et il était un peu dangereux à visiter !

Nabil et Yan

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Des mythes au musée

Jeudi 4 juin, nous sommes allés au musée des beaux arts à Angoulême pour voir des œuvres et écouter les mythes que les œuvres montraient, comme Pâris et la pomme d’or… Nous avons vu quatre sculptures et une toile énorme…

A l’école, nous avons nous aussi commencé à écrire des mythes, des contes ou des légendes.

C’est Émilie Falk qui nous a raconté tous ces mythes. Ensuite, on a fait un jeu : il fallait réunir les couples mythologiques ainsi que leur objet (attribut). Par exemple, l’attribut de Dionysos est la grappe de raisin car c’est le dieu du vin.  Yan

musée 008

La Guerre De Troie

Priam-872.1.4 Un jour lors des fiançailles de deux dieux, tout le monde avait été invité à la fête sauf la déesse de la discorde. Cela la mit dans une colère si noire qu’elle voulut mettre la discorde partout. Alors, il lui vint une idée : elle laissa une pomme destinée à la plus belle. Seulement trois déesses pouvaient y prétendre : Athéna, Aphrodite et Héra. Zeus, qui ne voulait pas trancher, demanda alors à Pâris de départager les trois déesses. Aphrodite lui promit l’amour de la plus belle femme du monde, il lui donna donc la pomme. Mais la plus belle femme du monde habitait à Sparte et était déjà mariée ! Pâris alla tout de même la chercher et la ramena à Troie. Cette plus belle femme du monde s’appelait Hélène. Quand le mari d’Hélène apprit son départ, il se mit en route pour Troie et déclencha la guerre, on l’appela la guerre de Troie.

Sur le tableau on voit Hector, le frère de Pâris, se faisant tuer et mutiler par Achille et ses soldats. Et sa famille désolée par sa mort pendant que Pâris se cache le visage car il se sent coupable. Rose et Tristan

Psyché

D874.1.2Psyché est une jeune femme merveilleusement belle qui a deux sœurs aussi jolies qu’elle. Elle est si ravissante que les gens de son peuple se mettent à l’adorer. Alors, Aphrodite folle de jalousie demande à son fils Cupidon qu’elle tombe amoureuse et qu’elle se marie avec l’homme le plus laid du monde. Pour le malheur de sa mère, Cupidon tombe sous le charme de Psyché. Elle se fait enlever par le vent  au sommet d’une montagne, et elle apparaît dans un magnifique palais d’or avec de beaux banquets. Elle se marie avec un homme qu’elle ne voit pas car il ne vient que pendant les nuits noires. Mais un jour Psyché commence à s’ennuyer et elle demande au vent si elle pourrait inviter ses sœurs au palais. Psyché raconte alors à ses sœurs toute l’histoire de son mariage et elle leur dit qu’elle ne voit son mari que la nuit. Ses deux sœurs, vertes de jalousie du luxe dans lequel vit Psyché, lui disent de faire attention car ça pourrait être un monstre… Au fil du temps, la curiosité la démange : elle prend une lampe à huile et regarde si son mari est un monstre une nuit qu’il est endormi. Elle découvre alors que son mari est Cupidon mais une goutte d’huile brûlante tombe sur l’épaule de son mari. Cela le réveille et il en veut beaucoup à Psyché d’avoir rompu sa promesse. En colère, il s’enfuit du palais de son épouse. Psyché, malheureuse, demande à toutes les divinités où est Cupidon mais quand elle demande à Aphrodite, sa belle-mère, cette dernière lui demande de faire des tâches impossibles. A l’aide de divinités et d’animaux, Psyché réussit à faire les épreuves, mais…elle est si fatiguée qu’elle tombe dans un sommeil si profond que quand Cupidon, qui était prisonnier dans une des chambres de la maison de sa mère réussit à s’échapper de ses griffes, elle est encore endormie. Cupidon pardonne alors à Psyché et la transforme, elle aussi en sa déesse.

Laurine et Sari

La douleur d’Orphée

992_12_1aIl était une fois un homme qui s’appelait Orphée. Il était amoureux d’une femme nommée Eurydice. Un jour, lors de leur mariage, elle se fit mordre par un serpent et en mourut, elle alla en enfer. Fou de rage, Orphée fit un pacte avec Hadès pour reprendre sa bien-aimée et il lui demanda de récupérer sa femme. Hadès fut d’accord mais à condition qu’Orphée ne se retourne pas pour voir Eurydice qui le suivait jusqu’à ce qu’ils soient sortis des enfers. La légende dit qu’Orphée se retourna car il n’entendait plus les pas d’Eurydice et elle c’est ainsi qu’elle s’évapora. Enzo et Malone

Vénus et Adonis

838.1.4 Vénus est tombée amoureuse d’un garçon qui se dénommait Adonis mais il y avait un problème, une autre déesse, Perséphone, l’aimait aussi. Alors, les filles se disputent et Zeus décide de partager l’année en trois : pour chacune, un tiers et donc Adonis faisait ce qu’il voulait le dernier. Mais comme il était très amoureux de Vénus, il décida de rester plus de temps avec elle. Ce qui rendit très jaloux Arès, dieu de la guerre, qui est l’amant officiel de Vénus. Alors, il va provoquer un accident de chasse à Adonis, qui va mourir à cause d’un sanglier, attribut d ‘Arès. Mais il y a de nombreuses autres versions probables concernant l’assassin d’Adonis (peut-être Perséphone jalouse ou Héphaïstos, le mari de Vénus…)

Sur ce tableau, on voit le début et la fin de cette histoire en même temps !

Loreleï et Tristan

Le vernissage de notre expo temporaire

Au vernissage de l’exposition temporaire de l’école Paul Bert, nous, deux CM2, avons tenu le rôle de médiateurs à l’exposition. Nous avons présenté les œuvres à ceux qui l’ont visitée pour savoir ce qu’elles signifiaient.

IMG_1942 IMG_1945 IMG_1948

Sur la 1ère photo, nous étions en train de faire une répétition avant le grand jour. Émilie, maître Clément et la maîtresse de CE2 nous ont donné des conseils.

Les deux dernières photos ont été prises vendredi 15 mai au soir quand nous avons  inauguré l’expo :

D’abord, nous avons présenté chacun de notre côté les œuvres à différentes personnes, on allait vers les gens afin de leur expliquer l’œuvre qu’il regardait (quelle importance ça avait en Afrique, comment on avait métissé l’objet…). « Moi, j’ai fait la visite guidée entière à Céline ! » Tristan « Moi, j’ai expliqué à ma maman car elle ne savait pas trop ce que les œuvres représentaient » Elyjah

Puis tout le monde est redescendu dans le hall afin de faire les discours. Il y a Émilie Salaberry qui était commissaire d’exposition puis Samuel Cazenave, l’adjoint à la culture de la mairie d’Angoulême, qui ont expliqué comment l’exposition avait été préparée. Enfin, nous nous sommes relayés pour lire un texte que nous avions écrit avec la classe.

« J’avais tellement peur que j’avais envie de faire pipi dans mon pantalon ! » Elyjah « Mais moi aussi, j’avais peur ! » Tristan

Nous avons bien lu notre texte et on s’est fait entendre de toute la salle en grimpant sur une chaise. Après, on nous a félicités pour notre lecture. Après les discours, il y a eu un buffet pour manger.

« Moi, j’ai aimé présenter les œuvres aux autres personnes ! » Tristan

« Moi, j’ai plus aimé faire le discours. » Elyjah

Si vous n’avez pas encore vu l’expo « A La croisée des mondes », il vous reste jusqu’à fin août ! N’hésitez pas, venez nombreux !

Tristan et Elyjah du CM2