Les fossiles d’animaux du musée

Jeudi 9 février, nous sommes allés au musée d’Angoulême pour étudier les fossiles trouvés en Charente.

On a discuté du film  » Jurassic park » car il parle des dinosaures. Mais comme nous découvrons plein de choses nouvelles en sciences, à l’époque, le réalisateur ne savait pas que les oiseaux étaient les descendants des tyrannosaures. Donc, on aurait dû mettre des plumes aux tyrannosaures du film !

Les ammonites nous ont appris qu’autrefois, la Charente était sous l’océan. Car l’ammonite est un animal marin.

La coprolithe fossilisée que nous avons touchée était une crotte de crocodile fossilisée, ce qui nous montre que la Charente était alors une sorte de marais, après que la mer s’en soit retirée.

Nous avons aussi vu des squelettes fossilisés d’animaux qui ont vécu dans différents climats : comme en climat tempéré pour l’auroch, l’éléphant antique, le cerf, la hyène et en climat froid pour le renne, l’antilope saïga, le cheval de Solutré. Cela nous montre que la Charente a eu différents climats.

 

Certains animaux comme la hyène, l’ours, l’homme savent s’adapter à différents climats. Alors, même si on retrouve leurs squelettes fossilisés, ça ne nous renseigne pas sur le climat.

Emmanuel, Kézia, Mathis et Paul

La sortie des CE2 au Petit Fresquet

Jeudi 12 mai, nous sommes allés au Petit Fresquet pour travailler sur l’eau avec Alexandre de Charente nature.

sortie petit fresquet 007

Quand nous sommes arrivés, nous avons observé la rivière, l’Anguienne. Nous avons cherché où étaient l’amont et l’aval, la rive droite et la rive gauche. Puis nous avons remonté la rivière pour trouver la source. Alexandre nous a montré et expliqué ce qu’était un confluent : c’est l’endroit où se rejoignent des cours d’eau.

Nous avons aussi observé la flore : les lentilles d’eau, des iris des marais.

sortie petit fresquet 003 sortie petit fresquet 004

Puis Alexandre nous a emmenés dans la forêt, mais avant d’y entrer nous avons dû faire 100 secondes de silence pour écouter les chants d’oiseaux. Il nous a dit à quel oiseau appartenait chaque chant, il a même imité le coucou! Ce sont les mâles qui chantent pour attirer les femelles. Ce sont eux aussi qui ont les plumes les plus colorées.

Nous avons continué à suivre la rivière dans la forêt, nous avons observé que le fond de la rivière (la vase, les cailloux et le sable) n’est pas partout le même ; cela dépend du courant.

Le long de la rivière nous nous sommes arrêtés observer 3 lavoirs : un qui a été rénové il n’y a pas longtemps, et deux autres qui sont un peu cassés, il manque des pierres car ils sont très anciens.

sortie petit fresquet 001 sortie petit fresquet 009 sortie petit fresquet 011

Autrefois les femmes lavaient le linge chez elles dans de grands baquets, et elles venaient ensuite au lavoir pour rincer ce linge.

Quand nous sommes sortis de la forêt, nous sommes montés sur la colline pour observer le paysage. Nous avons répondu à un questionnaire. Le paysage du côté du Petit Fresquet est plein de végétation. Nous avons aussi vu le viaduc de l’Anguienne.

sortie petit fresquet 014 sortie petit fresquet 013

Puis Alexandre nous a fait mettre en file indienne, nous avons fait le petit train en fermant les yeux :

sortie petit fresquet 018 sortie petit fresquet 017 sortie petit fresquet 016

Il voulait nous faire la surprise d’un beau panorama : lorsque nous avons ouvert les yeux, nous avions un magnifique panorama de la ville.

sortie petit fresquet 020 sortie petit fresquet 019

Après le pique-nique, nous avons travaillé en groupes. Nous avions un bac par groupe et 4 gobelets. Il fallait remplir le bac à l’aide des gobelets, avec l’eau de la rivière. Nous avons attrapé des petites bêtes. Alexandre aussi en pêchait avec son épuisette et les mettait dans nos bacs. A la fin, il fallait mettre une petite bête différente dans chaque gobelet et la reconnaitre avec le modèle donné par Alexandre.

sortie petit fresquet 021 sortie petit fresquet 025sortie petit fresquet 023

sortie petit fresquet 022 sortie petit fresquet 026sortie petit fresquet 027

Puis Alexandre nous a lancé un défi : fabriquer un aquarium avec 2 petites plaques en plastique, 3 pinces et un morceau de tuyau. Nous avons fait plusieurs tentatives et nous avons réussi tout seuls à relever le défi!

sortie petit fresquet 028 sortie petit fresquet 029 sortie petit fresquet 030

Nous avons rempli nos petits aquariums et nous avons observé les petites bêtes que l’on avait pêchées.

La dernière activité c’était encore la pêche en groupes avec les gobelets, mais à un autre endroit de la rivière. Cette fois nous avons choisi une petite bête (insecte, poisson, batracien…), nous l’avons dessinée et nous avons rempli sa carte d’identité.

sortie petit fresquet 031 sortie petit fresquet 036 sortie petit fresquet 034

sortie petit fresquet 033 sortie petit fresquet 035 sortie petit fresquet 032

C’était une bonne journée, bien remplie. Nous remercions Alexandre pour l’organisation de cette journée, Samantha et les parents qui nous ont accompagnés et aidés, et Monsieur Astoul qui nous a apporté le pique-nique!

La classe de CE2

Les CE2 visitent la station d’épuration

Nous sommes allés en sortie à la station d’épuration de Frègeneuil. La station d’épuration est un endroit où on nettoie l’eau usée (c’est l’eau sale qui sort de nos maisons).

En premier, on fait des analyses pour mesurer la saleté de l’eau.

IMG_3177

Nous avons vu le dégrilleur (c’est ce qui enlève les gros déchets quand l’eau arrive à la station) : il y avait des excréments, des restes de nourriture, du papier toilette, des lingettes, des cotons-tiges, des schewing-gums….

IMG_3181

Ensuite, on est allé voir le dessablage et le dégraissage: c’est là où on enlève le sable et la graisse.

IMG_3183 IMG_3182

Ensuite, l’eau passe dans un bassin où on fait un traitement avec des bactéries : il y a des bactéries qui aiment l’eau calme et des bactéries qui aiment l’eau qui bouge. Ces bactéries mangent les tout petits déchets de l’eau.

IMG_3186 IMG_3184

Ensuite, l’eau passe dans un bassin où on laisse reposer l’eau pour que les boues d’épuration tombent au fond. Ces boues d’épuration contiennent des matières organiques très intéressantes pour l’agriculture.

IMG_3187 IMG_3189

Après, l’eau claire passe dans une machine pour être analysée. A la fin, l’eau est rejetée par un gros tuyau dans la Charente. Cette eau est propre, mais elle n’est pas potable.

IMG_3192 IMG_3193

Dans les premières salles ça ne sentait pas bon du tout. Nous avons appris qu’on ne doit pas jeter les lingettes et les cotons-tiges dans tout ce qui est relié à la station (toilettes, douche, lavabo), sinon ça bloque les machines et ça peut les casser.

C’est Alexandre (de Charente Nature) qui nous a fait visiter la station d’épuration. Pendant toute la visite, nous avons récupéré de l’eau des différents bassins. Tout à la fin, nous avons fait un bilan de toutes les eaux que nous avons prélevées.

IMG_3179 IMG_3188 IMG_3194

 

La classe de CE2

Jeux de l’énergie

 Les CM2 ont  travaillé sur les énergies avec Julien, un spécialiste des économies d’énergie et avec Yannick, « des petits débrouillards ». Nous allons vous proposer des petits jeux pour vous faire découvrir les énergies, alors, jouez bien et n’hésitez pas à agrandir les photos !

Jeu des chaines d’énergie

Remets chaque élément de la chaine à sa place, de la matière à son utilisation. Il y a 2 chaines avec 4 éléments chacune :

soleil / ballon d’eau chaude / conduit de chaleur (tuyaux) / chaudière à bois /

panneau solaire/ chauffage / robinet / bois

Clique sur la photo pour voir la réponse : IMG_3126Mathéo T.   Sacha R.

                                                 Jeu sur l’économie d’énergie

Trouve ce que le petit garçon pourrait faire pour économiser de l’énergie :

IMG_3148Réponse :

1 Il y a le robinet du lavabo qui coule.

2 Il laisse la machine à laver à 90° alors que le linge est lavé à 30° ou 40°.

3 Il laisse l’eau couler dans le bain alors qu’il en a assez car on voit qu’il y a de l’eau qui coule à l’extérieur de la baignoire.

Nathan, Sacha A.

Quels sont les gestes économiques que pourrait faire ce petit jeune homme ??

IMG_3155Réponse : éteindre son ordinateur, ne pas laisser en veille sa télé, éteindre son radiateur ou fermer sa fenêtre parce qu’il a le radiateur allumé, mieux trier ses déchets car la peau de banane va au compost.

 

Jeu sur les logos de l’énergie

Que signifie ce logo ???

Afficher l'image d'origine

Quelle est l’énergie représentée par ce logo ?

Résultat de recherche d'images pour "logo éolienne"

Réponse : Le 1er logo signifie « radioactif ». On le trouve dans les centrales nucléaires qui utilisent de l’uranium, un minerai radioactif qui provoque des cancers !

Le 2ème logo signifie l’énergie du vent puisqu’il représente une éolienne.

Dimitri et Mathéo N.

 

 Le cache-cache avec les sources d’énergies

Nos recommandations pour utiliser l’énergie en polluant moins :

Les énergies, ça peut être pratique pour nous mais certaines sources sont polluantes pour la planète. Voici des exemples concernant les transports :

Si cela est possible, tu peux aller à l’école à pied ou en vélo au lieu d’y aller en voiture, tu économiseras de l’énergie.

Dans une famille, les parents ont 2 voitures, ils peuvent en vendre une et garder l’autre. Et si cela est possible, les gens pourraient faire du covoiturage pour les longues distances et prendre les transports en commun pour les courtes !

Pour que la planète soit moins polluée !

Le jeu : Où sont les sources d’énergie ?

IMG_3156Réponses : le robinet avec l’eau, le four et la gazinière avec le gaz, la lampe et la cafetière avec l’électricité.

Angèle et Mil

Jeu des époques

Quelle énergie était utilisée au paléolithique (a), néolithique (b), au moyen âge (c), aux temps modernes (d), époque contemporaine (e) ? Observe la photo pour t’aider…

1 bois, 2  vent , 3 charbon , 4 pile, 5 nourriture, 6 soleil , 7 pétrole, 8 gaz naturel, 9 animal, 10 eau ,11 uranium.

IMG_3079Réponse : a = 1 : Les hommes s’en servaient  pour se réchauffer.

5 : C’est notre source d’ énergie.

6 : Pour sécher leurs vêtements.

                  b = 2 : Pour les moulins à vent qui fabriquaient la farine.

9 : Pour tirer leurs charrettes. 

10 : Pour les moulins à eau

                  c = II n’y avait rien, petit piège !

                  d = 3 : Pour les machines à vapeur.

                  e = 4 : On a commencé à les utiliser pour les appareils électriques.

7 : On l’a utilisé pour le carburant des voitures.

  8 : On a commencé à l’ utiliser pour les chaudières, pour se chauffer et pour cuisiner, dans les gazinières.

11 : On a commencé à l’utiliser dans les centrales nucléaires pour fabriquer de l’électricité.

IMG_3077Zaklina ,Zoé

Jeu des expériences

Nous avons enroulé des thermomètres dans des papiers de couleur différente et nous les avons laissés se réchauffer à la lumière de la lampe.

1- A votre avis, quelle est la couleur qui absorbe le plus de lumière, quel est le thermomètre qui se réchauffe plus vite ?

a bleu b rouge c noir

IMG_30822- En France, si tout le monde devait s’alimenter d’énergie solaire, où devriez-vous aller vivre ?

 a nord b sud c est d ouest

IMG_3092Réponse :

question 1: C noir. Car les couleurs foncées attirent plus la lumière que les couleurs claires.

question 2 : B sud. Car au sud, c’est le climat méditerranéen donc il y a plus de soleil pour alimenter des panneaux solaires.

Amandine et May-Lyn

Des expériences pour comprendre le réchauffement climatique

Alexandre Dutrey (un animateur de Charente Nature) est venu nous faire comprendre l’effet de serre par des expériences. Nous en avons profité pour respecter la méthode expérimentale. La classe de CM2

La bouteille compressée

Hypothèse : Il y a de l’air autour de nous.

Matériel : une bouteille en plastique avec son bouchon.

Déroulement : – On enlève le bouchon de la bouteille.

– On écrase la bouteille de la façon qu’on veut.

IMG_2788– On la remet en forme.

IMG_2789IMG_2791

– On remet le bouchon et on essaie encore de l’écraser .

IMG_2792  IMG_2793

Conclusion : La deuxième fois, nous n’arrivions pas à écraser la bouteille car il y avait de l’air à l’intérieur.

Charline et Mil

Expérience coca

Hypothèse : Dans la bouteille gazéifiée, la température est plus élevée.

Matériel : Bouteille de coca avec du gaz, bouteille de coca sans gaz, bouchons en liège, thermomètres, lampe.

Déroulement : Nous avons pris les 2 bouteilles de coca différentes. Ensuite nous avons mis un bouchon puis enfoncé un thermomètre dans les bouteilles de coca et nous les avons mises à la lumière. Et  au bout de 30 min, nous avons relevé les températures.

IMG_2809  IMG_2814 IMG_2817

Conclusion : Le coca avec des gaz est plus chaud que l’autre : le co2 réchauffe l’atmosphère, comme il a réchauffé le coca.

Léo et Sacha A

Du gaz en plus !

Hypothèse : On ne verra pas la différence si on rajoute des billes bleues et des billes blanches alors que si on rajoute une bille rouge, on verra la différence.

Matériel : un saladier transparent , 80 billes bleues , 21 billes blanches, 2 billes rouges.

Déroulement :

1- Nous avons pris un saladier puis on a déposé les 20 billes blanches puis les 79 billes bleues et 1 bille rouge dedans. Les bleues représentaient l’azote contenu dans l’air, les blanches de l’oxygène et la rouge d’autres gaz (dont les gaz à effet de serre !)

2- Nous avons rajouté 1 bille blanche, 1 bille bleue et 1 bille rouge.

IMG_2802IMG_2804

avant                                   après

IMG_2797 IMG_2799

Conclusion : On voit que si on met 1 bille blanche (oxygène) et 1 bille bleue (azote),  on ne voit pas la différence alors que si on rajoute une bille rouge, là, on voit la différence : même s’il n’y a qu’un peu de dioxyde de carbone en plus, cela fait quand même beaucoup et cela contribue à réchauffer plus la planète !

Baptiste et Zaklina

L’eau monte

Hypothèse : L’eau chaude prend plus de place que l’eau froide.

Matériel : Deux bocaux, deux tubes à essai, un marqueur, de l’eau et une bouilloire.

Déroulement:

1- Versez de l’eau froide dans chacun des tubes à essai.

2- Relevez le niveau par un trait de crayon.

3- Installez les tubes à essai dans les bocaux.

4- Versez de l’eau froide dans un bocal et dans l’autre de l’eau chaude.

5- Observez le niveau de l’eau dans chaque tube.

IMG_2825  IMG_2829 IMG_2832

On voit que l’eau a monté du côté où il y avait de l’eau chaude.

Conclusion : L’eau chaude prend plus de place que l’eau froide : ça s’appelle la dilatation. Comme il fait plus chaud sur Terre, l’eau des mers débordera plus !

Amandine et Zaklina

Le glacier et la banquise

Hypothèse : On pense que ce sont les glaciers qui font monter les eaux du globe en fondant.

Matériel : deux bocaux, deux glaçons, une pierre, de l’eau, un crayon .

Déroulement :

1- On a mis la pierre dans un bocal.

2- On a mis un glaçon dans chaque bocal : le glaçon sur la pierre représente les glaciers de la Terre et le glaçon sur l’eau représente la banquise.

3- On a versé la même quantité d’eau dans chaque bocal.

4- On a tracé un trait sur le bocal à la surface de l’eau.

5- On attend tranquillement.

IMG_2821 IMG_2830 IMG_2835

Conclusion :  Lorsque les 2 glaçons ont fondu, il n’y a que le volume d’eau du bocal avec la pierre qui a augmenté : Ce sont les glaciers qui en fondant, font monter l’eau des océans et pas la banquise.

Adriano et Sacha R

Notre projet de l’année sur le changement climatique

Toute l’année, dans la classe de CM2, nous allons parler du climat parce qu’il fait de plus en plus chaud sur la planète ! Ça devient un problème majeur, comme sont en train d’en parler les adultes à Paris pour la COP21.

L’exposition au château de l’Oisellerie

Le mercredi 14 octobre, nous sommes allés au château de l’Oisellerie  pour voir l’exposition sur le climat. Il y avait deux groupes : un en autonomie et l’autre avec un animateur de Charente Nature. Dans le premier groupe, on avait un questionnaire.

IMG_2480 IMG_2479

Comme on voit sur la première photo, nous devions entrer la distance qui sépare notre maison de l’école dans un ordinateur afin de voir de combien de dioxyde de carbone on pollue.

Sur la 2ème photo, nous repérions les différents climats de la planète.

IMG_2484  IMG_2489

Sur la 1ère photo, nous regardions un petit film qui expliquait comment un scientifique français a découvert, grâce aux petites bulles prises dans la glace, quelle était la composition de l’air à la préhistoire. Ce qui a permis de voir que la température augmentait en même temps que le dioxyde de carbone dans l’air.

Sur la deuxième photo, il y avait des pancartes et on remplissait un questionnaire.

Dans le deuxième groupe, on faisait des expériences avec l’animateur.

IMG_2492 IMG_2500 IMG_2505

Ces expériences nous ont permis de comprendre le réchauffement climatique : Par exemple, plus il y a de dioxyde de carbone, plus il fait chaud.

Cette exposition nous a permis de nous aider à comprendre le réchauffement climatique, même si on va y travailler toute l’année. Mélanie et Mil

La visite des salles africaines et océaniques du musée

Après la rentrée de la Toussaint, nous sommes allés au musée afin de mieux comprendre les différents climat dans le monde. Nous devions répondre à des questions sur une fiche en fonction des salles.

Sac d'Homme Eljibera, Niger, n°934.1819, Musée d'Angoulême 100712-31 100712-33

Par exemple, pour le Maghreb :

Sur la première photo, voici le sac d’un Touareg. Il sert à transporter des objets comme une gourde, une théière, des tasses…C’est un sac de cuir car il peut être roulé et mis sur le dos des chameaux et des dromadaires pour traverser le Sahara.Les Touaregs sont  des nomades car il fait trop chaud pour vivre dans le désert .

Nous avons aussi vu dans les vitrines, des selles pour monter sur les chevaux qu’on utilise plutôt pour les fêtes et les cérémonies. On a aussi vu des armes pour se défendre des ennemis qui veulent voler les vivres d’un autre camp touareg mais aussi des armes qui ne servent qu’à tirer en l’air lors des fêtes (fantasia) . La robe, sur la 3ème photo est une  robe de cérémonie pour les mariages mais pour la traversée du désert, les Touaregs utilisent souvent des vêtements de couleur bleu, larges et amples pour mieux rafraichir leur corps. Aurélie et May-Lyn

La visite d’Alexandre en classe

Alexandre  nous a rendu visite le vendredi 6 novembre pour parler du changement climatique.

D’abord nous avons classé des mots par rapport au climat et d’autres par rapport à la météorologie : le but était de faire une définition de climat et météo pour en trouver les différences.

Ensuite nous avons fait par groupe des recherche pour savoir quel était le climat de la photo qu’Alexandre nous avait prêtée. Sur cette photo, on pouvait s’aider de la végétation, des maisons, des habits…

Enfin nous avons dessiné le paysage de la Charente, il y avait plusieurs groupes comme celui des arbres, des habits, des objets, des maisons… afin de représenter notre climat tempéré océanique. Léo et Sacha R.

La visite de la salle crétacé et jurassique du musée

Mercredi 2 décembre, dans la première salle du musée, nous avons vu des animaux qui vivaient avant la préhistoire : des ammonites, un squelette de cheval, de renne, d’auroch, des défenses d’éléphant antique…  Cela nous a appris qu’il y a très longtemps, la Charente était inondée par l’océan. Plus tard, elle a connu différents climats : tropical, tempéré et polaire. Certains animaux ont su s’adapter au changement climatique alors que d’autres ont disparu !

IMG_2686   musée 015 archéo 003

Aujourd’hui, ce qui nous inquiète ce n’est pas que la Charente change de climat, c’est que  cela se réchauffe très rapidement. Alors tous les êtres vivants n’auront sûrement pas le temps de s’adapter comme ils l’ont eu à la préhistoire !

CourbeCO2 Seule   CourbeTempérature  IMG_2703

C’est ce qu’on voit sur la courbe du CO2 qui provoque le réchauffement de la planète (2ème courbe). Adriano et Kalyan

Nous continuerons à vous parler de notre projet tout au long de l’année, alors à bientôt !

La classe de CM2

Notre après-midi sur l’île Marquet avec les sixièmes

Mardi 22 septembre, nous sommes allés sur l’île Marquet ( prendre la passerelle Corto Maltese et descendre par l’escalier) avec les sixièmes pour faire de la science et travailler sur les milieux naturels présents sur l’île. Avant d’y aller, nous avons eu trois feuilles sur lesquelles nous devions écrire sur les animaux qu’on voyait autour de nous, les traces laissées par les hommes et la flore. Nous étions habillés en tenue de sport et quelques enfants étaient en bottes car il y avait des averses.

DSC01332 DSC01333 DSC01335

En attendant les sixièmes, nous avons trouvé un porte-feuille dans lequel il y avait les papiers d’identité d’un ancien maître. La maîtresse lui a rapporté son porte-feuille quelques jours plus tard et il nous a offert des gâteaux pour nous remercier !

On a fait 3 groupes mélangés, avec des sixièmes et des CM2. Chacun étudiait trois milieux naturels différents, la prairie, la plage et sous les grands arbres. Nous allons vous les présenter :

Les prairies

Il y avait 2 prairies sur l’île. Ce sont des prés avec beaucoup de verdure. L’une d’entre elle avait des arbres fruitiers comme le figuier, le pommier… Dans l’autre, on pouvait voir des sculptures d’animaux. Dans ces deux prairies, on  trouve beaucoup de luminosité et de sécheresse.

IMG_2269 IMG_20150922_153642

Voici les différents végétaux qu’on peut trouver dans les prairies :

D’abord des fleurs :

IMG_2266 IMG_20150922_152240 IMG_20150922_153239

Ensuite les arbres fruitiers car les hommes les ont plantés avant, quand il y avait des jardins sur l’île :

CameraZOOM-20150922154016942 CameraZOOM-20150922154752259 DSC01345

Le noisetier, le figuier et la vigne.

La plage

C’est un endroit au bord de la Charente plutôt humide, lumineux, froid et petit. Il y a du sable gris-blanc, on a vu des petits coquillages et des poissons dans l’eau, des canards qui volaient au-dessus de nous. Nous avons aussi vu des lentilles d’eau.

IMG_20150922_145634 IMG_20150922_144943 IMG_2254

Baptiste a pris un coquillage pour le dessiner, Mathéo T. lui, s’amusait bien ! Et Lucas nettoyait ses bottes !

IMG_2255 IMG_2256 IMG_2258

Voici les coquillages d’eau douce dans l’eau, le saule que l’on ne trouve que dans ce milieu naturel (au bord de l’eau), et le frêne partout au bord de la Charente.

Sous les grands arbres

C’est un endroit sombre, humide et froid. Il y avait des marronniers (on voit des marrons et leurs bogues), du tilleul et beaucoup de lierre. Il est situé au bord du sentier et au bord du rivage pas loin du club d’aviron. On y trouve aussi des jeux où il faut trouver la puissance des bruits écoutés.

Sacha a trouvé une vertèbre de vache sous les feuilles, ce qui nous montre qu’il y a eu des vaches élevées sur l’île avant.

IMG_2242 IMG_2243 IMG_2284

Il y avait des cloportes, des limaces sous les feuilles et des termites dans des troncs d’arbre.

 IMG_2247IMG_2249IMG_2246

Maintenant avec la classe on se pose des questions : par exemple à quoi sert la bogue des marrons ou est-ce que la limace bave vraiment… On s’entraine aussi à reconnaître des feuilles d’arbres. Ensuite, on échangera nos informations avec les collégiens.

Allez découvrir vous aussi l’île Marquet avant qu’elle ne ferme pour l’hiver, afin que les animaux s’y reproduisent tranquillement !

David, Léo, Lucas, May-Lyn, Mélanie, Milo, Nathan et Sacha R.

La station d’épuration

Mercredi 22 avril, nous sommes allés visiter la station d’épuration de Frégeneuil. La station d’épuration c’est là que l’on nettoie l’eau qui sort des maisons, pour pouvoir la rejeter dans la rivière. C’est Alexandre Dutrey qui nous a fait visiter. Il ne travaille pas à la station d’épuration, c’est un animateur de Charente Nature.

DSC_1258  DSC_1272 DSC_1276

DSC_1280 DSC_1262 DSC_1267

Il nous a montré les différentes étapes de nettoyage de l’eau. Au début, on enlève les gros déchets avec un dégrilleur. Les gros déchets ce sont les excréments, des restes d’aliments, des cotons-tiges et des lingettes. D’ailleurs, les lingettes bloquent parfois les machines. Alexandre nous a dit qu’il fallait plutôt les jeter dans la poubelle.

DSC_1309 DSC_1310 DSC_1311

DSC_1307 DSC_1302 DSC_1308

Ensuite, on enlève les graisses (c’est le dégraissage), puis le sable (c’est le dessablage).

DSC_1287 DSC_1290 DSC_1293

Cette première salle avait une odeur très très forte, ça sentait vraiment mauvais.

Ensuite, il nous a montré où sortent les gros déchets, c’est une grosse poubelle.

DSC_1316 DSC_1315 DSC_1317

 

Après, il nous a montré où les camions viennent déposer l’eau sale qui vient des maisons qui ne sont pas reliées à la station d’épuration car elles sont trop loin. Alors, ces camions vont vider les fosses septiques de ces maisons tous les 3 ou 4 ans.

DSC_1319

Ensuite, nous sommes allés voir les bassins extérieurs. On a d’abord vu les bassins biologiques : des bactéries mangent les déchets et cela se transforme en boues d’épuration.

DSC_1320 DSC_1331 DSC_1334

Dans le bassin clarificateur, l’eau est toute calme, et les boues d’épuration tombent au fond du bassin. L’eau commence alors à être propre.

DSC_1346 DSC_1348

Ensuite on a vu une grosse armoire où on analyse l’eau, et on la rejette dans la Charente par un gros tuyau.

DSC_1358 DSC_1364 DSC_1366

DSC_1365 DSC_1369 DSC_1371

 

A la fin de la visite, Alexandre nous a montré sur une télé les bactéries qui mangent les déchets. Il y en a des différentes.

DSC_1374

A chaque étape de la visite on prenait de l’eau dans un bocal. Pour le faire, on mettait des gants. A la fin, on a comparé les bocaux. Alexandre nous a demandé de remettre les bocaux dans l’ordre de la visite, de l’eau la plus sale jusqu’à l’eau propre.

DSC_1377 DSC_1378

Cette eau qui est rejetée dans la Charente est assez propre pour les animaux qui vivent dans l’eau mais elle n’est pas potable.

Emile, Leeloo et Marvin, CE2

 

La faune et la flore des CP !!!

La flore

Les CP ont planté des haricots, il y a déjà des fleurs et des haricots verts.

Ils dessinent les étapes de leurs plantations.                                                                             

La faune

Ils élèvent aussi des escargots, des têtards et des phasmes. Ils ont beaucoup d’œufs de phasmes (3ème photo) : les CP savent quand les femelles vont commencer à pouvoir pondre des œufs, car sous leurs pattes, ça devient rouge (1ère photo) !!!

 

Les CP ont également des têtards qui sont presque des grenouilles avec les 4 pattes, ils vont bientôt perdre leurs queues. Mais il y avait des morts !!!!!

Il y a eu une grenouille qui s’est échappée et tous les autres sont morts.

Les CP ont un élevage avec beaucoup d’escargots des petits et des grands. Azalyne en a ramené deux de chez elle et trois pots de chez sa grand-mère, en tout il y en a 24 : les escargots mangent des feuilles que les CP vont chercher dans le jardin derrière les classes, de l’herbe et de la salade.

 

Les CP n’ont donc plus de têtards mais ils ont toujours des escargots et des phasmes.

Thomas, Souhil

 

Devenir des journalistes animaliers du son

Le lundi 10 mars, quatre étudiants de l’université( le créadoc) sont venus à l’école pour nous présenter le matériel qui permet d’enregistrer le son des voix, des cris d’animaux et tout ce que nous pourrons entendre sur l’Ile Marquet.

   

Nous avons partagé la classe en quatre, avec un étudiant pour chaque groupe, de façon à enregistrer des sons et à les faire deviner aux autres groupes.

Le groupe d ‘Émeline est en train de secouer un arbre et de sauter dans les feuilles.

Le groupe de Thomas tourne les pages d’un livre pour en enregistrer le son.

Le groupe de Kelian est en train d’enregistrer le bruit des voitures qui passent en bas de l’école.

Les quatre étudiants nous ont présenté le matériel que nous prendrons pour aller sur l’île Marquet. L’enregistreur (tascam), un câble mâle/femelle, un micro et le gros enregistreur.

Sur le petit enregistreur de marque Tascam (1ère photo), il y avait un petit bouton rouge en bas à droite et quand on voulait enregistrer, on appuyait dessus et ça clignotait.

Le micro (2ème photo) est très sensible au vent donc on lui met un chien : c’est une protection que tient Marion dans sa main.

Le gros enregistreur est relié à un fil XLR mâle/femelle.

Félicie et Tiphaine

Jeudi 9 Avril au matin, nous sommes allés sur l’ île Marquet pour enregistrer des sons. Comme vous pouvez le voir sur la photo, les étudiants du créadoc nous réexpliquent comment fonctionne les enregistreurs (sauf pour Souhil qui n’était pas là la 1ère séance). Ce n’était pas les mêmes car nous avions un gros micro à tenir pour enregistrer les sons plus loin. Sur l’écran, on voyait combien de temps on avait enregistré et si nous avions encore de la batterie.

Nous nous sommes séparés en 4 groupes afin d’enregistrer des sons différents et de ne pas faire se toucher les micros car ça fait des interférences !

La plupart des groupes ont enregistré des sons d’oiseaux (dans le nid du Marsupilami, il y avait un nid d’oiseau !), d’eau et c’est tout !

 

Sur la première photo il y a les CM1 qui font de l’aviron et nous avons essayé d’enregistrer les pagaies. Il y a une coccinelle sur la feuille, on ne l’a pas enregistrée mais pour d’autres insectes, ça faisait des crissements.

On essayera de vous faire écouter tout cela car à la rentrée, les étudiants reviendront pour nous apprendre à les monter.

 Ludovic et Souhil